BOUDDHISME JAPONAIS

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Le bouddhisme tel qu'il fut transmis au Japon, par l'intermédiaire de la Corée, vers le milieu du vie siècle après J.-C., avait été auparavant refaçonné par la Chine. Il s'agissait, bien entendu, pour l'essentiel, des doctrines du Grand Véhicule (Mahāyāna) qui remontaient jusqu'au bouddhisme indien, mais avec les évolutions qu'elles avaient subies au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-japonais/#i_86617

DÉBUT DU DHARMA AU JAPON

  • Écrit par 
  • François MACÉ
  •  • 218 mots

L'arrivée officielle du bouddhisme au Japon aurait eu lieu en 552, selon le Nihon shoki, première histoire officielle du Japon. Une autre source, le Gankōji engi, donne la date de 538. Cette arrivée correspondrait à l'envoi, par le roi Syöng-Myöng du royaume coréen de Paekche, d'une statue du Bouddha et de sutras, à l'empereur du Japon, Kinmei. Le bouddhisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/debut-du-dharma-au-japon/#i_86617

AMIDA

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 862 mots

Dans le chapitre « L'expansion de l'amidisme »  : […] Amida était connu depuis longtemps en Inde, en Chine, au Tibet et même au Japon, depuis l'époque de Nara, où le célèbre voyageur Ennin avait rapporté de Chine la pratique de la méditation sur le nom d'Amida ; mais les impasses dans lesquelles finissaient par s'enliser la spéculation philosophique, les troubles tant physiques que moraux et le pessimisme né des guerres incessantes durant cette pér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amida/#i_86617

BHAIṢAJYAGURU

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 318 mots

Buddha siégeant dans un univers oriental appelé Vaidūryanirbhāsa, Bhaiṣajyaguru (le Maître des remèdes), grand guérisseur, est très populaire en Chine et au Japon. Il est célèbre non seulement par ses talents de guérisseur et par l'ambition qu'il a de dépasser l'éclat du soleil, mais aussi par le vœu qu'il a fait de changer les femmes en hommes, de mettre tous les fidèles sur le chemin de la bodhi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bhaisajyaguru/#i_86617

BONZE

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine DAVY, 
  • Universalis
  •  • 654 mots

Le nom de bonze, d'origine japonaise ( bonzo ), signifie prêtre ; il désigne avant tout les religieux bouddhistes de certains pays d'Extrême-Orient : Chine, Japon, Vietnam — quoique l'usage du terme tende à se généraliser en Occident, où on l'applique notamment aux communautés bouddhistes de Ceylan, de Birmanie, de Thaïlande et du Cambodge. Il fut d'abord employé au Japon po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonze/#i_86617

BOUDDHISME (Histoire) - L'expansion

  • Écrit par 
  • Jean NAUDOU
  •  • 3 126 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « En Corée et au Japon »  : […] La Corée était au iv e  siècle de notre ère morcelée en plusieurs royaumes, dont les principaux sont le Ko-kou-rye au nord-ouest, le Paik-tchei au sud-ouest, et le Sillā au sud-est. En 372, le roi des Jin (Shǎnxi) envoya le bonze Sunde avec des textes et des images à Ko-kou-rye. Douze ans plus tard, c'était au tour du Paik-tchei d'être évangélisé. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-histoire-l-expansion/#i_86617

DŌGEN (1200-1253)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 477 mots

Moine bouddhiste japonais, fondateur de la secte sōtō, né dans une famille marquante alliée à la dynastie, Dōgen reçut l'éducation propre à son milieu. Il perdit son père à deux ans, sa mère à huit, et passa les années suivantes en séjours successifs chez différents parents. En 1213, après avoir fait le siège d'un oncle moine qui habitait sur les pentes du mont Hiei, il entra dans les ordres au En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dogen/#i_86617

DŌKYŌ (mort en 772)

  • Écrit par 
  • Francine HÉRAIL
  •  • 277 mots

Il semble que Dōkyō ait appartenu à une famille de très petits fonctionnaires, peut-être descendants de Mononobe no Moriya. Né sans doute au début du viii e siècle, il se fait moine, mène une vie d'ascète mais étudie aussi les doctrines de la secte Hossō. Sa réputation lui vaut d'être appelé auprès de Kōken-tennō, l'impératrice qui vient d'abdiqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dokyo/#i_86617

EN NO GYŌJA ou EN NO OZUNU (VIIe-déb. VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 182 mots

