HEEZEN BRUCE C. (1924-1977)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Océanologue américain, né à Vinton dans l'Iowa et mort d'une crise cardiaque, à bord d'un sous-marin scientifique américain au large de l'Islande.

Bruce Charles Heezen a largement contribué à la découverte interprétative des fonds marins, qui a constitué une véritable révolution. De son laboratoire du Lamont-Doherty Geological Observatory de New York, il a été l'un des promoteurs des grandes idées relatives aux fonds marins : l'expansion du fond marin, les courants de turbidité susceptibles d'une action violente et occasionnelle et les courants profonds, plus lents que les courants de surface mais plus continus, capables eux aussi d'un façonnement du fond de la mer.

Dès 1959, dans son livre The Floors of the Oceans. I : The North Atlantic, écrit avec Marie Tharp et Maurice Ewing, il montrait le rôle génétique essentiel de la dorsale médiane qui parcourt l'Atlantique nord. Sur une grande partie de son développement, cette dorsale est affectée d'une fissure axiale, témoin de la déchirure par distension par laquelle le magma interne sort et se répand, tel un tapis roulant, en créant le fond océanique. C'est justement sur cette dorsale que Bruce Heezen a fini sa vie.

Parallèlement à ces travaux, Heezen écrivait de nombreux articles pour prouver la réalité et l'efficacité des courants de turbidité, flux sous-marins chargés de matières en suspension, qu'ils soient provoqués par des séismes sous-marins comme sur la pente du Grand-Banc de Terre-Neuve (1929), ou par des crues fluviales comme devant le río Magdalena en Colombie. Il insistait sur le rapport que l'on peut établir entre la rupture de câbles sous-marins et l'existence de ces courants ; on sait aujourd'hui que les courants sont un agent essentiel du façonnement des canyons sous-marins, du dépôt de cônes sédimentaires profonds au débouché externe de ces canyons et de la formation de turbidites dans les plaines abyssales adjacentes.

Les courants profonds plus lents n'ont pas moins retenu son attention, notamment le courant antarctique de fond qui se répand du sud au nord dans l'Atlantique sud abyssal, celui qui sort de la mer de Norvège vers le sud dans l'Atlantique nord et le contre-courant du Gulf Stream dirigé vers le sud au large de la Georgie. Ces courants créent non seulement des rides superficielles de sédiments qui attestent leur existence, mais aussi de très épaisses accumulations en forme de flèches dont l'édification s'étend sur des dizaines de millions d'années. Heezen avait été chargé en 1975 de diriger à Grenoble un colloque international sur l'influence de la circulation abyssale sur les accumulations sédimentaires : les onze communications qui y avaient été faites ont paru en 1977 dans un numéro spécial de la revue


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Bretagne-Occidentale, Brest

Classification


Autres références

«  HEEZEN BRUCE C. (1924-1977)  » est également traité dans :

PREMIÈRE CARTE DE FONDS OCÉANIQUES

  • Écrit par 
  • Florence DANIEL
  •  • 216 mots
  •  • 1 média

Dans les années 1950-1960, le Lamont Doherty Geological Observatory (université Columbia, New York) lance un grand programme d'étude du fond des océans. Son directeur, Maurice Ewing, charge alors ses collaborateurs Bruce Charles Heezen et Marie Tharp d'établir des cartes à partir des sondages bathymétriques obtenus lors de campagnes océanographiques dans l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premiere-carte-de-fonds-oceaniques/#i_97705

EXPANSION DES FONDS OCÉANIQUES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 566 mots

La théorie de l'expansion des fonds océaniques représente une étape fondamentale dans la compréhension de la dynamique terrestre, du même ordre d'importance que celles de la dérive des continents formulée par Alfred Wegener en 1912 et de la tectonique des plaques décrite par Jason Morgan, Dan McKenzie et Xavier Le Pichon en 1967-1968. Cette théorie repose sur l'idée que l'augmentation de la surfac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expansion-des-fonds-oceaniques/#i_97705

OCÉANOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Patrick GEISTDOERFER
  •  • 10 070 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Un océan profond, des plaques en mouvement  »  : […] Pris dans son ensemble, l’océan est profond : 3 800 mètres en moyenne. Les profondeurs inférieures à 200 mètres représentent 7,6 p. 100 de sa surface ; celles de 200 à 7 000 mètres 92,3 p. 100 ; et celles supérieures à 7 000 mètres 0,1 p. 100. Le plateau continental, granitique, prolongement du continent, a une pente faible, de l’ordre de 0,4 p. 100, et s’étend de quelques centaines de mètres à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanographie/#i_97705

Pour citer l’article

André GUILCHER, « HEEZEN BRUCE C. - (1924-1977) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bruce-c-heezen/