BROUILLARDS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Symboles des phénomènes réduisant la visibilité près du sol

Symboles des phénomènes réduisant la visibilité près du sol
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Formation d’un brouillard préfrontal

Formation d’un brouillard préfrontal
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Gloire et spectre de Brocken

Gloire et spectre de Brocken
Crédits : Babak Tafreshi / Science Photo Library/ AKG Images

photographie


Composition et formation des brouillards

Les gouttelettes observées dans les brouillards, comme les cristaux observés dans les brouillards glacés, ont un diamètre généralement compris entre quelques micromètres et quelques dizaines de micromètres (c’est-à-dire qu’il faudrait en mettre quelques centaines côte à côte pour atteindre une longueur d’un millimètre). Leur concentration est le plus souvent comprise entre 100 à 500 par centimètre cube d’air, à peu près le volume d’un dé à coudre. Gouttes et cristaux se forment dans les régions de l’atmosphère où l’humidité relative devient suffisamment élevée pour qu’un nombre important de molécules de vapeur d’eau puisse s’agglomérer sur des poussières et aérosols en suspension. On dit alors que la vapeur est sursaturée. Les poussières et les aérosols qui favorisent ainsi la formation de gouttelettes sont appelés « noyaux de condensation ». Ils sont d’autant plus efficaces qu’ils sont constitués de corps hydrophiles, par exemple les particules salines générées par les embruns au-dessus des océans et les particules de combustion, les oxydes de soufre ou d’azote présents dans les régions polluées. Certains aérosols solubles commencent à absorber des molécules d’eau à des humidités relatives légèrement inférieures à 100 p. 100 et peuvent donner naissance à des brumes constituées de minuscules particules de solution. Cependant, la formation de gouttelettes de brouillard nécessite la présence d’humidité relative supérieure à 100 p. 100.

Les gouttelettes d’eau qui composent les brouillards pouvant rester liquides jusqu’à des températures très inférieures à 0 °C, les brouillards glacés ne concernent que les régions les plus froides du globe comme l’Alaska ou la Sibérie. Ils se forment habituellement par temps clair, calme et stable, avec des températures inférieures à -30 °C, lorsque de la vapeur d’eau, résultant principalement d’activités humaines ou de sources d’eau chaude, s’introduit dans l’atmosphère et se condense en gouttelettes qui se congèlent rapidement. Les particules de glace [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BROUILLARDS  » est également traité dans :

ANTICYCLONES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 4 100 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Anticyclones, brouillards et grands froids »  : […] Comme chacun peut régulièrement le constater, les nuits claires sont généralement les plus froides. Aucune couverture nuageuse ne retenant le rayonnement terrestre, le sol et les basses couches de l'atmosphère se refroidissent plus rapidement. Si ce refroidissement est suffisant pour que la température de l’air descende en dessous de la température du point de rosée, l’air se sursature en humidité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anticyclones/#i_20867

ATMOSPHÈRE - Thermodynamique

  • Écrit par 
  • Christian PERRIN DE BRICHAMBAUT
  •  • 7 460 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Brouillards »  : […] Le brouillard n'est autre qu'un nuage au sol : tous les mécanismes de formation des nuages peuvent donc être envisagés, y compris la détente par convection sur le versant au vent d'une colline. Cependant, nous considérerons surtout l'influence des phénomènes radiatifs, particulièrement notable pour la formation des brouillards de rayonnement par vent calme : par ciel clair et atmosphère pure et s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atmosphere-thermodynamique/#i_20867

MÉTÉORES

  • Écrit par 
  • André VIAUT
  •  • 3 338 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Hydrométéores »  : […] Les hydrométéores sont toutes les manifestations aqueuses de l'atmosphère, qu'elles tombent des nuages (cf. précipitations  Météorologie), qu'elles proviennent de la mer ou d'un manteau neigeux ou qu'elles se déposent sur le sol, les plantes ou les objets. La pluie est constituée de particules liquides dont le diamètre est de l'ordre de 0,5 à 3 mm, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meteores/#i_20867

PRÉCIPITATIONS, météorologie

  • Écrit par 
  • Léopold FACY
  •  • 5 280 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Givre »  : […] Le givre se forme dans des conditions assez analogues mais, bien entendu, aux températures négatives. Le givre n'est pas le gel de la rosée, c'est la condensation directe de la vapeur sous forme de glace sur la végétation ou sur les obstacles présentés par le sol. Il se traduit par le développement de formes cristallines variées, découlant du système de cristallisation de la glace par maclage, t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/precipitations-meteorologie/#i_20867

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre CHALON, « BROUILLARDS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/brouillards/