BUREAUCRATIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L' « idéal wébérien » et sa critique

La théorie rationaliste

Ce sont les succès de l'État prussien et de la social-démocratie germanique qui, en lui imposant une image hiérarchique de l'organisation des sociétés modernes, ont sensibilisé le monde intellectuel aux problèmes de la bureaucratie. Max Weber, le fondateur de la théorie de la bureaucratie, a été profondément influencé par cette expérience nationale qu'il a, dans une large mesure, cherché à rationaliser. Pour lui, le type idéal (c'est-à-dire le modèle sous-jacent) de toute organisation bureaucratique est fondé, comme l'État prussien, sur la combinaison d'un mode légal et rationnel de contrôle social et d'un mode hiérarchique d'organisation.

La spécificité de l'analyse ne diminue ni la valeur ni l'effet stimulant d'une telle interprétation pour l'intelligence de l'évolution. L'apparition de la bureaucratie est, dans l'ordre de l'action, et spécialement de la politique, la conséquence du « désenchantement » du monde qui caractérise les sociétés modernes. Comme mode de contrôle social, le type idéal rationnel-légal s'oppose au type charismatique et au type patrimonial des sociétés traditionnelles. Il se caractérise par une série de traits qui ont été maintes fois décrits : la continuité (une délimitation impersonnelle des sphères de compétence et des pouvoirs), l'existence d'une hiérarchie des fonctions (leur occupation par des individus spécialement formés), une séparation complète entre vie privée et fonction (l'impossibilité de s'approprier des fonctions et de les transmettre héréditairement), l'existence d'une procédure écrite.

De façon plus synthétique, on peut dire que, pour Weber, l'ordre rationnel-légal impose l'impersonnalité des fonctions, des règles et des procédures, la spécialisation des agents et l'existence d'un système hiérarchique. Cet ordre pourrait être réalisé à travers des formes collégiales d'administration. Mais Weber croit à la supériorité du type bureaucratique pur, c'est-à-dire monocratique ; celui-ci lui apparaît comme « le moyen le plus [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., président fondateur du Centre de sociologie des organisations

Classification


Autres références

«  BUREAUCRATIE  » est également traité dans :

ADMINISTRATION - La science administrative

  • Écrit par 
  • Jacques CHEVALLIER, 
  • Danièle LOCHAK
  •  • 3 207 mots

Dans le chapitre « Les principaux courants de la science administrative contemporaine »  : […] L'intitulé « science administrative » recouvre aujourd'hui des recherches portant sur des objets variables et entreprises dans des perspectives diverses. On peut, en dépit de la part d'arbitraire qui s'attache à toute classification de ce type, distinguer parmi elles trois courants : un courant juridico-politique dont le but essentiel est de parvenir à une meilleure connaissance des structures et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/administration-la-science-administrative/#i_1279

ANARCHISME

  • Écrit par 
  • Henri ARVON, 
  • Jean MAITRON, 
  • Robert PARIS
  • , Universalis
  •  • 13 333 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Socialisme et anarchisme »  : […] Le socialisme et l'anarchisme se rencontrent dans une hostilité commune à l'égard de l'État ; tous deux en réclament la disparition. La différence ne porte que sur la manière de l'envisager. Engels, dans un passage de L'Anti-Dühring cité par Lénine dans L'État et la Révolution , la situe dans une perspective historique : « Le prolétariat s'empare du pouv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anarchisme/#i_1279

CENTRALISATION

  • Écrit par 
  • Louis-Jérôme CHAPUISAT
  •  • 361 mots

Système d'organisation d'un pays dans lequel la totalité des tâches administratives qui sont à gérer sur toute l'étendue du territoire national est réunie sous la compétence des organes centraux de l'État. Celui-ci assure sa fonction par le canal d'une structure administrative unifiée et hiérarchisée. À l'inverse, la décentralisation administrative est un système dans lequel les collectivités loca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/centralisation/#i_1279

CHINOISE (CIVILISATION) - Bureaucratie, gouvernement, économie

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 11 003 mots

« Céleste » ou « hydraulique », peu importe : l'idée communément répandue suivant laquelle la Chine vit depuis des temps fort anciens sous un régime bureaucratique est essentiellement correcte. Sans vouloir ici décrire à nouveau l'évolution, esquissée dans les pages précédentes, des institutions gouvernementales au fil des dynasties, on rappellera simplement que les débuts de ce qui peut évoquer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-bureaucratie-gouvernement-economie/#i_1279

CHOIX PUBLICS ÉCOLE DES ou PUBLIC CHOICE SCHOOL, économie

  • Écrit par 
  • Samuel FEREY
  •  • 1 115 mots

Dans le chapitre « Une analyse économique de la politique »  : […] En développant l'analogie entre comportements politiques et comportements économiques, l'école des choix publics a orienté ses recherches dans trois directions. La première a trait au processus de décision démocratique. Si un électeur rationnel peut classer, selon ses préférences, les propositions politiques, il votera pour celle qu'il préfère. Cependant, à la différence des choix effectués sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/choix-publics-public-choice-school/#i_1279

