BYZANCEL'Empire byzantin

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ère protobyzantine (395-610)

L'Empire byzantin est né en quelque sorte par hasard. Quand Théodose Ier, qui avait conféré le titre d'auguste à ses deux fils, Arcadius et Honorius, légua au premier le gouvernement de l'Orient et au second celui de l'Occident, il ne crut pas – ni personne en son temps – avoir procédé à un partage définitif ; dans son esprit il ne s'agissait même pas d'un partage à proprement parler : ses deux fils n'étaient pas les souverains de deux États distincts, ils étaient deux coempereurs qui se partageaient les responsabilités d'un même Empire, où les décisions, qu'elles fussent prises pour l'Orient ou pour l'Occident, l'étaient en leur nom à tous deux. Cette conception, qui survécut longtemps aux règnes des deux frères (puisque le Code de Théodose II, en 438, fut promulgué aussi au nom de Valentinien III), explique l'énergie avec laquelle les empereurs orientaux de cette période, Justinien le tout premier, s'accrochèrent au passé, rêvèrent de reconstituer l'Empire universel. Ils ne portaient pas encore le titre grec de basileus et ne se considéraient pas comme des souverains grecs : au vrai, ils ne l'étaient guère. La dynastie théodosienne était issue d'Espagne ; ses successeurs étaient pour la plupart originaires de la partie non grecque de la péninsule balkanique, tels les Thraces Marcien et Léon Ier, l'Épirote Anastase, l'Illyrien Justin Ier ; on trouve même un pur barbare, l'Isaurien Zénon, qui s'appelait Tarasicodissa avant son avènement. Il faut descendre jusqu'à Tibère II pour rencontrer un empereur qui soit vraiment d'ascendance grecque. Parmi les hommes d'État qui entourent ces empereurs, il y a aussi beaucoup d'Occidentaux ; du reste, la langue de l'administration et des tribunaux est encore le latin, et non le grec. Même dans le domaine de la culture, le grec n'a pas encore conquis toutes les positions : ainsi, l'université de Constantinople réorganisée par Théodose II compte seulement seize chaires grecques pour quinze latines. Cette période ambiguë, où l'élément grec ne finira par s'i [...]

Byzance : l'Empire romain d'Orient

Byzance : l'Empire romain d'Orient

Diaporama

Souverains de l'Empire romain d'Orient de 395 à 610 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages



Médias de l’article

Byzance : l'Empire romain d'Orient

Byzance : l'Empire romain d'Orient
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

400 à 500. Royaumes barbares

400 à 500. Royaumes barbares
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Empire byzantin, l'Empire de Justinien

Empire byzantin, l'Empire de Justinien
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Byzance : dynastie héraclide et période des troubles

Byzance : dynastie héraclide et période des troubles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 17 médias de l'article





Écrit par :

Classification


Autres références

«  BYZANCE & EMPIRE BYZANTIN  » est également traité dans :

BYZANCE - La littérature

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 6 104 mots

L'histoire littéraire, qui privilégie volontiers les notions de sommet et de décadence, est souvent amenée à laisser de côté des pans entiers de la culture, ou à les dévaluer. Pareil sort n'a pas épargné la littérature byzantine, trop souvent jugée à l'aune du monde grec classique. Pourtant l'ensemble d'œuvres qui la constitue et qui s'étend sur un millénaire mérite d'être considéré de plus près. […] Lire la suite

BYZANCE - Les arts

  • Écrit par 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 613 mots
  •  • 10 médias

Les témoignages artistiques occupent une place de premier plan dans l'héritage laissé par Byzance. Pourtant, la documentation conservée est très lacunaire et elle n'est pas représentative de l'ensemble de la création artistique. Les monuments de Constantinople ont beaucoup souffert des destructions, plus que ceux des provinces et de la périphérie du monde byzantin. En outre, l'architecture profane […] Lire la suite

BYZANCE, 330-1453 (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 037 mots

Du marbre représentant le monstre marin rejetant Jonas sur la rive à la plaque d'orfèvrerie de l'éclatant saint Michel archange et à l'icône de l'Échelle sainte de Jean Climaque, plus de trois cents objets ont exprimé, lors de l'exposition Byzance, 330-1453 (Royal Academy of […] Lire la suite

BYZANCE MÉDIÉVALE 700-1204 (A. Cutler et J.-M. Spieser)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 1 248 mots

