BULGARIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique de Bulgarie (BG)
Chef de l'ÉtatRoumen Radev (depuis le 22 janvier 2017)
Chef du gouvernementStefan Yanev (par intérim depuis le 12 mai 2021)
CapitaleSofia
Langue officiellebulgare
Unité monétairelev (BGN)
Population6 896 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)111 036

La langue bulgare

Le bulgare, parlé à l'heure actuelle par environ 9 millions de locuteurs, appartient au groupe méridional des langues slaves, dont une des caractéristiques est d'avoir fait passer les groupes ⋆ ol, ⋆ or, ⋆ el, ⋆ er du slave commun à la, ra, lĕ, rĕ.

On distingue trois périodes dans l'histoire du bulgare : vieux bulgare (ixe-xie s.), qui est la langue de Cyrille et Méthode et des premiers textes slaves, moyen bulgare (xiie-xive s.), caractérisé par le conservatisme de la langue écrite qui masque l'évolution de la langue parlée, et bulgare moderne. Beaucoup de savants bulgares fixent la naissance du bulgare moderne à l'œuvre du moine Paisij de Hilendar, Histoire des Slaves bulgares (1762), mais il semble préférable de choisir comme point de départ la petite encyclopédie de Petăr Beron, Abécédaire au poisson (1824), premier texte à s'être libéré totalement de la tutelle du slavon. La langue entre le xve siècle et le milieu du xviiie, en particulier celle des damaskini (œuvres compilatives de contenu varié), a été peu étudiée.

La division dialectale est fondée sur le traitement de l'ancienne voyelle (Ъ) : dans les parlers occidentaux, elle a évolué en e, dans certains parlers du Sud-Est, elle est restée 'a, mais dans les parlers du Nord-Est – sur lesquels repose la langue littéraire – on a l'alternance e/'a qui est purement mécanique : e en dehors de l'accent et, sous l'accent, en finale absolue (sauf pour certains aoristes), et lorsque la syllabe suivante contient une chuintante ou une voyelle palatale ; 'a partout ailleurs.

Phonologie

Le bulgare littéraire possède six phonèmes vocaliques en syllabe accentuée : deux palatales i et e[ɛ], deux vélaires u et o[ɔ], et deux centrales a et ǎ, cette dernière étant proche de [ə]. En dehors de l'accent, les voyelles les plus ouvertes a, e, o ont tendance à se rapprocher respectivement de ǎ, i, u, voire à se confondre comme pour le a. Ce phénomène de réduction vocalique se retrouve dans d'autres langues balkaniques.

Le système consonantique, qui possède des occlusives, des affriquées, des constrictives, les sonantes m, n, l, r et la semi-consonne j, compte trente-sept phonèmes. Il repose sur une double opposition de sonorité et de mouillure. L'opposition de sonorité est neutralisée en finale (toutes les bruyantes sont sourdes). À la différence de beaucoup d'autres langues slaves, l'opposition de mouillure ne fonctionne que devant voyelle centrale et vélaire. La seule exception est constituée par les vélaires k, g, h [x], qui sont toujours réalisées molles devant e et i. Il n'y a plus de consonnes molles en finale. À la différence du vieux bulgare, les chuintantes š, ž, č et sont toujours dures.

Le bulgare utilise trente lettres de l'alphabet cyrillique. L'orthographe est phonologique, sauf dans deux cas : les lettres Я et Ю notent à la fois les groupes ja et ju et les voyelles a et u après consonne molle ; le ǎ final n'est pas noté comme à l'intérieur du mot, mais a après consonne dure et après consonne molle. De la même manière, est noté en finale.

L'accent bulgare est de nature dynamique. Sa place est variable et peut être distinctive : četé « il lit » et čéte « il a lu » ; vǎlna « laine » et vǎlná « vague ».