COMMUNISME - Histoire économique des pays communistes

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 10 451 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le rôle dirigeant du parti »  : […] Dans tous les États socialistes, l'économie a été dirigée par le parti dominant dès l'installation des communistes au pouvoir, que le parti se dénomme effectivement « communiste » ou non, qu'il soit formellement unique ou qu'il constitue l'élément moteur d'une « alliance » ou d'un « front » de partis socialistes. Il a rarement assuré la direction immédiate des activités éco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-histoire-economique-des-pays-communistes/#i_1279

CONFLITS SOCIAUX

  • Écrit par 
  • Alain TOURAINE
  •  • 15 390 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Crise et conflit »  : […] Quelle que soit la définition retenue, ce qui importe ici, c'est que chaque instance peut entrer en conflit avec les autres, parce que chacune constitue un système, donc possède une inertie propre. Ce type de conflit est d'une tout autre nature que les conflits de classes. Dans l' histoire sociale, il faut nettement distinguer, à l'intérieur de la société capitaliste, deux types de contradictions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conflits-sociaux/#i_1279

CROZIER MICHEL (1922-2013)

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 875 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une sociologie de la bureaucratie »  : […] Alors que ses premiers travaux sont encore principalement consacrés à l'histoire du mouvement ouvrier et à l'action des syndicats, Crozier s'est intéressé à partir de son entrée au C.N.R.S., en 1952, au rôle des employés et des petits fonctionnaires dans la structure sociale française. Il aborde cet univers sous les angles des phénomènes de la conscience de classe et de la participation sociale. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-crozier/#i_1279

ÉTAT, sociologie

  • Écrit par 
  • Hervé FAYAT
  •  • 1 736 mots

Dans le chapitre « L'État et la bureaucratisation »  : […] Cette monopolisation s'est partout traduite par l'émergence d'une bureaucratie d'État dont la temporalité, l'ampleur et le type (différenciation fonctionnelle, principes de fonctionnement, de recrutement et de rémunération, etc.) renvoient à des modes chronologiquement et géographiquement distincts de domination étatique. Déjà relevées par Alexis de Tocqueville et Karl Marx, l'ampleur et la différ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-sociologie/#i_1279

FRANCE (Arts et culture) - Les Français en question

  • Écrit par 
  • Theodore ZELDIN
  •  • 12 309 mots

Dans le chapitre « L'État »  : […] L 'État est censé jouer un rôle dominant dans la vie des Français : on considère souvent que la France tient un des premiers rangs en matière de centralisation et de bureaucratie. On établit volontiers un contraste politique entre elle et l'Angleterre, qui est présentée comme l'archétype du gouvernement démocratique décentralisé et libéral. Voilà encore un de ces mythes du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-les-francais-en-question/#i_1279

LÉNINE (1870-1924)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 879 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Le « dernier combat de Lénine » »  : […] Le 25 mai 1922, Lénine est victime d'une première attaque cérébrale. Avant d'être frappé par une nouvelle attaque, le 16 décembre, puis écarté définitivement de toute activité politique à la suite d'une troisième crise le 10 mars 1923, Lénine rédige un certain nombre de textes importants, dans lesquels il exprime, sur plusieurs points fondamentaux, son désaccord avec Staline (devenu en mars 1922 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lenine/#i_1279

MODERNITÉ

  • Écrit par 
  • Jean BAUDRILLARD, 
  • Alain BRUNN, 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 8 051 mots

Dans le chapitre « Concept politique »  : […] « L'abstraction de l' État politique comme tel n'appartient qu'aux Temps modernes, parce que l'abstraction de la vie privée n'appartient qu'aux Temps modernes... Au Moyen Âge, la vie du peuple et la vie de l'État sont identiques : l'homme est le principe réel de l'État... les Temps modernes sont le dualisme abstrait, l'opposition abstraite réfléchie » (Marx, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modernite/#i_1279

ŒUVRES POLITIQUES, Max Weber - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Catherine COLLIOT-THÉLÈNE
  •  • 954 mots

Dans le chapitre « Des classiques de la sociologie et de la science politique »  : […] L'ensemble de ces textes présente tout d'abord un intérêt historique : ils sont un commentaire critique de l'actualité politique brûlante des deux premières décennies du xx e  siècle par un des plus brillants esprits de l'Allemagne de cette époque. La « présentation » qui en est donnée dans la traduction en français, en dépliant les références la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres-politiques/#i_1279

PARTIS POLITIQUES - Théorie

  • Écrit par 
  • Michel OFFERLÉ
  •  • 7 098 mots

Dans le chapitre « Les partis contre la démocratie ? »  : […] Depuis la fin du xix e  siècle, les partis sont au centre de la vie politique. Quelle que soit la définition du « bon parti de gouvernement », ou le périmètre légitime d'action d'un parti, ils prétendent monopoliser la sélection des élites politiques dirigeantes par l'élection. Pourtant, cette évidence se heurte, au xix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/partis-politiques-theorie/#i_1279

PIERRE Ier LE GRAND (1672-1725)