Anachorète japonais, connu aussi sous les noms de En no Ozunu et de En no Ubasoku, En no Gyōja est regardé par tous les yamabushi comme le fondateur de la secte Shugendō. On ne sait rien de certain sur sa vie, sa biographie étant presque entièrement composée de légendes. Ascète, laïc, mais bouddhiste, il s'est adonné à la magie et a acquis ainsi le pouvoir de voler dans les airs, de commander les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/en-en/#i_86617

FONDATION DU EIHEI-JI

  • Écrit par 
  • François MACÉ
  •  • 232 mots

Le moine bouddhiste Dōgen avait fait le voyage en Chine (1223-1227) où il connut l'éveil et reçut la transmission de l'école zen Sōtō. À son retour au Japon, il enseigna d'abord seize ans dans la capitale, Kyōto. Pour des raisons non entièrement élucidées, dont probablement l'hostilité d'une partie du clergé bouddhique, il décida de s'installer dans la province d'Echizen. Dans cette région montagn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondation-du-eihei-ji/#i_86617

FRANK BERNARD (1927-1996)

  • Écrit par 
  • Jean-François JARRIGE
  •  • 991 mots

Né à Paris d'un père avocat, Bernard Frank avait commencé des études de droit, avant de se tourner vers l'orientalisme à l'École des langues orientales, où il apprit le chinois et le japonais, puis à l'École pratique des hautes études. Entré au C.N.R.S. en 1951, il profita d'un séjour de trois ans à la Maison franco-japonaise de Tōkyō de 1954 à 1957 pour s'affirmer comme un des meilleurs japonolog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-frank/#i_86617

GENSHIN (942-1017)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 273 mots

Moine bouddhiste japonais de la secte Tendai, également appelé Eshinsōzu et Imakashō, Genshin était né à Taima, en Chine. À dix ans, il quitta secrètement sa famille et gagna le monastère du Hiei-zan où il se mit à l'école de Ryōgen. Ses parents le recherchèrent pendant des années, avant de s'apercevoir qu'il était devenu un moine fameux. À quinze ans, il fut nommé hakkōshi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genshin/#i_86617

GUIMET ÉMILE (1836-1918)

  • Écrit par 
  • Claude JACQUES
  •  • 1 021 mots

Émile Guimet est né à Lyon le 2 juin 1836, dans une famille d'industriels. Son père, Jean-Baptiste, polytechnicien, dirigeait une usine de colorants à Fleurieu-sur-Saône, dans la banlieue lyonnaise ; il y produisait en particulier le bleu outremer artificiel, qu'il avait inventé et qui fit sa fortune, de sorte qu'il put développer ses entreprises. En 1855, il fonde avec quelques amis la Compagnie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-guimet/#i_86617

HATA CHITEI (XIe s.)

  • Écrit par 
  • Chantal KOZYREFF
  •  • 1 262 mots

Dans le chapitre « Origine des vies imagées du prince Shōtoku »  : […] Régent de 593 à 622, Shōtoku Taishi est l'une des grandes figures de l'histoire du Japon. Habile politicien, protecteur des arts et des lettres, il fut encore le véritable fondateur et propagateur du bouddhisme au Japon. Après sa mort, il entra dans une légende dorée, qui alla s'amplifiant au fil des siècles. Avec sa part de réel mêlée au merveilleux, cette vie prit bientôt un caractère très semb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hata-chitei/#i_86617

HŌNEN (1133-1212)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 505 mots

Moine bouddhiste japonais, fondateur de la secte du Jōdo, Shisei-maru, qui prit en religion le nom de Hōnen, né à Inaokaminamurimura dans la province de Mimasaka, perdit son père à l'âge de huit ans et entra en religion chez son oncle Kangaku, qui dirigeait un temple. À quatorze ans, il fut envoyé au mont Hiei, où il étudia le Tendai. À dix-huit ans, il se rendit au Kurodani, toujours sur le mont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/honen/#i_86617

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans le chapitre « Le renouveau culturel »  : […] Le Japon de l'époque de Kamakura connut ainsi des années angoissantes et des bouleversements sociaux qui expliquent peut-être la couleur tout à fait particulière de la civilisation de cette époque, rude et mystique. Ce moment de l'histoire japonaise connut en effet un vif renouveau philosophique et religieux. Les chefs religieux, et cela était une nouveauté, ne furent plus des courtisans, mais de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_86617

