CAÏD

De l'arabe qā‘id, celui qui mène un animal en marchant devant lui, qui conduit, dirige une armée, le chef. Qā‘id est un terme général employé pour désigner un chef militaire, quel que soit son grade : signification étendue et peu précise. Plus que d'une fonction, il s'agit d'un titre honorifique que l'on attribue aussi bien au chef d'une tribu qu'à un officier subalterne. Toutefois, à l'époque ottomane, en Afrique du Nord, la fonction du caïd se précise ; c'est un chef de canton nommé par le bey, muni de pouvoirs civils et militaires : contrôle du partage des terres et de leur culture, répartition et perception des impôts. Au Maroc, à l'époque du protectorat français, le terme a trois acceptions : représentant du maghzen, représentant d'une collectivité et agent d'exécution d'une juridiction chérifienne.

—  Georges BOHAS

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, directeur de l'Institut français d'études arabes de Damas

Classification

Autres références

«  CAÏD  » est également traité dans :

TUNISIE

  • Écrit par 
  • Michel CAMAU, 
  • Roger COQUE, 
  • Jean GANIAGE, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Khadija MOHSEN-FINAN
  •  • 19 909 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les années difficiles (1815-1860) »  : […] Au début du xix e  siècle, la Régence de Tunis conservait encore la plupart des institutions que les Turcs avaient mis en place après l'expulsion des Espagnols. Le pays était gouverné à la turque par une poignée de mamelouks, des esclaves affranchis à qui revenaient les principales charges de l'État. Mais le bey était devenu un véritable souverain. Ses liens de vassalité à l'égard de la Porte se r […] Lire la suite

Les derniers événements

Tunisie. Élections législatives. 6 octobre 2019

(islamiste) remporte 5,9 p. 100 des suffrages et 21 élus. Le Mouvement du peuple (gauche) accroît sa représentation avec 4,5 p. 100 des voix et 16 députés. Tahya Tounès (centre) du Premier ministre Youssef Chahed obtient 4,1 p. 100 des suffrages et 14 sièges. Nidaa Tounès, le parti fondé par l’ancien président Béji Caïd Essebsi, s’effondre avec 1,5 p 100 des voix et 3 élus. Le taux de participation, 41,7 p. 100, est en forte baisse. […] Lire la suite

Tunisie. Arrestation d’un candidat à l’élection présidentielle. 14-23 août 2019

Le 14, l’Instance supérieure indépendante pour les élections publie la liste des vingt-six candidats sélectionnés en vue de l’élection présidentielle anticipée de septembre, organisée à la suite du décès du président Béji Caïd Essebsi en juillet. Parmi ceux-ci figurent notamment le Premier […] Lire la suite

Tunisie. Mort du président Béji Caïd Essebsi. 25-27 juillet 2019

Le 25, le président Béji Caïd Essebsi décède. Il était le premier président élu au suffrage universel depuis la révolution de 2011. Le président de l’Assemblée des représentants du peuple Mohamed Ennaceur assure les fonctions de chef de l’État par intérim. Le mandat présidentiel arrivait à […] Lire la suite

Tunisie. Hospitalisation du président Béji Caïd Essebsi. 27 juin - 1er juillet 2019

Le 27, le président Béji Caïd Essebsi, victime d’un grave malaise, est hospitalisé dans un état jugé « critique ». Le 1er juillet, il quitte l’hôpital. Cette alerte met en lumière le risque lié à l’absence de Cour constitutionnelle qui, selon la Constitution, est la seule instance habilitée à constater la vacance définitive du pouvoir. […] Lire la suite

Tunisie. Renoncement du président Béji Caïd Essebsi à se représenter et division de Nidaa Tounès. 6-13 avril 2019

Le 6, lors du congrès de son parti Nidaa Tounès à Monastir, le président Béji Caïd Essebsi annonce sa décision de ne pas se représenter lors de l’élection présidentielle prévue en novembre. Il appelle Nidaa Tounès, dirigé par son fils Hafedh Caïd Essebsi, à réintégrer dans ses rangs le Premier […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges BOHAS, « CAÏD », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/caid/