Grammaire

À la différence des autres langues slaves, le bulgare possède un système verbal très riche et un système nominal analytique. Il a bien conservé les temps du vieux bulgare, en particulier l'imparfait, l'aoriste et les temps de l'accompli (parfait, plus-que-parfait, futur du parfait), ainsi que le mode hypothétique (type bih iskal, « je voudrais »). L'opposition aspectuelle imperfectif/perfectif, caractéristique du slave, est bien ancrée dans la langue, malgré les nombreux emprunts de verbes étrangers (adaptés en -iram ou -uvam) qui ne s'intègrent pas dans un couple. Le système s'est enrichi d'un futur-conditionnel (štjah da četǎ, « je lirais »), et surtout d'un mode spécial, constitué à partir de formes participiales en -l, et qui est utilisé dans la narration historique, les contes populaires et le discours rapporté, c'est-à-dire toutes les fois que le locuteur n'a pas été témoin des faits qu'il relate.

Le bulgare n'a conservé comme cas vivant dans la déclinaison nominale que le vocatif ; en revanche, il a bien maintenu les trois genres masculin, féminin et neutre. La morphologie du pluriel reste assez compliquée : le bulgare a étendu le morphème -ove à presque tous les masculins monosyllabiques, et le morphème -(e)ta à de nombreux neutres. Les masculins polysyllabiques terminés par une consonne et à pluriel en -i maintiennent bien les alternances k/c, g/z, h/s résultant de la seconde palatalisation, alors que les féminins les ignorent totalement.

Le bulgare a éliminé pratiquement tous les anciens adjectifs du type mou et n'a conservé que le type dur. L'ancienne forme longue ne survit qu'au masculin : on la trouve au vocatif, dans les épithètes attachées aux personnes (Ivan Grozni « Ivan le Terrible ») et surtout à la forme articulée (starijat « le vieux »).

Le bulgare présente un certain nombre de « balkanismes » (traits communs aux langues balkaniques) qui le séparent des autres langues slaves : il a développé un article défini postposé qui se place après le premier élément du groupe nominal ; son futur est constitué à l'aide du présent accompagné de šte, forme figée du verbe « vouloir » ; l'infinitif ancien a quasi disparu, et il est remplacé par une construction avec subordonnée (iskam da piša, littéralement « je veux que j'écrive ») ; le bulgare a éliminé les anciennes formes synthétiques de comparatif et de superlatif, et utilise maintenant exclusivement les préfixes po- et naj- ; enfin, la possession est rendue, comme en grec, soit par les possessifs, soit par les formes courtes du pronom personnel (kǎštata mi, littéralement « la maison à moi »).

Lexique

Le lexique bulgare repose pour l'essentiel sur un fonds slave, mais il a cependant un caractère assez composite. Le protobulgare, langue turco-tatare parlée par les fondateurs de l'État bulgare, n'a légué qu'une quarantaine de mots. En revanche, le turc osmanli a laissé des traces considérables dans le vocabulaire concret (et souvent familier) et dans la dérivation (suffixes -džija et -lija), mais son action a cessé depuis 1878. Le grec a exercé une influence importante dans le vocabulaire religieux dès le vieux bulgare, et a laissé des mots courants comme ela, « viens ! » ; hora, « pays » ; evtin, « bon marché » et haresvam, « plaire ». L'influence du russe a été plus considérable encore : comme il n'existait pas d'imprimeries en Bulgarie avant le milieu du xixe siècle, les livres importés venaient de Russie, ce qui facilita l'introduction de nombreux mots. Le russe a même permis de faire revivre certaines formes tombées en désuétude, comme le participe présent actif, ou certains suffixes comme -tel ou -nie (en face de la forme populaire -ne). Après 1945, la p [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 41 pages

Médias de l’article

Bulgarie : carte physique

Bulgarie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Bulgarie : drapeau

Bulgarie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Bulgarie, VIIe-XIIe siècle