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « La xylographie au service du bouddhisme »  : […] Jusqu'à la fin du xvi e  siècle, toute l'activité xylographique se concentra dans les monastères. Mais, par rapport à la durée de cette période, elle fut peu abondante. C'est assez logique, puisqu'elle se cantonnait quasi exclusivement dans une fonction religieuse : elle se préoccupait surtout de diffuser les écritures bouddhiques et les commentai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_86617

NARA ÉPOQUE DE (710-794)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 215 mots

En 710, le gouvernement impérial du Japon prend la décision de se fixer à Heijo-kyo (actuelle Nara). Jusque-là, l'empire n'avait pas de capitale fixe. Le plan en damier de la ville s'inspire de celui de Chang'an, capitale chinoise de la dynastie des Tang. La période qui s'ouvre alors au Japon se caractérise par une forte influence chinoise dans les domaines politique, artistique et culturel. Comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epoque-de-nara/#i_86617

JARDINS "SECS", Kyōto (Japon)

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 187 mots
  •  • 1 média

Courant religieux venu de Chine à partir du milieu du xiii e  siècle, le bouddhisme chan ( zen ) a inspiré le développement de plusieurs formes d'art au Japon, comme la cérémonie du thé ( chanoyu ), l'arrangement floral ( ikebana ) ou la peinture monochrome. P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-secs/#i_86617

KONJAKU MONOGATARI SHŪ

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 1 263 mots

Dans le chapitre « Les contes »  : […] Le recueil se compose de trente et un livres, comportant en moyenne une quarantaine de contes. Dans l'état actuel du texte, les livres VIII, XVIII, et XX manquent, et plusieurs autres sont incomplets. Les livres I à V sont consacrés à l'Inde, les livres VI à X à la Chine, et tous les autres au Japon. Certains indices tendraient à prouver que cette dernière partie est inachevée. Les légendes indien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/konjaku-monogatari-shu/#i_86617

KṢITIGARBHA

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 107 mots

Bodhisattva qui fit le vœu de délivrer tous les êtres humains, Kṣitigarbha passe pour avoir sauvé tous les êtres vivant dans la période comprise entre le parinirvāna du Buddha et l'arrivée de Maitreya. Il apparaît en Inde, mais son culte n'atteignit tout son développement qu'en Chine et au Japon. Il y est associé à Yama, au-dessus duquel il préside aux Enfers. Mais, en tant que sauveur, il était i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ksitigarbha/#i_86617

MAṆḌALA

  • Écrit par 
  • Odette J. MONOD
  •  • 1 583 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Méditation et offrande cosmique »  : […] Si le passage du microcosme au macrocosme peut être exécuté symboliquement par divers déplacements, il peut également s'effectuer par un acte mental : soit en présence d'un maṇḍala établi telle une sorte de maquette architecturale, soit devant un maṇḍala peint sur toile. Dans chacun de ces deux cas, les maṇḍala sont utilisés comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mandala/#i_86617

MANTRA

  • Écrit par 
  • André PADOUX
  •  • 3 511 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le bouddhisme »  : […] Le fait que le bouddhisme tantrique soit souvent nommé mantrāyana – Véhicule des Formules – montre l'importance qu'y ont les mantras. Leur usage y fut sans doute introduit, en Inde, dès que se développa le Mahāyāna, avec les écoles Mādhyamika et Yogācāra. Leur rôle s'est encore accru au Tibet. Répandues très tôt en Chine, les pratiques mantriques sont encore vivaces dans ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mantra/#i_86617

NARA, TRÉSORS BOUDDHIQUES DU JAPON ANCIEN. LE TEMPLE KŌFUKUJI (exposition)

  • Écrit par 
  • Nicolas FIÉVÉ
  •  • 1 592 mots

Haut lieu de la pensée et de l’art bouddhiques, le monastère du Kōfukuji fut un des plus grands temples du Japon entre le vii e et le xii e  siècle. Les images du panthéon bouddhique, peintes ou sculptées, qui en ornaient les principaux édifices étaient des objets de culte hautement vénérés. Dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nara-tresors-bouddhiques-du-japon-ancien-le-temple-kofukuji/#i_86617

NICHIREN (1222-1282)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 472 mots

Moine bouddhiste japonais, fondateur de la secte qui porte son nom, Nichiren était le fils de Nukina Saemon Shigetada, un pêcheur de Kominato, sur la côte d'Awa. À onze ans, il entre au monastère de Kiyosumi, où il étudie, sous la direction de Dōzenbō, des doctrines tendai mêlées d'ésotérisme. Ordonné à quinze ans, il se rend au Hiei-zan en passant par le Komyō-ji de Kamakura, de tendance jōdo. Ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nichiren/#i_86617

