CALENDRIERS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La réforme grégorienne de 1582

L'année julienne de 365,25 jours est légèrement trop longue comparée à l'année de saisons de 365,2422 jours : elle l'emporte de 0,0078 jour/an et le calendrier julien va retarder de 3 jours en quatre siècles, ainsi que l'ont constaté les Pères de l'Église réunis au concile de Nicée en 325. Sosigène a prétendu fixer « définitivement » l'équinoxe de printemps au 25 mars mais, en 325, il l'a rétrogradée au 21. Les Pères de l'Église, attribuant cet écart à une erreur de Sosigène, lièrent la date de Pâques à l'équinoxe de printemps placé « définitivement » le 21 mars. De 46 avant J.-C. à 1582, il s'est écoulé 1 600 ans et le décalage aurait dû être de 12 jours (3 jours pour 400 ans) ; or il était de 14 jours (25 mars au 11 mars). Sosigène a effectivement commis une erreur, de 1 jour seulement. Dans la réalité, nous avons encore inscrit dans notre calendrier actuel le souvenir de cet état primitif du calendrier julien : aux dates anciennes des équinoxes et solstices on retrouve les grandes célébrations païennes des saisons remplacées plus tard par des fêtes religieuses chrétiennes (25 mars : Annonciation ; 24 juin : saint Jean ; 25 décembre : Noël).

Regiomontanus : Calendarium

Photographie : Regiomontanus : Calendarium

Page de titre de l'ouvrage «Calendarium» (imprimé à Venise en 1476) de l'astronome et mathématicien allemand Regiomontanus, que le pape Sixte IV avait fait venir à Rome en 1475 afin d'étudier une réforme du calendrier. 

Crédits : Rosenwald Rare Book Collection/ Library of Congress, Washington, D.C.

Afficher

Dans les siècles qui suivent le concile de Nicée, les défauts du calendrier s'amplifient et la fête de Pâques est célébrée de plus en plus tôt. Les autorités ecclésiastiques essayèrent de trouver une solution à l'occasion de diverses réunions d'astronomes et de conciles (Avignon, 1344 ; Constance, 1415 ; Bâle, 1434), sans aboutir à une solution satisfaisant tout le monde. Le problème devient de plus en plus urgent, et c'est finalement le concile de Trente (1545-1562) qui charge le pape Grégoire XIII de procéder à la réforme. Celui-ci nomme une commission de réforme du calendrier composée de nombreux savants de l'époque, parmi lesquels Christopher Clavius et Antonius Lilius. La solution est proposée par Luigi Lilio. Malheureusement, celui-ci ne vécut pas assez longtemps pour assister aux travaux de la commission sur le nouveau calendrier, appelé à l'époque calendrier lilien avant l'appellation consacrée de calendrier grégorien. En 1582, l'équinoxe de printemps advient le 11 mars, en avance de 10 jours sur la date qui lui avait été assignée par le concile de Nicée. Pour rétablir l'équilibre afin de rester cohérent avec la date de Pâques, la commission propose d'amputer l'année 1582 de 10 jours ; le projet soumis aux autorités (rois, savants...) est proposé au pape (« Canones in Calendarium Gregorianum perpetuum »), qui ordonne la réforme par la bulle papale Inter gravissimas du 24 février 1582, dans laquelle il annonce la mise en œuvre du nouveau calendrier à partir du 15 octobre de la même année et propose : « qu'afin de rendre à l'équinoxe de printemps la place qu'elle avait à l'origine et que les Pères du Concile de Nicée fixèrent au XII Kalendas Aprilis (21 mars) [...] 10 jours, du troisième jour des Nones (5 octobre) au jour précédant les Ides (14 octobre) inclus, soient supprimés ». Afin de ne pas rompre la succession des jours de la semaine, au jeudi 4 octobre succéda le vendredi 15 octobre. Si la réforme annule parfaitement la dérive du calendrier, le nœud du problème n'est pas résolu car il faut éliminer définitivement les causes de la dérive de l'équinoxe dans le calendrier. L'année julienne avance d'environ 3 jours en 400 ans. Pour maîtriser cette dérive, il est décidé que le jour ajouté aux années séculaires (1600, 1700...) sera supprimé sauf si l'année n'est pas divisible par 400 (1600, 2000...) : c'est la raison pour laquelle les années 1700, 1800 et 1900 n'étaient pas bissextiles alors que 2000 le fut. L'année grégorienne vaut 365 + 1/4 — (3/400) = 365,2425 jours. Elle est donc encore trop longue de 365,2425 — 365,2422 = 0,0003 jour. En 10 000 ans notre calendrier comporte par conséquent trois jours de trop et l'équinoxe de printemps est décalée au 18 mars. Si on tient compte du ralentissement de la rotation de la Terre, le décalage atteint 16 jours et non pas 3 jours.

