KEATON BUSTER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cameraman

Il se passionne en même temps très vite pour la technique. « Je voulais savoir, dit-il, comment le film était assemblé dans la salle de montage ; mais c'est la mécanique de la caméra qui me fascinait le plus. »

Les premiers conseils de Fatty ne sont pas très encourageants. « Il faudra que tu te fasses à l'idée, dit-il au débutant, que l'âge mental du public ne dépasse pas douze ans. » Keaton l'écoute en silence, mais, quelques mois plus tard, il possède une expérience suffisante pour lui répondre : « Roscoe, il faudra que tu te sortes cette idée de la tête, parce que ceux qui continueront à faire des films pour une mentalité de douze ans ne garderont pas leur travail très longtemps. »

Ce jugement n'a rien de moral. Il ne procède que d'une appréciation pratique et réfléchie du métier de comique de cinéma. Un métier que Keaton entend exercer de la façon la plus régulière et la mieux organisée. Il n'est pas question pour lui d'attendre l'inspiration, de consulter les grands esprits du siècle ou de s'interroger sur le destin du monde comme Charlie Chaplin.

À partir d'octobre 1919, Joseph Schenck, son producteur, qui exerce en même temps sur lui une sorte de protection paternelle, loue les anciens studios de Chaplin, précisément, et engage une équipe peu nombreuse, mais constamment disponible, qui représente pour Keaton – on le sent dans toutes ses déclarations – un vrai bonheur professionnel.

Dix-neuf courts métrages en vingt-cinq mois pour commencer, puis deux longs métrages par an à partir de 1923, avec des sorties prévues quasi rituellement en avril et en novembre, voilà le rythme de production qui lui semble juste et naturel.

Si l'on songe qu'il s'agit des Trois Âges (1923), de La Croisière du « Navigator » (1924), de Fiancées en folie (1925), du Mécano de la « General » (1926), de Steamboat Bill Jr, terminé la même année (1928) que Le Cameraman, on croit rêver.

Keaton, quant à lui, ne paraît s'être soucié que du meilleur emploi du temps possible. « Mon nouveau contrat, racontera-t-il, me permettait de faire de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Buster Keaton

Buster Keaton
Crédits : Hulton-Deutsch/ Hulton-Deutsch Collection/ Corbis Historical/ Getty Images

photographie

Buster Keaton dans La Croisière du Navigator

Buster Keaton dans La Croisière du Navigator
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  KEATON BUSTER (1895-1966)  » est également traité dans :

KEATON BUSTER - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 941 mots

4 octobre 1895 Naissance de Joseph Frank Keaton à Piqua (ou Pickway, Kansas). Ses parents, Joe et Myra, sont des acteurs qui participent à des tournées ambulantes avec le prestidigitateur Harry Houdini qui donnera à l'enfant le surnom de « Buster ». Dès l'âge de trois ans, il se produit sur scène avec eux.1899 Les Trois Keaton abandonnent les tourn […] Lire la suite

LE MÉCANO DE LA "GENERAL", film de Clyde Bruckman et Buster Keaton

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 892 mots

Le Mécano de la « General » (The General) est l'un des films les plus célèbres de l'ère du muet. Dans la carrière de Buster Keaton (1896-1966) – « l'homme qui ne rit jamais », comme le vantait la publicité officielle des studios –, il se situe à l'exact milieu d'une lignée de longs-métrages acclamés par des génér […] Lire la suite

LE MÉCANO DE LA "GENERAL" (B. Keaton)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 228 mots

« J'étais plus fier de ce film que de tous ceux que j'ai jamais réalisés », déclare Buster Keaton à propos du Mécano de la « General ». Bien des années après sa réalisation, critiques et public confirmeront ce jugement sur une œuvre qui représente un sommet non seulement de l'art muet, mais du cinéma tout court. Le film révélait un […] Lire la suite

ARBUCKLE ROSCOE (1887-1933)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 598 mots

Comédien et réalisateur américain, Roscoe Arbuckle vit sa brillante carrière interrompue par le premier des grands scandales hollywoodiens. Né le 24 mars 1887 à Smith Center, au Kansas, Roscoe Conkling Arbuckle se produit dès l'âge de dix-douze ans dans des spectacles amateurs, dont l'entrée est fixée à cinq dollars. À vingt ans, ce jeune homme est déjà un vieil habitué des spectacles de variété […] Lire la suite

BURLESQUE COMÉDIE, cinéma

  • Écrit par 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 3 072 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une pléiade de génies »  : […] Comme il était fatal, certaines personnalités émergèrent du bataillon des clowns. Au comique unanimiste, hâtif et inspiré, de Mack Sennett se substituèrent, au cours des années vingt, les silhouettes affirmées de Charlot , Buster Keaton, Harry Langdon, Harold Lloyd, Laurel et Hardy . On ne dira jamais assez la prodigieuse richesse de cette période. Longtemps, Chaplin, seul, retint l'attention, mai […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude-Jean PHILIPPE, « KEATON BUSTER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/buster-keaton/