CADMIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cadmium : propriétés physiques

Cadmium : propriétés physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Cadmium : production

Cadmium : production
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Pyrométallurgie du zinc et extraction du cadmium

Pyrométallurgie du zinc et extraction du cadmium
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Hydrométallurgie du zinc et extraction du cadmium

Hydrométallurgie du zinc et extraction du cadmium
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Propriétés

Les propriétés physiques sont données dans le tableau 1.

Cadmium : propriétés physiques

Cadmium : propriétés physiques

Tableau

Propriétés physiques du cadmium. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Par ses propriétés chimiques et celles de ses composés, le cadmium a beaucoup de similitude avec le zinc. Ce dernier le déplace de ses sels :

Cette propriété est exploitée dans les procédés d'élaboration du cadmium. Le cadmium a une bonne résistance à la corrosion dans les diverses atmosphères et, plus particulièrement, en milieu marin. Ses propriétés réductrices sont moins prononcées que celles du zinc. Il ne décompose l'eau ni à froid ni à la température d'ébullition ; la réaction ne se fait qu'au rouge. Il est facilement oxydé à l'état II, en donnant l'ion incolore Cd2+. Les bases précipitent l'hydroxyde Cd(OH)2, insoluble dans un excès de base. L'ion cadmium, comme l'ion mercurique, forme de nombreux complexes en solution aqueuse.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages




Écrit par :

  • : ingénieur des arts et métiers en retraite au centre technique du zinc

Classification


Autres références

«  CADMIUM  » est également traité dans :

ALLIAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GACHON
  •  • 7 350 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Diagrammes d'équilibres de phases »  : […] La description et l'étude des alliages binaires passent par un type de représentation classique : les diagrammes d'équilibres de phases. Quelques cas peuvent servir d'exemples. La figure concerne le système cuivre (Cu)- tungstène (W). L'axe des abscisses représente la teneur de l'alliage en tungstène exprimée en atomes pour cent ou en poids pour cent ; la première échelle est utilisée dans les l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alliages/#i_3064

CUIVRE

  • Écrit par 
  • C.I.C.L.A., 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 8 199 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Cuivres faiblement alliés »  : […] Renfermant généralement moins de 1 p. 100 d'éléments d'addition, leurs caractéristiques mécaniques sont supérieures à celles du cuivre pur et ils conservent des caractéristiques électriques élevées. Les principaux sont : le cuivre à l'argent (de 0,03 à 0,10 p. 100 d'Ag), dont les caractéristiques mécaniques sont conservées à une température plus élevée de 100  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cuivre/#i_3064

ÉPIDÉMIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Catherine DUPUIS, 
  • Pierre SALIOU
  •  • 1 834 mots

Dans le chapitre « Pathologies non transmissibles »  : […] Une étude épidémiologique difficile illustre bien la complexité du problème. Elle porte sur l'intervention éventuelle d'un « facteur eau » dans l'étiologie de cette maladie plurifactorielle qu'est l' athérosclérose, qui combine l'athérome (infiltration graisseuse des parois artérielles) et la sclérose vasculaire. En 1957, l'attention a été attirée sur le rôle de l'eau par un Japonais, Kobayashi, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epidemiologie/#i_3064

ORGANOMÉTALLIQUES COMPOSÉS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER, 
  • Charles PRÉVOST
  •  • 4 235 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Organo-alcalins »  : […] Les dérivés sodés se préparent généralement par action du sodium sur les organomercuriques : Ces composés sont très oxydables et s'hydratent instantanément en soude et en hydrocarbure. Ils se comportent comme l'anion R - et attaquent en particulier les éthers halohydriques par un processus SN 2  : Les organolithiens résultent de l'action du métal su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/composes-organometalliques/#i_3064

SULFURES ET SULFOSELS NATURELS

  • Écrit par 
  • Roland PIERROT, 
  • Guy ROGER
  •  • 6 119 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Greenockite »  : […] La greenockite CdS est un minéral hexagonal (P6  3 mc ). Exceptionnelle sous forme de cristaux (pyramidaux), elle est assez fréquente en croûtes et en fins enduits pulvérulents. Sa couleur est jaune, orangée ou brun clair. La greenockite est généralement supergène, rarement abondante, pratiquement toujours associée avec la blende ou la wurtzite. La greenockite représente, ave […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sulfures-et-sulfosels-naturels/#i_3064

ZINC

  • Écrit par 
  • Noël DREULLE, 
  • Paule DREULLE, 
  • Jean-Louis VIGNES, 
  • Bernard WOJCIEKOWSKI
  •  • 5 307 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Grillage des minerais »  : […] Les minerais concentrés sont le plus souvent des blendes contenant de 28 à 32 p. 100 de soufre. Il est nécessaire de transformer le sulfure en oxyde par un grillage : L'anhydride sulfureux dégagé est utilisé pour la production d'acide sulfurique. Selon la température, des réactions parasites peuvent se produire, la plus importante étant l'oxydation en sulfate : Elle a lieu principalement entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zinc/#i_3064

Pour citer l’article

Alexandre TRICOT, « CADMIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cadmium/