  • Écrit par 
  • Roger PORTAL
  •  • 4 120 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Absolutisme et opposition »  : […] Sur cette base matérielle s'édifie un système de gouvernement qui associe un pouvoir absolu, arbitraire, à la fonctionnarisation des deux classes privilégiées qui sont les cadres de l'État : clergé et noblesse. Dès 1700, profitant de la mort du patriarche Adrien, le tsar crée un prikaz des monastères, bureau laïc qui prend en charge les biens immeubles d'Église et procède, av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-ier-le-grand-1672-1725/#i_1279

POUVOIR

  • Écrit par 
  • Catherine COLLIOT-THÉLÈNE
  •  • 1 452 mots

Dans le chapitre « Le pouvoir sans la domination ? »  : […] Prenant résolument le contre-pied de la logique des théories de l'État souverain, Hannah Arendt a proposé une conception du pouvoir qui l'oppose à la violence dans la mesure où elle le dissocie de la domination ( On Violence , 1970). Invoquant la distinction aristotélicienne entre le pouvoir despotique (celui du maître sur l'esclave) et le pouvoir politique proprement dit (ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pouvoir/#i_1279

RÉSEAUX THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • François DENORD
  •  • 1 548 mots

Désignant un ensemble d'éléments interconnectés, la notion de réseau a un caractère polysémique dans le langage courant. D'un côté, elle possède souvent une connotation positive lorsqu'elle est employée à propos d'une forme organisationnelle ou de voies de communication. Le réseau renvoie ainsi, dans le domaine du management, à des modes d'organisation souples et décentralisés, pensés comme plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-reseaux/#i_1279

RIZZI BRUNO (1901-1977)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 532 mots

Né le 20 mars 1901 à Poggio Rusco (Mantoue) et mort le 13 janvier 1977 à Bussolengo (Véronne), le commerçant génois Bruno Rizzi adhère au Parti communiste italien après le congrès de fondation de Livourne (1920) et y milite au sein de la tendance ultragauche, dirigée par Amadeo Bordiga. Sous le régime fasciste, Rizzi abandonne toute activité politique, mais continue de s'intéresser à l'évolution d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bruno-rizzi/#i_1279

SOCIALISME - Social-démocratie

  • Écrit par 
  • Philippe MARLIÈRE
  •  • 10 049 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des partis de masse »  : […] Dès leur apparition à la fin du xix e  siècle, les partis sociaux-démocrates se constituent en partis de masse, c'est-à-dire en partis disposant d'un nombre élevé d'adhérents. Dans les pays du nord, des liens étroits – « organiques » – avec les syndicats leur permettent de bénéficier du soutien militant et financier des ouvriers syndiqués, dans l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/socialisme-social-democratie/#i_1279

SOCIÉTÉ DE MASSE

  • Écrit par 
  • Pierre BIRNBAUM
  •  • 3 716 mots

Dans le chapitre « Bureaucratisation croissante »  : […] La destruction des groupes primaires, des communautés locales ou des groupes intermédiaires laisse l'individu isolé face à un État qui bénéficie de techniques modernes pour accroître sans cesse son pouvoir. Max Weber, après Tocqueville, a décrit la bureaucratisation de l'État, qui se développe grâce à une rationalisation impersonnelle et crée un sentiment de désenchantement chez les individus. Que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe-de-masse/#i_1279

STALINE JOSEPH VISSARIONOVITCH DJOUGACHVILI dit (1879-1953)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 453 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le fonctionnement de la dictature stalinienne »  : […] L'accès à une documentation profondément renouvelée par l'ouverture des archives soviétiques a permis aux historiens de mieux comprendre le fonctionnement de la dictature stalinienne. Les documents aujourd'hui accessibles (protocoles du Politburo, correspondance de Staline avec ses plus proches collaborateurs) montrent comment, dans les années 1930, Staline modifia et détourna à son profit exclus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/staline/#i_1279

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 667 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « Le brejnévisme, âge d'or de la nomenklatura »  : […] Une des premières mesures prises par la nouvelle équipe, où l'on remarque particulièrement Brejnev, Kossyguine, Mikhaïl Souslov (membre du Presidium responsable à l'Idéologie), Nikolaï Podgorny (chef du département des cadres du comité central), Alexandre Chelepine (président du comité de contrôle du parti), est le rétablissement, à tous les échelons, de l'unité des organisations du parti, divisé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/#i_1279

WEBER MAX (1864-1920)

  • Écrit par 
  • Julien FREUND
  •  • 3 661 mots

Dans le chapitre « L'œuvre sociologique »  : […] Weber est le maître de la sociologie compréhensive. Il n'exclut nullement les autres formes de la sociologie, mais il veut insister sur le fait que, puisqu'elle porte sur des relations et des institutions qui sont le fruit d'une activité poursuivant des fins et cherchant à promouvoir des valeurs, on ne saurait rendre compte valablement de la réalité sociale par la seule explication causale. Il fa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-weber/#i_1279

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel CROZIER, « BUREAUCRATIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bureaucratie/