La collaboration de deux grands spécialistes de Byzance a permis la mise au point d'un livre intelligent et vivant, qui renouvelle les vues routinières sur Byzance (coll. L'Univers des formes, Gallimard, Paris, 1996).Une brève introduction souligne quelques constantes de l'âme byzantine. La plus importante est que pour les Byzantins l'avenir était, en quelque […] Lire la suite

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 079 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les origines et le Moyen Âge »  : […] L'occupation du sol intervient au Paléolithique moyen ; mais les Albanais actuels descendent probablement des Illyriens, peuplade indo-européenne venue dans la région vers la fin de l'âge du bronze. Leur civilisation se développa rapidement, dès le vii e  siècle avant J.-C., au contact des Grecs qui établirent, notamment à Épidammon (Durrës) et à Apollonie (près de Fier) des colonies dont subsiste […] Lire la suite

ALP ARSLAN (1030 env.-1072) sultan seldjoukide (1063-1072)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 327 mots

Après avoir montré ses qualités militaires dans des campagnes victorieuses en Afghanistan et en Iran, Alp Arslan succède vers 1060 à son père Tchaghri Beg au Khorassan, puis en 1063 à son oncle Toghroul Beg en Iran et en Irak. Ayant réussi à éliminer ses oncles et cousins, reconnu comme sultan par le calife abbasside al-Qā'im, il est avant tout l'artisan de la progression turque vers l'ouest, s'at […] Lire la suite

ANASTASE LE BIBLIOTHÉCAIRE (810 env.-env. 880)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 458 mots

Linguiste distingué et cardinal de Rome né autour de 810, probablement à Rome (Italie), mort vers 880, Anastase le bibliothécaire est un conseiller politique influent des papes du ix e  siècle. Apparenté à un évêque italien et reconnu pour sa parfaite connaissance du grec, Anastase est nommé cardinal-prêtre de la paroisse Saint-Marcel, à Rome, en 848. Déposé en 853 en raison de son activité polit […] Lire la suite

ANNE COMNÈNE (1083-1148)

  • Écrit par 
  • Pascal CULERRIER
  •  • 564 mots

Fille aînée de l'empereur Alexis I er (qui régna de 1081 à 1118), Anne Comnène, née en 1083, épousa le césar Nicéphore Bryennios et brigua en vain la couronne impériale. L'échec de ses ambitions politiques lui valut une retraite forcée qu'elle mit à profit pour reprendre un projet laissé inabouti par la mort de son époux. À la demande de sa belle-mère, ce dernier avait commencé à écrire l'histoir […] Lire la suite

ANTIOCHE PRINCIPAUTÉ D'

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 421 mots

L'une des principautés de l'Orient latin né de la Première Croisade, organisée par Bohémond I er de Tarente autour de la place d'Antioche, l'une des plus importantes villes musulmanes, prise par les Francs le 2 juin 1098, après un siège de près de huit mois. La principauté, et en particulier le port de Lattaquié, fut l'objet d'une âpre compétition entre Bohémond et les Byzantins. En l'absence de […] Lire la suite

ARABIE

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN, 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 7 600 mots

Dans le chapitre « La lutte des empires »  : […] Alors que la scène politique d'une vaste région du globe était dominée par la lutte entre les Romains et les Perses Sassanides, l'Arabie, en marge de ces deux grandes puissances, en subissait le contrecoup. Cela se marquait notamment, sur le plan idéologique, par la pénétration du christianisme monophysite ou diphysite modéré lié à Byzance, du christianisme nestorien et du judaïsme protégés par la […] Lire la suite

ARCADIUS FLAVIUS PIUS FELIX (377-408) empereur d'Orient (395-408)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 500 mots

Fils aîné de l'empereur Théodose le Grand et de Aelia Flacilla, il est associé dès l'âge de six ans à l'Empire par son père et proclamé auguste. Cette désignation est confirmée par sa triple nomination de consul en 385, 392 et 394. De petite taille et chétif, Arcadius est confié à divers précepteurs renommés, tels le rhéteur Themistius et le diacre Arsénius qui l'instruisent dans la religion chrét […] Lire la suite

