CANCERCancer et santé publique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Épidémiologie des cancers

Les enquêtes étiologiques

Au début du xxe siècle, on avait observé de nombreux cas de cancer de la vessie chez les ouvriers d'usines chimiques fabriquant certains colorants, ainsi que des leucémies et des cancers de la peau chez les pionniers de la radiologie. C'était la preuve que, chez l'homme comme chez l'animal, des agents chimiques ou physiques peuvent provoquer des cancers, mais ces observations restaient anecdotiques et de tels mécanismes semblaient exceptionnels.

Les premières enquêtes épidémiologiques ayant démontré, à l'échelle de la population, l'importance prééminente de facteurs extérieurs à l'organisme sont celles qui concernent le tabac. Entre 1930 et 1950, devant l'extraordinaire augmentation de la fréquence du cancer du poumon, les cancérologues suspectèrent les gaz d'échappement des automobiles et le bitume des routes. Il fallait en faire la preuve. En 1950, les médecins britanniques Richard Doll et Bradford Hill interrogèrent 650 malades atteints de cancer du poumon et 650 sujets témoins hospitalisés dans le même établissement pour d'autres affections. Il apparut que les deux groupes ne différaient que par un seul caractère : 96 p. 100 des cancéreux étaient ou avaient été des fumeurs, contre 80 p. 100 dans le groupe témoin. De plus, le nombre moyen de cigarettes fumées était légèrement plus grand chez les premiers que chez les seconds. Sur ces critères, ils conclurent au rôle cancérogène du tabac, déduction qui fut accueillie avec scepticisme. Cependant, d'autres enquêtes concordantes furent rapidement publiées ; de plus et surtout, des enquêtes prospectives, au cours desquelles plusieurs dizaines puis centaines de milliers de sujets bien portants furent interrogés puis suivis, confirmèrent le risque ainsi que sa proportionnalité avec le nombre de cigarettes fumées par jour et la durée des habitudes tabagiques. Une ou deux cigarettes par jour sont déjà dangereuses, car elles entraînent l'inhalation de plusieurs centaines de milligrammes de goudron par an, ce ne sont donc pas de faibles doses. Ultérieurement, on montra l'effet cancérogène de la fumée des autres, c'est pourquoi il est aujourd'hui interdit de fumer dans les lieux publics.

L'importance historique de ces travaux est grande. D'abord, ils montrent les conséquences néfastes d'une habitude ancienne et considérée jusqu'en 1950 comme relativement peu dangereuse. Les optimistes crurent que la connaissance du risque de la cigarette suffirait à faire chuter sa consommation ; en fait, si le public se pénétra des dangers du tabac, le pourcentage de fumeurs ne diminua que très lentement, et essentiellement parmi les couches les plus instruites de la population, ce qui faisait du tabac un handicap accroissant les inégalités devant la santé. Les études faites à ce propos soulignent la complexité du processus de prise de décision et l'abîme qui sépare « souhaiter » de « vouloir » et « vouloir » « d'agir ».

La découverte de l'effet carcinogène du tabac prouva aussi le rôle des facteurs exogènes, ce qui fit suspecter les milliers de nouveaux produits chimiques ayant été fabriqués et disséminés dans notre milieu par l'industrie chimique : ne risquaient-ils pas de provoquer des cancers ? Depuis 1950, de nombreux chercheurs se consacrent à ces enquêtes. Sans entrer dans le détail des travaux qui ont été accomplis, retenons les conclusions essentielles. Chez les fumeurs, l'augmentation de la fréquence de certains cancers est nette, depuis le début du xxe siècle (poumon, voies aérodigestives supérieures, œsophage, rein, vessie) ; chez les non-fumeurs et pour les autres cancers, la fréquence a peu varié ou a diminué, à âge constant. Or, si l'irruption dans notre milieu d'un grand nombre de nouveaux produits chimiques avait eu un impact global notable, cette fréquence aurait dû croître chez les hommes et les femmes, fumeurs ou non-fumeurs, une vingtaine d'années plus tard. Les deux organes qui sont les plus exposés aux agents cancérogènes venus de l'extérieur sont l'estomac pour les boissons et les aliments, et les poumons pour l'air. Or la fréquence des cancers de l'estomac a été divisée par quatre, celle de l'intestin grêle est restée extrêmement faible et celle du colon a légèrement augmenté sans qu'on ait mis en évidence une relation quelconque avec la pollution : les facteurs de risque qui ont été identifiés pour [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 23 pages

Médias de l’article

Cancers : incidence annuelle

Cancers : incidence annuelle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Cancers : nombre de nouveaux cas et de décès en France

Cancers : nombre de nouveaux cas et de décès en France
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Angiographie cérébrale par l'artère carotide (rouge)

Angiographie cérébrale par l'artère carotide (rouge)
Crédits : M. Laval-Jeantet

photographie

Cancers : incidence relative des facteurs de risque

Cancers : incidence relative des facteurs de risque
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite de la faculté de médecine de Paris-Sud

Classification

Autres références

«  CANCER  » est également traité dans :

CANCER - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 719 mots
  •  • 1 média

Comme les arbres, comme les animaux, l'homme est sujet au phénomène tumoral. Le caractère insolite de certaines « grosseurs », leur aspect disgracieux, ne serait qu'importunité s'il ne s'agissait parfois du début d'un processus lentement destructeur. D'où la question inévitablement posée par le patient au médecin : « La tumeur est-elle bénigne ou maligne ? » Même interrogation lorsque le processus […] Lire la suite

CANCER - Cancers et virus

  • Écrit par 
  • Sophie ALAIN, 
  • François DENIS, 
  • Sylvie ROGEZ
  •  • 5 649 mots
  •  • 6 médias

