SAINT-SAËNS CAMILLE (1835-1921)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Contribution, débats et postérité

Saint-Saëns est considéré comme l’un des pianistes virtuoses les plus importants de son temps. Il conserve jusqu’à sa mort une grande dextérité pianistique. La précocité et l’étendue de son talent font l’admiration d’Hector Berlioz, de Charles Gounod, ou encore de Franz Liszt qui le considère comme le plus grand organiste de son temps. Ses talents d’improvisateur et de transcripteur sont très de Richard Wagner lorsqu’il est reçu à Wahnfried en 1876.

La contribution de Saint-Saëns à l’histoire de la musique recouvre bien des aspects. À la suite de Felix Mendelssohn-Bartholdy, il contribue largement à la redécouverte de Jean-Sébastien Bach. Il dirige l’édition complète des œuvres de Rameau avec le soutien de son éditeur Durand et aide à la reconnaissance du talent de compositeur de Franz Liszt et de Richard Wagner dont le génie révolutionnaire tarde, vers 1850-1860, à s’imposer au public français. Jusque dans les années 1880, Saint-Saëns se fait l’artisan d’une interculturalité franco-allemande par ses voyages et ses tournées outre-Rhin. Il réintroduit le concerto pour piano en France et procure au poème symphonique une place de choix, comme en témoignent deux de ses œuvres les plus célèbres, La Danse macabre (1874) et La Jeunesse d’Hercule (1877). Figure de proue de l’orientalisme français en musique, il compose douze opus où perce un exotisme plus ou moins inspiré de ses voyages. En résistance au wagnérisme contre lequel il a fini par se retourner, Saint-Saëns privilégie la recette traditionnelle de l’opéra historique et exploite la veine gréco-latine qu’il oppose à la mythologie germanique. Il se montre capable de pratiquer la dérision dans Le Car [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAINT-SAËNS CAMILLE (1835-1921)  » est également traité dans :

DARRÉ JEANNE-MARIE (1905-1999)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 633 mots

La France l'a trop vite oubliée. Ailleurs, notamment aux États-Unis, Jeanne-Marie Darré est considérée comme l'une des plus grandes interprètes d'un siècle qu'elle a traversé presque dans son entier. Avec elle a disparu la dernière incarnation d'une brillante école française du piano, dont les caractéristiques très particulières se sont noyées dans l'uniformité des standards internationaux. Jeanne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeanne-marie-darre/#i_17346

GODOWSKI LEOPOLD (1870-1938)

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 079 mots

Surnommé le « pianiste des pianistes », Godowski fut, de 1900 à 1930, acclamé par le public du monde entier et admiré par ses pairs, qui voyaient en lui le premier d'entre eux. Il fut également un pédagogue réputé, comptant parmi ses élèves nombre de musiciens qui deviendront célèbres, comme Issaï Alexandrovitch Dobroven (Dobrowen) ou Heinrich Neuhaus. Enfin et surtout, il écrivit pour le piano s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leopold-godowski/#i_17346

LYRISME MUSICAL

  • Écrit par 
  • Étienne SOURIAU
  •  • 2 856 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Arguments esthétiques »  : […] On fait observer que le fait musical doit trouver en lui-même sa raison d'être ; que si, aux mesures 14 à 18 de la Sonate pour piano (1926) de Béla Bartók, l' ut , qui précédemment était diésé, est marqué d'un bécarre, ce n'est pas parce que l'émotion du compositeur le force à baisser le ton (ce qui ne serait qu'un pur accident technique, analogue à un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyrisme-musical/#i_17346

XYLOPHONE, en bref

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 633 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Styles musicaux »  : […] Instrument des fêtes populaires et des musiciens vagabonds, le psaltérion européen est également l'attribut de la Mort dans les représentations de danses macabres. C'est d'ailleurs dans le poème symphonique Danse macabre de Camille Saint-Saëns (1875) que le xylophone fait son entrée, tardive, dans l'orchestre symphonique ; le compositeur a mis à profit sa sonorité sèche et c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xylophone-en-bref/#i_17346

Pour citer l’article

Stéphane LETEURÉ, « SAINT-SAËNS CAMILLE - (1835-1921) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/camille-saint-saens/