ARMÉE - Typologie historique

  • Écrit par 
  • Paul DEVAUTOUR, 
  • Universalis
  •  • 12 920 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Première période »  : […] Armée byzantine . Aux cavaliers-archers l'empereur Justinien oppose les cataphractes byzantins, couverts d'une lorica (cotte de mailles) et maniant, selon les phases du combat, l'arc, la lance ou l'épée. L'infanterie, également armée défensivement, dispose de l'arbalète, de l'épée et de la pique. L'armée justinienne, peu nombreuse, mais bien instruite, recrutée à la fois en province et à l'étrang […] Lire la suite

AUTOMATE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude BEAUNE, 
  • André DOYON, 
  • Lucien LIAIGRE
  •  • 6 638 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'automate dans l'Antiquité grecque et byzantine »  : […] Aux temps archaïques dont parle Homère, quand le souvenir des « accointances magiques » n'était pas totalement effacé, la pensée technique venue d'Orient avait, semble-t-il, connu un certain essor. Homère parle d'instruments animés et d'ouvrages vivants ; mais c'est chez lui davantage une ironique révérence envers des mythes déjà édulcorés que l'expression véritable de la pensée technique contempo […] Lire la suite

BASILIQUES, droit romain

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 326 mots

Compilation juridique faite à Constantinople sur l'ordre de l'empereur byzantin Léon le Sage (886-911). Ce recueil rassemble ce qui, dans la compilation justinienne (Code, Digeste, Institutes, Novelles), était encore en vigueur dans l'Empire d'Orient à la fin du ix e siècle. Le projet d'un tel recueil avait déjà été formé par l'empereur Basile le Macédonien (867-886), mais ne fut réalisé que par […] Lire la suite

BÉLISAIRE (500 env.-565)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 732 mots
  •  • 1 média

À la veille du vi e siècle, l'Empire romain morcelé par les royaumes barbares semble appartenir à une histoire définitivement révolue. Cependant, à Constantinople, l'empereur Justinien I er cherche à retrouver l'unité de l'ancienne puissance romaine et à reconquérir à l'Occident les territoires perdus sur les Goths, les Francs, les Burgondes et les Vandales. Il trouve en Bélisaire, un des offic […] Lire la suite

BESSARION JEAN cardinal (1403-1472)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 674 mots
  •  • 1 média

Issu d'une très modeste famille de Trébizonde, alors capitale des grands Comnènes. Bessarion étudie à Constantinople, où il compte parmi ses maîtres le médecin et astronome Chrysokokkès, et se fait des amis, tel Francesco Filelfo le Vénitien. En 1423, il prend l'habit monastique et, à cette occasion, échange son nom de baptême, probablement Basile, contre celui de Bessarion. Il est ordonné prêtre […] Lire la suite

BIBLIOTHÈQUES

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN
  •  • 8 913 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Moyen Âge »  : […] La disparition quasi totale des volumina si soigneusement conservés durant l'Antiquité peut apparaître comme la conséquence des grandes invasions. Mais elle s'explique aussi par la fragilité du papyrus et résulte avant tout d'une révolution technique : le remplacement sous le Bas-Empire du volumen par le codex et la substitution au papyrus du parchemin, plus fruste mais plus solide. À l'opposé […] Lire la suite

BOGOMILES

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine DAVY
  •  • 1 105 mots

Dans le chapitre « Théologie et vie des communautés »  : […] Ce système dualiste est fondé sur l'opposition entre la lumière et les ténèbres correspondant au Bien et au Mal. On retrouve ainsi les thèmes des anciennes gnoses telles qu'elles se présentaient chez Basilide et Valentin et telles que, de temps à autre, elles ont surgi sous des revêtements divers au cours de l'histoire. Ainsi les messaliens et les pauliciens, répandus dans l'Empire byzantin, ont […] Lire la suite

BOHÉMOND Ier (1057 env.-1111) prince d'Antioche (1098-1111)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 259 mots

Fils du fondateur de l'État normand de Sicile, Robert Guiscard, Bohémond I er participe avec son père à la lutte contre l'empereur Alexis Comnène et à l'éphémère conquête de la Macédoine (1081-1085). Intelligent et peu scrupuleux, il n'hésite pas à prendre part à la première Croisade, décidé à ruser avec Byzance et à réaliser ses ambitions orientales à la faveur de l'entreprise des chrétiens d'Oc […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

José GROSDIDIER DE MATONS, « BYZANCE - L'Empire byzantin », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-l-empire-byzantin/