Le rôle joué par certains virus dans la genèse de cancers humains et l'existence de virus oncogènes (du grec onkos, grosseur, tumeur) est certainement encore sous-estimé. Cela tient au fait que les virus oncogènes appartiennent à des familles diverses (peut-être pas encore toutes recensées) et que les mécanismes par lesquels ils intervienne […] Lire la suite

CANCER - Immunothérapie

  • Écrit par 
  • Emmanuel DONNADIEU
  •  • 5 115 mots
  •  • 5 médias

La plupart des traitements classiques utilisés contre le cancer, comme les chimiothérapies, utilisent des molécules toxiques, qui tuent les cellules tumorales, mais aussi beaucoup de cellules saines. Et la forte fréquence de récidives de la maladie montre les limites des traitements standard contre le cancer. Une stratégie différente, appelée immunothérapie, se met en place, qui vise à stimuler le […] Lire la suite

CANCER ET ENVIRONNEMENT

  • Écrit par 
  • Dominique BELPOMME
  •  • 1 544 mots
  •  • 2 médias

Jusqu'à récemment prévalait l'idée que la plupart des cancers sont causés par notre mode de vie. Depuis la Seconde Guerre mondiale, notre environnement s'est profondément modifié et, simultanément, de nouvelles maladies sont apparues, tandis que d'autres, tels les cancers, sont devenues beaucoup plus fréquentes. Le nouveau paradigme ici proposé est que […] Lire la suite

GÉNOMIQUE - Génomique et cancérologie

  • Écrit par 
  • Daniel LOUVARD, 
  • François SIGAUX
  •  • 4 774 mots
  •  • 1 média

Le décryptage du génome humain, au début du xxie siècle, a facilité l'analyse du fonctionnement cellulaire sous l'influence des gènes. D'où l'entrée en scène d'une génomique fonctionnelle cancérologique qui s'attache notamment à comprendre, afin de les contrôler, les mécanismes de l'oncogenèse qui sont à l'or […] Lire la suite

MÉTASTASES, médecine

  • Écrit par 
  • Brigitte BOYER
  •  • 7 539 mots
  •  • 4 médias

Le terme « métastase » fut proposé en 1829 par Joseph Claude Récamier qui fut le premier, dans son traité Recherches du cancer, à montrer, par des observations anatomiques, que les métastases provenaient de l'émigration des cellules cancéreuses hors de la tumeur primaire et de leur greffe dans des organes distants de celui qui abrite le cancer primitif. Bien que ce soit seuleme […] Lire la suite

ADÉNOGRAMME

  • Écrit par 
  • Laurent DEGOS
  •  • 621 mots

L'adénogramme correspond à l'examen du frottis du suc ganglionnaire après ponction d'un ganglion. La ponction de ganglion est une technique simple et sans danger. Le ganglion est piqué avec une aiguille, et le suc ganglionnaire est éjecté sur une lame grâce à une seringue. Ce suc est ensuite étalé et séché sur cette lame. Après coloration, le frottis ainsi obtenu est regardé au microscope et le co […] Lire la suite

ADN (acide désoxyribonucléique) ou DNA (deoxyribonucleic acid)

  • Écrit par 
  • Michel DUGUET, 
  • David MONCHAUD, 
  • Michel MORANGE
  • , Universalis
  •  • 10 070 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les quadruplexes d’ADN et les extrémités des chromosomes »  : […] Les G-quartets ont longtemps été considérés comme de simples curiosités de laboratoire. Cependant, Dipankar Sen et Walter Gilbert proposent, en 1988, un modèle dans lequel des guanines des séquences d’ADN telles que celles présentes au niveau des extrémités terminales des chromosomes (les télomères) peuvent former des G-quartets, qui ensuite s’assemblent (s’empilent) pour former des G-quadruplexe […] Lire la suite

AGNOTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Mathias GIREL
  •  • 4 995 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Origine du terme « agnotologie » »  : […] On trouve des termes précurseurs, notamment au xix e  siècle chez James Frederick Ferrier ( a gnoiology ), qui entendait baliser à côté de la théorie de la connaissance une « théorie de l’ignorance », mais l’entreprise resta embryonnaire. L’usage actuel s’est développé principalement depuis la fin du xx e  siècle. Proctor, qui avait auparavant travaillé sur la médecine raciale dans l’Allemagne naz […] Lire la suite

AMIANTE ou ASBESTE

  • Écrit par 
  • Laurence FOLLÉA, 
  • Henri PÉZERAT
  • , Universalis
  •  • 3 473 mots

Dans le chapitre « Cancers »  : […] L'exposition à l'amiante entraîne, par ordre de fréquence décroissante, des cancers broncho-pulmonaires, des mésothéliomes et d'autres tumeurs primitives de la plèvre et, avec une moins grande certitude, des cancers gastro-intestinaux, en particulier des cancers de l'estomac. Les premières publications sur la relation amiante-cancer broncho-pulmonaire datent des années 1930 puis des années 1940. […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8-18 janvier 1996 France. Mort de François Mitterrand

Aucun des bulletins de santé publiés par l'Élysée n'a jamais fait mention de cette maladie, rendue publique en septembre 1992 seulement, à l'occasion de la première intervention chirurgicale subie par François Mitterrand. Le 10, sur l'initiative de la famille du président défunt et du Parti socialiste, des milliers de personnes souhaitant rendre hommage à l'ancien chef de l'État se rassemblent place de la Bastille, où le « peuple de gauche » avait fêté son élection en mai 1981. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maurice TUBIANA, « CANCER - Cancer et santé publique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cancer-cancer-et-sante-publique/