CAMPIN ROBERT ou MAÎTRE DE FLÉMALLE (1380 env.-1444)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La Madone à l'écran d'osier, R. Campin

La Madone à l'écran d'osier, R. Campin
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Saint Joseph, panneau droit du triptyque de Mérode, R. Campin

Saint Joseph, panneau droit du triptyque de Mérode, R. Campin
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Annonciation, R. Campin

Annonciation, R. Campin
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie


Une difficile identification

L'identification de Campin, qui a donné lieu à de vives controverses, fut un des problèmes les plus passionnants posés par l'histoire de l'art. L'existence de l'artiste était surtout connue par des documents : il ne semble pas être né à Tournai, dont il n'est citoyen qu'en 1410, deux ans après avoir été signalé dans la ville comme maître peintre. Il y tient un atelier considérable et a notamment comme « apprentis » les peintres Jacques Daret et Rogier van der Weyden, de 1427 à 1432. Il eut une vie mouvementée (en 1423, par exemple, il joue un rôle politique dans une révolte d'artisans contre les patriciens), mais semble avoir toujours joui d'un grand prestige en tant qu'artiste.

Campin a peint occasionnellement des statues et des écus, comme cela se faisait beaucoup à l'époque, mais il fut surtout peintre de panneaux ; il est avec les Van Eyck, dont il n'atteint cependant pas la perfection technique, l'un des premiers utilisateurs de la peinture à l'huile comme moyen esthétique pour traduire la lumière, sans diminuer pour autant l'intensité de tons. De son abondante production, il ne reste que quelques originaux, des retables et des portraits, et autant de copies peintes ou dessinées d'après des compositions perdues. Les tableaux dont on attribue actuellement, avec certitude, l'exécution ou la conception à Campin, ont d'abord été attachés au nom de Rogier van der Weyden, son élève, comme œuvres de jeunesse ; mais on s'est vite rendu compte de la différence fondamentale des factures et de l'esprit, en dépit de la parenté iconographique. On les crut d'un suiveur de van der Weyden, puis on s'aperçut du caractère archaïque qu'ils présentaient par rapport à l'art de Van der Weyden, et on les groupa sous le nom de Maître de Flémalle (le plus remarquable de ses tableaux ayant été peint pour l'abbaye de Flémalle). Ce sont des similitudes de style entre un retable de Daret et certaines œuvres du Maître de Flémalle, comme Le Mariage de la Vierge (Prado), [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAMPIN ROBERT ou MAÎTRE DE FLÉMALLE (1380 env.-1444)  » est également traité dans :

LE MAÎTRE DE FLÉMALLE et ROGIER VAN DER WEYDEN (expositions)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 092 mots

L'organisation, la même année, de deux expositions majeures consacrées à l'art des primitifs flamands, l'une Le Maître de Flémalle et Rogier Van der Weyden au Städel Museum de Francfort (21 novembre 2008-22 février 2009) reprise par la suite à la Gemäldegalerie de Berlin (20 mars-21 juin 2009), l'autre Rogier Van d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-maitre-de-flemalle-rogier-van-der-weyden/#i_8115

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 842 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La peinture »  : […] L'histoire de la peinture apparaît plus contrastée, avec une réaction qui se veut dramatique contre l'emploi de formules répétées et souvent épuisées. Courajod a donné le nom de «  gothique international » à ce courant, qui se rattache au style courtois de la première moitié du xiv e  siècle et qui fut mis à l'écart entre 1360 et 1380. Il réappar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-gothique/#i_8115

LOCHNER STEPHAN (1410 env.-1451)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 570 mots

Peintre allemand né à Meersburg, Stephan Lochner s'établit à Cologne en 1442 au plus tard, date à laquelle il achète une maison dans la ville. Il est membre du conseil de la Corporation des peintres en 1447 et 1450. Pendant la décennie où sa présence est attestée à Cologne, il fut sans doute le peintre le plus en vue de la riche cité marchande sur le Rhin. C'est à lui qu'est commandé le grand trip […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stephan-lochner/#i_8115

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 165 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La peinture sur panneau »  : […] Ce qui frappe d'abord dans cette nouvelle période, c'est la prédominance de la peinture sur panneau ; les miniaturistes ont dû céder le pas aux peintres. Cela signifie que chaque œuvre dans la nouvelle technique représentait une conquête de l'art. Lorsqu'un artiste comme Jan van Eyck passe de la miniature à la peinture sur panneau , il lui faut adapter les schémas de composition à la fois au nouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_8115

STYLE, ARTISTE ET SOCIÉTÉ, Meyer Schapiro - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 302 mots

Dans le chapitre « Critique et déconstruction »  : […] Les autres études concernent des œuvres, des artistes ou des mouvements précis ; mais elles n'en sont pas moins orientées par le souci d'éclairer des questions de grande portée. En soumettant à une critique pointilleuse le célèbre texte de Freud Un souvenir d'enfance de Léonard de Vinci , Schapiro réduit à peu de choses la démonstration du Viennois, mais tout en admettant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style-artiste-et-societe/#i_8115

VAN DER WEYDEN ROGIER (1399 ou 1400-1464)

  • Écrit par 
  • Dominique VANWIJNSBERGHE
  •  • 2 002 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Tournai et l'atelier de Robert Campin »  : […] C'est à Tournai, ville française au xv e  siècle, que Rogier de La Pasture voit le jour en 1399 ou en 1400 (il portera le nom flamandisé de Van der Weyden à partir de son installation à Bruxelles). Si l'on sait peu de chose de ses premières années, on peut légitimement supposer qu'il se forma dans l'atelier tournaisien du peintre Robert Campin, a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rogier-van-der-weyden/#i_8115

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise HEILBRUN, « CAMPIN ROBERT ou MAÎTRE DE FLÉMALLE (1380 env.-1444) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/campin-maitre-de-flemalle/