Cette réforme ne fut pas acceptée sans réticences, surtout dans les pays protestants et orthodoxes, qui ont préféré conserver un calendrier manifestement faux plutôt que de s'incliner devant le pape. L'Espagne et le Portugal se sont pliés aux règles papales, et la réforme a été appliquée en France sous Henri III : le 9 décembre 1582 y a été suivi du 20 décembre. Elle a été accueillie plus ou moins tardivement dans d'autres États : 1584 (États catholiques d'Allemagne et de Suisse), 1700 (États protestants des Pays-Bas, d'Allemagne et de Suisse), 1752 (Angleterre et Suède). Aux Pays-Bas, le lendemain du 14 décembre fut le jour de Noël, mais les provinces protestantes refusèrent de se plier au décret. Les États catholiques de Suisse et d'Allemagne accueillirent la réforme en 1584. En Pologne, le calendrier grégorien fut mis en place après bien des réticences en 1586. La Hongrie s'aligna en 1587. Même dans les pays catholiques, la répugnance fut grande à sacrifier une dizaine de jours. Dans les pays protestants, la résistance était intense. Kepler écrira : « Les protestants aiment mieux être en désaccord avec le Soleil qu'en accord avec le Pape. » L'Angleterre s'est ralliée à la réforme en 1752 : le 2 septembre y a été suivi du 14 septembre.

Ce n'est qu'au xxe siècle que les orthodoxes (Russie, Bulgarie...) se sont soumis à cet usage universel. En 1900, leur calendrier retardait de 13 jours. Les Russes, les Grecs, les Bulgares, les Yougoslaves soumis à la religion orthodoxe ont conservé jusqu'à une époque récente le style julien. En U.R.S.S., le calendrier grégorien a été adopté en 1918, le 14 janvier succédant au 1er janvier. Ainsi, la célèbre révolution d'octobre 1917 a eu lieu en novembre ! C'est pour éviter toute confusion que les dates sont souvent données dans les deux « styles » (nouveau style et ancien style). Actuellement, la fête de Pâques grecque orthodoxe est encore déterminée dans le comput julien.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

La Naissance du Christ, A. Altdorfer

La Naissance du Christ, A. Altdorfer
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Calendrier aztèque

Calendrier aztèque
Crédits : E. Macduff/ Iconica/ Getty

photographie

Regiomontanus : Calendarium

Regiomontanus : Calendarium
Crédits : Rosenwald Rare Book Collection/ Library of Congress, Washington, D.C.

photographie

Les heures du jour en Égypte antique

Les heures du jour en Égypte antique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CALENDRIERS  » est également traité dans :

ALMANACH

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 192 mots

Calendrier annonçant les fêtes mobiles, les lunaisons et la date des changements de saison. Des almanachs manuscrits ont été diffusés dès l'Antiquité, mais c'est l'invention de l'imprimerie qui a permis leur multiplication. Objets de colportage par excellence, les almanachs ont très vite été complétés par diverses indications pratiques (lieux et heures de départ des courriers ou des diligences), v […] Lire la suite

ALMANACH, estampe

  • Écrit par 
  • Maxime PRÉAUD
  •  • 807 mots

Le mot almanach , d'origine incertaine, apparaît dans l'arabe occidental au xiii e  siècle ; il désigne d'abord une éphéméride où figurent les positions du soleil et de la lune. Avec l'invention de l'imprimerie et de l'estampe, ce type de calendrier va se développer et se diffuser très largement, sous deux formes. La première est celle d'un livret comprenant le calendrier proprement dit, enrichi d […] Lire la suite

