CAMÉES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La gravure des camées

Matière

Toutes les pierres que les Anciens désignaient par les noms de λ́ιθοι τ́ιμοι, λ́ιθοι πολυτελε̃ις, ou gemmae, n'étaient pas propres à la glyptique.

Les pierres précieuses, telles que le diamant ou les corindons, restaient, à cause de leur dureté, des pierres de joailliers plutôt que de lithoglyphes, malgré la découverte de la taille du diamant, au xve siècle, par Louis de Berquem, et les essais de quelques artistes de la Renaissance qui ont gravé des camées sur des diamants : le plus fameux est le portrait de l'infant don Carlos qui rendit célèbre son auteur Clément Birago.

Les lithoglyphes pouvaient choisir, dans la gamme des pierres fines et demi-fines, translucides ou opaques que leur offrait la nature, les pierres siliceuses ou argileuses et les oxydes métalliques, plus aptes à recevoir une gravure fine et d'un beau poli que le diamant ou les corindons. Les pierres siliceuses les plus recherchées étaient les variétés de quartz : les quartz hyalins, les quartz semi-translucides, les quartz compacts. Dans les quartz hyalins, il y a eu peu de variétés qui furent choisies pour graver des camées, sauf les améthystes, les émeraudes, les grenats et, quelquefois, les fausses topazes ; ce fut parmi les quartz semi-translucides, dont les variétés sont groupées sous le terme générique d'agate, que furent gravés les plus beaux camées. Les agates sont des gemmes qui se rencontrent dans la nature à l'état concrétisé, sous forme de rognons ovoïdes formés de sédiments de matière siliceuse. Ces gemmes étaient recueillies par les Orientaux et les Grecs dans les fleuves et les torrents de la Crète, de Chypre, de Rhodes, de Lesbos, de la Thrace, de la Phrygie, de la Perse, de l'Inde et de l'Égypte. Les Romains les recueillaient en Sicile dans le fleuve Achates qui a donné le nom à cette gemme : « ... achates [...] repert [...]


Médias de l’article

Camée, art romain

Camée, art romain
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Gemma Augustea, art romain

Gemma Augustea, art romain
Crédits : Bridgeman Images

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : conservateur honoraire du Cabinet des médailles de Paris, ancien professeur à l'École du Louvre, professeur à la Monnaie de Paris

Classification


Autres références

«  CAMÉES  » est également traité dans :

DOMENICO DE' CAMMEI (actif fin XVe-déb. XVIe s.)

  • Écrit par 
  • Marguerite KRASSILNIKOFF
  •  • 210 mots

Selon Vasari, Domenico de' Cammei travaille à Milan, comme graveur sur gemmes et comme médailleur. Il est en ces domaines le rival d'un artiste réputé, Giovanni delle Carniole, auteur du portrait en intaille de Savonarole. On l'identifie avec Domenico de Compagni ou peut-être avec Domenico Romano qui signe, en 1557, un camée de calcédoine, en souvenir de l'entrée de Cosme I er à Sienne ; Cammei n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/domenico-de-cammei/#i_10838

NASSARO ou NAZZARO MATTEO DEL (mort en 1548 env.)

  • Écrit par 
  • Marguerite KRASSILNIKOFF
  •  • 517 mots

Peintre, dessinateur, orfèvre, graveur sur gemmes et médailleur italien, Matteo del Nassaro est pour Vasari le maître de la glyptique. Fils de Jacopo del Nassaro, bottier à Vérone, il apprend dans sa jeunesse le dessin et la musique. Deux artistes de Vérone lui enseignent la gravure : Galeazzo Mondella et Nicolò Avanzi. On considère La Déposition de Croix comme l'une de ses premières œuvres impor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nassaro-nazzaro/#i_10838

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'art romain

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 14 633 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « L'art politique et triomphal »  : […] Dès le début du i er  siècle avant J.-C., les généraux et les hommes politiques font exécuter des monuments destinés à servir leur propagande. Le plus ancien est une base décorée de reliefs qui avait été consacrée vers 100 avant J.-C. dans le temple de Neptune au bord du Tibre, près du cirque Flaminius, et qui supportait vraisemblablement des statues de divinités marines dues à Scopas ; une parti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-art-romain/#i_10838

Voir aussi

Pour citer l’article

Josèphe JACQUIOT, « CAMÉES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/camees/