BOUDDHISME (Les grandes traditions)Bouddhisme japonais

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La religion du peuple

Les moines et la dévotion populaire

On peut trouver la trace, depuis l'époque la plus reculée, de moines japonais ou d'origine immigrée qui exerçaient leurs activités à l'écart des communautés monastiques ; comme ils étaient presque des magiciens thaumaturges, leur prestige était d'autant plus grand parmi le peuple et ils furent à l'origine de courants importants de bouddhisme « parallèle » ou semi-clandestins que les pouvoirs constitués cherchèrent toujours à circonscrire. C'est ainsi que l'on trouve mention dès 587 d'un « maître du Dharma de Toyokuni » (Toyokuni no Hōshi), invité à la cour pour guérir l'empereur Yōmei. On ne sait rien de lui par ailleurs et il faut sans doute voir en lui une sorte de demi-sorcier taoïsant aussi bien que bouddhiste qui exerçait dans les milieux populaires ou immigrés.

Gyōki (668-749), religieux de l'école Hossō, surnommé le Bodhisattva, choisit aussi de répandre dans le peuple non seulement la doctrine, mais encore les bienfaits sociaux du bouddhisme ; on lui attribue la construction de ponts, de dispensaires, de foyers d'accueil, de réservoirs, etc. Les autorités cherchèrent à plusieurs reprises à limiter ses activités de prédication. Tenu pour une incarnation du bodhisattva Manjusri, il fut dans l'histoire japonaise souvent pris comme modèle du religieux ordonné selon le « commandement de bodhisattva » par ceux qui s'opposaient à l'ordination fondée sur le vinaya du Petit Véhicule. On retrouve quelques-uns de ces traits chez Kūya (ou Kōya ; 903-972), surnommé le Saint des marchés, qui consacra la première partie de sa vie aux mêmes bonnes œuvres que Gyōki et surtout répandait parmi le peuple la pratique du nenbutsu. Admis ensuite dans l'école Tendai, il orienta dès lors ses efforts vers la noblesse, mais le « nenbutsu dansé » (odori-nenbutsu) qu'il avait propagé par les villes fut repris et diffusé avec enthousiasme à l'époque de Kamakura par Ippen shōnin (Chishin ; 1239-1289), fondateur de la secte Ji-shū, dont les pratiques d'invocations dansées collectives d'Amida furent extrêmement populaires. Trop sans d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études, section des sciences religieuses

Classification

Autres références

«  BOUDDHISME  » est également traité dans :

BOUDDHISME - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 848 mots
  •  • 1 média

Né dans l'inde il y a vingt-cinq siècles, le bouddhisme s'est répandu peu à peu sur toute la partie la plus vaste et la plus peuplée de l'Asie, de l'Afghanistan à l'Indonésie et de Ceylan au Japon. Il y a prospéré pendant fort longtemps et il est encore florissant dans ces deux derniers pays ainsi qu'en Thaïlande, en Birmanie et en Corée du Sud, comme il l'était naguère au […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Le Buddha

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 4 307 mots
  •  • 2 médias

On donne le titre de Buddha, celui qui s'est « éveillé » à la Vérité, à un sage de l'Inde antique qui enseigna une méthode destinée à découvrir la réalité cachée derrière les apparences et à se libérer définitivement des illusions, des passions et de la douleur inhérente à toute forme d'existence.Pour lui, comme pour presque tous les Indiens, chaque mort est suivie d'une renais […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - L'expansion

  • Écrit par 
  • Jean NAUDOU
  •  • 3 127 mots
  •  • 3 médias

Le bouddhisme, issu d'un modeste district de l'Inde gangétique, s'est répandu, non sans se modifier, sur une grande partie de l'Asie et est devenu, avec le christianisme et l'islam, une des trois grandes religions mondiales. Aujourd'hui, Sri Lanka, la Birmanie, la Thaïlande, le Laos, le […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Littératures et écoles bouddhiques

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 6 022 mots

Sauf durant la vie du Buddha, la communauté monastique n'a jamais été unie sous une direction ayant le pouvoir de maintenir sa cohésion et de définir et imposer une orthodoxie, comme le fit longtemps la papauté dans le christianisme. L'expansion géographique du bouddhisme, la souplesse avec laquelle il s'adapta aux mentalités et aux modes de vie des populations fort diverses parmi lesquelles ils s […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Le renouveau contemporain

  • Écrit par 
  • Heinz BECHERT
  •  • 1 915 mots

Le bouddhisme fut, dès la fin du Ier millénaire de l'ère chrétienne, chassé de bien des régions d'Asie centrale et d'Asie du Sud-Est par l'expansion de l'islam. Sous la colonisation et au temps de la prééminence mondiale des puissances européennes, il sembla perdre encore davantage de son importance. S'opposant à cette évolution, […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 626 mots
  •  • 1 média

Le bouddhisme propose à l'homme trois refuges, le Buddha, sa doctrine et sa communauté. Les trois ont leur histoire, longue de deux millénaires et demi : la représentation de la personne du premier a toujours évolué, les conceptions doctrinales ont été en perpétuelle mutation, la communauté a eu son développement propre en fonction de ces conceptions et des circonstances extérieures politiques ou […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme chinois

  • Écrit par 
  • Jacques GERNET, 
  • Catherine MEUWESE
  •  • 4 724 mots
  •  • 4 médias

Le bouddhisme, du Petit et du Grand Véhicule, commence à être connu en Asie orientale à partir des ier et iie siècles de notre ère. Il pénètre jusqu'à la vallée du fleuve Jaune, en Chine du Nord, par la route des oasis qui relie la Transoxiane au Gansu, dans la péninsule indochinoise et dans la Chine du S […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme tibétain

  • Écrit par 
  • Anne-Marie BLONDEAU
  •  • 5 633 mots
  •  • 4 médias

Selon la tradition tibétaine, le bouddhisme fut introduit au Tibet au viie siècle, en même temps que l'écriture était inventée et que le pays entrait dans l'histoire grâce à une expansion rapide qui inquiéta la Chine au point qu'un chapitre spécial des Annales officielles chinoises fut désormai […] Lire la suite

BOUDDHISME (Arts et architecture) - Représentations du Buddha

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS
  •  • 2 848 mots
  •  • 7 médias

Le Buddha a vécu au vie siècle avant notre ère, mais il n'est représenté dans l'Inde du Nord (région de Mathurā) et du Nord-Ouest (Gāndhāra) qu'aux environs de notre ère. Sur les premiers monuments bouddhiques illustrés (balustrade de Bhārhut, milieu du iie siècle avant notre ère), il n'est en effet figur […] Lire la suite

BOUDDHISME (Arts et architecture) - Représentations des Bodhisattva

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS
  •  • 1 505 mots
  •  • 2 médias

Les Bodhisattva sont des « êtres (sattva) [sur le chemin] de l'Éveil (Bodhi) », c'est-à-dire des futurs Buddha ou des êtres qui, sur le point de devenir des Buddha, y ont renoncé. Dans sa première acception, le terme concerne le Buddha historique, pour la partie de sa vie terrestre qui précède l'Éveil et pour toute […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Noël ROBERT, « BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-japonais/