CELA CAMILO JOSÉ (1916-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre romanesque

Virtuose des techniques narratives, Cela a horreur de la répétition. Aux critiques déroutés par ses innovations il oppose cette définition : « Le roman c'est tout ce qui, édité sous forme de livre, admet sous le titre, et entre parenthèses, le mot de roman. » Prise au pied de la lettre, cette formule revendique pour le romancier une liberté absolue qu'il met en œuvre de son premier à son dernier roman.

La Familia de Pascual Duarte (La Famille de Pascual Duarte, 1942) est le récit écrit en prison, par un paysan d'Estrémadure, condamné à mort pour le meurtre de sa mère. À la mémoire du narrateur tout affleure, impitoyablement : l'enfance de misère, les parents monstrueux, la sœur prostituée, le frère dégénéré, les scènes sordides. Ce voyage halluciné au centre de l'horreur, publié sous le régime franquiste, heurta de plein fouet la conscience officielle. La censure n'intervint pas ; mais, désormais, le jeune écrivain fut tenu à l'œil. Le livre connut un succès éclatant. Il inaugurait en Espagne une ère nouvelle pour le roman, que l'on appela el tremendismo (de tremendo, terrible). Au-delà du réalisme ou de la dénonciation sociale, l'auteur mettait à nu, avec une maîtrise admirable du style, la racine du mal ou sa cynique absurdité, à l'instar de L'Étranger de Camus dont on a souvent rapproché ce premier livre.

La trajectoire romanesque de Cela s'écrit en lignes brisées. Pabellón de reposo (Pavillon de repos, 1943) a pour décor un sanatorium. Les monologues des pensionnaires, égrenant leurs rêves et leurs angoisses, constituent le thème de ce roman « de l'inaction ». La technique narrative change encore dans Nuevas Andanzas y desventuras de Lazarillo de Tormes (Nouvelles Aventures et mésaventures de Lazarillo de Tormes, 1944) qui se situe dans le droit-fil du roman picaresque.

La publication de La Colmena (La Ruche, 1951) fit sensation. Les censeurs franquistes avaient rejeté la première version, ainsi appréciée : « L'œuvre est franchement immorale, parfois pornographique et, à l'occasion, irrespectueuse. » La première édition parut à Buenos Aires, mai [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification

Autres références

«  CELA CAMILO JOSÉ (1916-2002)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une littérature libérée »  : […] Dans les années 1980-1990, au moment où se consolide la démocratie en Espagne, l'écriture littéraire qui jusque-là semblait encore s'autocensurer, procède à une remise en cause de son propre système de représentation. S'inscrivant dans le prolongement de cette écriture novatrice amorcée à la fin des années 1960 et essentiellement dans les années 1970, la littérature espagnole se place sous le sign […] Lire la suite

LA FAMILLE DE PASCUAL DUARTE, Camilo José Cela - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 824 mots

Publié en 1942, sous le régime franquiste, dans l'après-guerre civile, ce premier roman de Camilo José Cela (1916-2002) , alors âgé de vingt-six ans, fut salué comme un événement qui annonçait un renouveau littéraire. La violence et la brutalité du récit, autant que la technique narrative, procédant par accumulation de faits plus horribles les uns que les autres, rapportés sur un ton de froideur o […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « CELA CAMILO JOSÉ - (1916-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/camilo-jose-cela/