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 309 mots

Dans le chapitre « Autour de l'almanach »  : […] L'astrologie a souvent été intimement liée au calendrier et s'est parfois confondue avec lui. Elle a été évidemment affectée – dans ses formulations les plus primaires (correspondance jour de la semaine-planète) – par la réforme du calendrier grégorien, en 1582, qui modifiait les correspondances entre jours et phénomènes cosmiques ou météorologiques. Bien que le mois et le signe zodiacal ne coïnc […] Lire la suite

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 318 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les origines de l’astronomie »  : […] Les plus anciennes civilisations sur lesquelles nous possédons des informations occupent, entre 5000 et 4000 ans avant J.-C., les plaines fertiles de Chine, des Indes, d'Égypte et de Mésopotamie, mais c'est probablement en cette dernière , sur les bords du Tigre et de l'Euphrate, que l'observation des astres tint le plus de place. Vers 3000 avant J.-C., les villes sumériennes du sud de la Mésopot […] Lire la suite

AZTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Alexandra BIAR, 
  • Mireille SIMONI
  •  • 11 273 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre «  Le calendrier et la soumission aux « livres du destin » »  : […] Les Aztèques étaient héritiers d'un long passé, et, comme leurs prédécesseurs et leurs voisins, Olmèques ou Mayas en particulier, ils accordaient une importance extrême à l'astronomie. Dans leurs calmecac (sortes de collèges religieux), les prêtres étudiaient l'année divinatoire et donnaient à chaque date ou à chaque événement sa place dans le réseau d'influences divines, d'appartenances, d'orie […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - Sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARTZLOFF
  •  • 6 597 mots

Dans le chapitre « Astronomie »  : […] L'astronomie ( tianwen ) constitue un ensemble de spéculations et de pratiques tournées vers l'utilisation des phénomènes célestes à des fins politiques. Les astronomes-astrologues-calendéristes ( chouren ) étaient des fonctionnaires affectés au bureau d'Astronomie (significativement, la nomenclature chinoise des étoiles et constellations s'inspire bien plus de la terminologie administrative que d […] Lire la suite

CIEL SYMBOLISME DU

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 2 865 mots

Dans le chapitre « L'harmonie des contraires »  : […] Toutefois un autre symbolisme vient se greffer sur l'archétype diurne du Ciel. Car le Ciel peut aussi être nocturne. Bien mieux, il est la scène dramatique par excellence où se succèdent les contraires, où s'affrontent les phases, où se jouent les ascensions astrales comme les déclins. Sans insister ici sur le symbolisme spécifique de la Lune, il nous faut indiquer cependant que c'est bien elle q […] Lire la suite

CODEX MAYAS

  • Écrit par 
  • Éric TALADOIRE
  •  • 2 846 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le codex de Dresde »  : […] Le codex de Dresde (ou Codex Dresdensis ) se trouve à la Sächsische Landesbibliothek de Dresde depuis son acquisition en 1739 par le directeur de la Dresdener Bibliothek, Johann Christian Götze. Il se compose de 39 feuilles de 20,4 × 9 centimètres chacune, soit 78 pages dont 4 vierges. Sa longueur totale atteint 3,56 mètres. Son histoire antérieure reste inconnue, même si l’on peut supposer qu’i […] Lire la suite

COMTE AUGUSTE (1798-1857)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 9 458 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La religion de l'humanité »  : […] Comte annonçait la paix et l'harmonie parfaites pour le xx e  siècle, ce qui laisse rêveur. Méprisant les politiciens, il les attendait de l'avènement de la religion positiviste. Comte se voit avant tout comme fondateur de religion. Le problème se pose ainsi : les croyances théologiques se trouvent désormais privées de sens, mais les hommes ont besoin d'un objet d'amour plus haut qu'eux-mêmes, ils […] Lire la suite

DÉVELOPPEMENT DU TEMPS, psychologie

  • Écrit par 
  • Sylvie DROIT-VOLET
  •  • 2 083 mots

Dans le chapitre « L’apprentissage du calendrier  »  : […] Le calendrier est un système arbitraire et conventionnel de représentation du temps. Ce sont donc les parents et les professeurs qui enseignent à l’enfant cette représentation sociale du temps. L'ordre d'acquisition des éléments du calendrier est le suivant : les jours de la semaine (cinq-six ans), puis les mois de l'année (sept ans), les saisons (sept-huit ans), et enfin les années (huit-neuf an […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul PARISOT, « CALENDRIERS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/calendriers/