BROUILLARDS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Observation et prévision des brouillards

En France métropolitaine, d’après Météo-France, on observe un nombre de jours de brouillard par an (calculé sur la période 1981-2010) qui est de 1 à Nice, 52 à Bordeaux-Mérignac, 85 à la pointe du Raz et 241 au mont Aigoual. Les régions les plus exposées sont les régions humides (zones marécageuses, zones côtières, vallées, zones forestières…). Les saisons les plus favorables sont l’automne et l’hiver avec l’arrivée des premiers grands courants d’air froid sur des sols et de grandes surfaces aquatiques plus chaudes.

Même si les différents processus de formation des brouillards sont bien connus, leur localisation et leur intensité restent difficiles à prévoir avec précision. En effet, le brouillard est un phénomène de petite échelle ayant une extension verticale généralement très réduite et une forte variabilité spatio-temporelle. Par ailleurs, leur apparition et leur intensité sont très sensibles au taux d’humidité de l’air, ainsi qu’à la quantité et aux propriétés des aérosols et autres poussières présents dans l’atmosphère, des variables qui sont extrêmement difficiles à observer. Or, une faible variation de ces paramètres peut être suffisante pour déclencher ou empêcher leur formation.

Pour prévoir le brouillard et les conditions de faible visibilité, Météo-France a développé, avec le Laboratoire d’aérologie de l’université de Toulouse, un modèle de simulation mathématique baptisé COBEL (Code de brouillard à l’échelle locale) qui calcule l’évolution des conditions météorologiques sur de nombreux niveaux situés à la verticale d’un point de mesure. Cet outil, qui estime aussi l’évolution des conditions atmosphériques (température, humidité, turbulence...), a très vite intéressé l’aéronautique et de nombreux aéroports comme ceux de Roissy, Orly, Lyon–Saint-Exupéry, San Francisco ou New York.

Des travaux sont menés pour améliorer la représentation des brouillards da [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Symboles des phénomènes réduisant la visibilité près du sol

Symboles des phénomènes réduisant la visibilité près du sol
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Formation d’un brouillard préfrontal

Formation d’un brouillard préfrontal
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Gloire et spectre de Brocken

Gloire et spectre de Brocken
Crédits : Babak Tafreshi / Science Photo Library/ AKG Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BROUILLARDS  » est également traité dans :

ANTICYCLONES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 100 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Anticyclones, brouillards et grands froids »  : […] Comme chacun peut régulièrement le constater, les nuits claires sont généralement les plus froides. Aucune couverture nuageuse ne retenant le rayonnement terrestre, le sol et les basses couches de l'atmosphère se refroidissent plus rapidement. Si ce refroidissement est suffisant pour que la température de l’air descende en dessous de la température du point de rosée, l’air se sursature en humidité […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - Thermodynamique

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 7 720 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Phénomènes à l’origine des changements d’état de l’eau »  : […] Dans l’atmosphère, la sursaturation nécessaire au démarrage de la condensation peut apparaître du fait de l’évaporation ou de la sublimation de sources d’eau liquide ou solide, du mélange de deux masses d’air d’origines différentes, ou encore à la suite d’un refroidissement de l’air provoqué par rayonnement, par conduction ou par détente. Ainsi, les brouillards d’évaporation se produisent lorsqu’ […] Lire la suite

MÉTÉORES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 6 608 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les particules en suspension »  : […] Le nuage est un hydrométéore en suspension dans l'atmosphère, composé de particules d'eau liquide ou de glace (sous forme de dendrites, aiguilles, colonnes, plaquettes), ou des deux à la fois, et ne touchant généralement pas le sol. Il peut également comporter des particules liquides ou solides d’origines diverses (vapeurs industrielles, fumées, poussières…). Dans la classification internationale […] Lire la suite

PRÉCIPITATIONS, météorologie

  • Écrit par 
  • Léopold FACY
  •  • 5 280 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Givre »  : […] Le givre se forme dans des conditions assez analogues mais, bien entendu, aux températures négatives. Le givre n'est pas le gel de la rosée, c'est la condensation directe de la vapeur sous forme de glace sur la végétation ou sur les obstacles présentés par le sol. Il se traduit par le développement de formes cristallines variées, découlant du système de cristallisation de la glace par maclage, t […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre CHALON, « BROUILLARDS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/brouillards/