Bulgarie, VIIe-XIIe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

La Bulgarie depuis 1878

La Bulgarie depuis 1878
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 12 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à l'Institut national des langues et civilisations orientales, docteur ès lettres
  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Nanterre, journaliste scientifique
  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée
  • : maître de conférences honoraire
  • : agrégé de l'Université, docteur en études slaves, docteur d'État, professeur de bulgare à l'Institut national des langues et civilisations orientales, directeur du Centre d'études balkaniques
  • : journaliste
  • : chargée de cours à l'Institut d'études européennes de l'université de Paris-VIII, analyste-rédactrice aux éditions de la Documentation française
  • : professeur à l'Institut national des langues orientales vivantes

Classification

Autres références

«  BULGARIE  » est également traité dans :

BULGARIE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

AUTOCÉPHALES ÉGLISES

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 1 041 mots

L'autocéphalie (du grec autoképhalos , « qui est sa propre tête ») est le régime canonique qui règle les rapports institutionnels existant entre les diverses Églises sœurs dont se compose l'Église orthodoxe. Deux traits caractérisent ce régime : le refus d'une primauté de juridiction qui s'étendrait à l'Église universelle et la détermination autonome de la vie des Églises à l'échelon national. Les […] Lire la suite

BALKANS ou PÉNINSULE BALKANIQUE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des systèmes politiques différents »  : […] La Grèce, conservée au camp occidental à l'issue de la guerre civile, fait partie de l'OTAN – comme la Turquie – et a adhéré en 1981 à la CEE. Passée de la monarchie à la république en 1973, elle constitue une démocratie parlementaire pluraliste depuis la fin de la dictature militaire des années 1967-1974. Les trois autres États ont vécu, de l'immédiat après-guerre jusqu'en 1990 (1992 pour l'Alban […] Lire la suite

BOGOMILES

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine DAVY
  •  • 1 105 mots

Le mouvement bogomile (du nom de son fondateur le prêtre Bogomil) a pris naissance au x e  siècle en Bulgarie. Il s'est propagé dans les pays balkaniques avant de s'étendre dans l'Empire byzantin. […] Lire la suite

BORIS III (1894-1943) roi de Bulgarie (1918-1943)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 253 mots
  •  • 2 médias

Fils aîné de Ferdinand I er de Bulgarie, le futur Boris III est élève à l'Académie militaire de Sofia et sert dans l'état-major de son père au cours des deux guerres balkaniques et de la Première Guerre mondiale. Quand Ferdinand I er abdique, en 1918, il lui succède . À cette époque le pouvoir appartient à Stambolijski et au parti agrarien, grandi par son opposition à la guerre. Boris gagne la c […] Lire la suite

BOTEV CHRISTO (1848-1876)

  • Écrit par 
  • Roger BERNARD
  •  • 1 088 mots

Écrivain révolutionnaire et voïvode bulgare, Christo Botev est né à Kalofer et mort à Yolkovitsa (près de Vratsa, dans les montagnes du nord-ouest de la Bulgarie) en combattant contre les Turcs à la tête d'une troupe de volontaires bulgares venus de Roumanie. Les années 1863-1866 qu'il passa à Odessa lui permirent de s'initier à la littérature révolutionnaire de l'époque. Après un bref séjour en […] Lire la suite

BURGAS

  • Écrit par 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  •  • 185 mots
  •  • 1 média

Port bulgare sur la mer Noire, Burgas a été fondée au xvii e  siècle. C’était alors un village de pêcheurs, qui s'est développé après l’accession de la Bulgarie à l’indépendance (1878). Burgas a eu longtemps moins d'importance que Varna, bien que relié par voie ferrée depuis 1890 aux plaines de la Maritsa et à Sofia. Le port a largement profité de l'accroissement des échanges extérieurs bulgares […] Lire la suite

CATHARES

  • Écrit par 
  • Christine THOUZELLIER
  •  • 6 769 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le dualisme et les Églises »  : […] Pour les cathares, le problème crucial est celui du mal, qu'on trouve dans l'univers rempli de créatures vaines et corruptibles, et qu'ils ne peuvent imputer à Dieu. Leur foi repose sur la conviction commune que ce monde visible et tout ce qu'il renferme est l'œuvre du diable. Selon le traité de Bartholomé de Carcassonne, « il y a un autre monde formé de créatures incorruptibles et éternelles ». […] Lire la suite

