CALLIMAQUE (env. 310-env. 243 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'érudit

Novateur, Callimaque le fut encore dans un domaine qui n'était alors pas séparé de l'activité littéraire : l'érudition. On ne peut qu'évaluer l'importance de son rôle, d'abord par le nombre de ses disciples (Ératosthène et Aristophane de Byzance entre autres), ensuite par le travail de classement qu'il accomplit à la Bibliothèque royale d'Alexandrie, d'après le témoignage des Anciens : les Pinakes (« tables » des auteurs et de leurs œuvres) furent le premier catalogue digne de ce nom, instrument indispensable à toute activité érudite et philologique. Cependant, Callimaque n'exerça jamais, bien qu'on l'ait cru jadis, les fonctions de chef de la Bibliothèque.

L'effervescence intellectuelle d'Alexandrie se manifesta aussi, à partir de la poésie comme de l'érudition, par des discussions, dont certaines, selon la tradition, furent de véritables querelles. L'une, en particulier, aurait opposé Callimaque à son propre disciple, Apollonios de Rhodes, l'auteur des Argonautiques. L'importance de ces querelles est peut-être exagérée. De plus, elles se compliquent de l'incertitude de la chronologie. Les œuvres des poètes hellénistiques sont en général difficiles à dater. Nous ne disposons que de quelques repères sûrs, d'après des œuvres de circonstances. L'activité de Callimaque se situe entre le début du iiie siècle (poèmes inspirés de près par Cyrène) et, date mieux assurée, dans les années tournant autour de 240 ; l'Épinicie en l'honneur de Sosibios se place en effet en 243.

De récentes découvertes papyrologiques (Papyrus des collections de Lille) ont révélé l'existence d'une édition commentée d'un poème de Callimaque qui ne saurait être postérieure aux années 220 avant J.-C. Le fait est remarquable et significatif : peu après sa mort, sinon même de son vivant, le poète a été l'objet d'études et de commentaires. Cela souligne l'importance décisive qu'il eut sur l'évolution de la littérature.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CALLIMAQUE (env. 310-env. 243 av. J.-C.)  » est également traité dans :

APOLLONIOS DE RHODES (env. 295-env. 215 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Dominique RICHARD
  •  • 322 mots

Originaire d'Alexandrie, Apollonios de Rhodes est d'abord l'élève de Callimaque. Mais une polémique le dresse contre son ancien maître (une satire de Callimaque intitulée Ibis est dirigée contre lui). Calomnié auprès de Ptolémée Philadelphe, il quitte Alexandrie et s'établit à Rhodes où il enseigne la rhétorique et la grammaire. Il deviendra citoyen de Rhodes. Cependant, rappelé à Alexandrie aprè […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Joseph MOGENET, 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 8 250 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La poésie alexandrine »  : […] La mort d'Alexandre, en 323, a bouleversé l'ancien monde grec. Athènes perd sa suprématie intellectuelle au profit d'une ville nouvelle fondée par le conquérant, Alexandrie, dont les premiers souverains, mécènes avant la lettre, favorisent les activités littéraires et scientifiques par l'établissement d'une bibliothèque qui sera rapidement la plus célèbre du monde grec et, surtout, par la création […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude MEILLIER, « CALLIMAQUE (env. 310-env. 243 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/callimaque/