CHOPES, CHOPI ou TORLATSI

  • Écrit par 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  •  • 365 mots

Habitant la Bulgarie occidentale, le long de la frontière yougoslave, et la Serbie, à l'ouest de cette frontière, dans les régions des villes de Pirot et de Zaglavar, les Chopes (Chopi ou Torlatsi) peuplent une large zone qui s'étend du Danube au bassin du fleuve Strouma, au sud, et de la frontière yougoslave à la ligne constituée par l'affluent du Danube Osma et les monts Stredna Gora et Rila. Il […] Lire la suite

CLÉMENT D'OKHRID saint (840 env.-916)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 221 mots

Né sans doute en Macédoine bulgare, Clément accompagne Constantin-Cyrille et son frère Méthode dans leur mission en Grande-Moravie. En 885, à la mort de Méthode, il est expulsé avec ses compagnons. Boris I er -Michel l'accueille à Preslav et lui confie la christianisation de la Macédoine du Sud-Ouest, qui échappe encore à la hiérarchie grecque d'importation. Clément ouvre à Dévol (Kutmičevica) une […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11 juillet 2021 Bulgarie. Élections législatives.

Bulgarie (GERB) du Premier ministre Boïko Borissov et de l’Union des forces démocratiques (SDS) est en recul, avec 23,2 % des voix et 63 élus. Également en recul, la Coalition pour la Bulgarie menée par le Parti socialiste bulgare (PSB) obtient 13,2 % des suffrages et 36 députés. La coalition de centre droit Bulgarie démocratique améliore sa représentation […] Lire la suite

4 avril - 5 mai 2021 Bulgarie. Élections législatives.

Bulgarie menée par le Parti socialiste bulgare (PSB) subit un grave revers avec 14,8 % des suffrages et 43 députés. Le Mouvement des droits et des libertés qui représente les Turcs et les musulmans de Bulgarie se maintient avec 10,4 % des voix et 30 sièges. L’échec des partis nationalistes d’extrême droite fait perdre à la coalition gouvernementale […] Lire la suite

2 septembre 2020 Bulgarie. Engagement de la procédure de révision de la Constitution.

Alors que des milliers de manifestants affrontent violemment les forces de l’ordre à Sofia, le Premier ministre Boïko Borissov annonce être parvenu à rassembler une majorité en faveur de l’engagement d’une procédure de révision de la Constitution, qu’il avait proposée en août. Les contestataires demandent depuis juillet la démission de Boïko Borissov […] Lire la suite

11-23 juillet 2020 Bulgarie. Tensions à la tête de l'exécutif.

Bulgarie démocratique (centre droit), qui protestent depuis quelques jours contre le gouvernement, impliqué dans plusieurs scandales de corruption, dont ils réclament la démission. Le 23, Boïko Borissov remanie son gouvernement, remplaçant les titulaires des ministères des Finances et de l’Intérieur, particulièrement impopulaires. […] Lire la suite

3-22 juin 2020 Suisse. Fin de l'état de situation extraordinaire lié à la Covid-19.

Bulgarie, d’Irlande, de Croatie, de Roumanie, de Chypre et du Royaume-Uni, ces pays ne faisant pas partie de l’espace Schengen. Le 19, le Conseil fédéral met fin à l’état de situation extraordinaire et assouplit le régime du déconfinement, autorisant notamment, à compter du 22, les rassemblements jusqu’à mille personnes – contre trois cents depuis  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger BERNARD, André BLANC, Christophe CHICLET, Nadia CHRISTOPHOROV, Jack FEUILLET, Vladimir KOSTOV, Edith LHOMEL, Robert PHILIPPOT, « BULGARIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bulgarie/