NICHIREN-SHŌ-SHŪ

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 382 mots

L'une des sectes de l'école bouddhiste japonaise Nichiren, le Nichiren-shō-shū (« vraie secte Nichiren »), a connu, depuis 1950, une expansion extraordinaire due principalement au prosélytisme des adeptes de la communauté laïque qui lui est associée, le Sōkagakkai . La secte fait remonter son origine à l'un des six disciples de Nichiren, Nikkō, qui construisit son propre temp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nichiren-sho-shu/#i_86617

NIKKŌ

  • Écrit par 
  • Rémi SCOCCIMARRO
  •  • 730 mots
  •  • 2 médias

Située à l’ouest du département de Tochigi, à une centaine de kilomètres au nord de Tōkyō, Nikkō doit son développement et sa notoriété à la présence d’un vaste complexe religieux, ainsi qu’aux mausolées des sh ō gun Tokugawa. Inclus dans la zone des volcans Nasu, le site est remarquable et a très vite retenu l’attention de moines bouddhistes en quête d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nikko/#i_86617

ÔTSU-E. PEINTURES POPULAIRES DU JAPON (exposition)

  • Écrit par 
  • Nelly FEUERHAHN
  •  • 1 030 mots

Dans le chapitre « Du religieux au satirique »  : […] Au début du xvii e  siècle, Ōtsu devint le premier relais sur la route du Tōkaidō qui conduisait de Kyōto, la ville où siégeait l’empereur, à Edo (aujourd’hui Tōkyō) dont le shogun Tokugawa Ieyasu avait fait sa capitale après une prise de pouvoir qui avait mis fin aux conflits entre grands seigneurs. Ainsi commence l’époque Edo (1603-1868). Obligé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otsu-e-peintures-populaires-du-japon-exposition/#i_86617

RECONSTRUCTION DU TEMPLE DU HŌRYŪJI, Nara (Japon)

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 252 mots

Reconstruit à la fin du vii e  siècle après avoir été détruit par la foudre en 670, le Hōryūji est le plus ancien ensemble architectural en bois au monde. En réalité, sa reconstruction, achevée en 711, s'est enrichie de plusieurs autres constructions, pavillon de la cloche, pavillon des sūtras, textes sacrés bouddhiques, salle de lecture des sūtra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reconstruction-du-temple-du-horyuji/#i_86617

SAICHŌ (767-822)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 393 mots

Moine bouddhiste japonais, fondateur de la secte Tendai, Saichō, né à Shiga, dans la province d'Ōmi, fait ses études au Kokubun-ji de cette province. En 785, ayant reçu les défenses complètes, il demanda et obtint l'autorisation de se retirer dans la montagne, où il construisit un ermitage sur le mont Hieizan. En 788, cet ermitage devint un petit temple appelé Hieizan-ji, puis Shikan-in ; il est c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saicho/#i_86617

SHINRAN (1173-1262)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 277 mots

Moine bouddhiste japonais, fondateur de l'école Jōdo shinshū (secte véritable du Jōdo), qui prit le nom de Shinran, Matsuwaka maru, né à Kyōto, était le fils de Hino Arinori et fut orphelin très jeune. En 1181, il entra dans les ordres au mont Hiei, où il fut formé dans le Tendai. Il séjourna dix ans au Hieizan, puis étudia au Kōfuku-ji, à Nara. Il rencontra Hōnen à Kyōto et resta avec lui dix ans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shinran/#i_86617

SHINTŌ

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 6 597 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Shintō et bouddhisme »  : […] On notera que, jusque-là, nous avons utilisé le terme de shintō pour désigner non pas un système religieux organisé, une « religion » au sens occidental, mais simplement un ensemble de croyances et de pratiques relatives aux kami . Telle est, en effet, la signification réelle d'un vocable qui, jusqu'au xix e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shinto/#i_86617

SHŌMU-TENNŌ (699-756) empereur du Japon (724-749)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 372 mots

Empereur du Japon (724-749), né en 699 à Yamato, près de Nara, mort le 21 juin 756 à Nara. Obito monte sur le trône sous le nom de règne de Shōmu-tennō En 729, son épouse, membre de la puissante famille Fujiwara, est déclarée impératrice, faisant voler en éclat l'ancienne règle voulant que toutes les impératrices consorts soient des princesses de sang. Shōmu et son épouse sont tous deux de ferve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shomu/#i_86617

SHŌSŌ-IN, Nara, Japon

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 194 mots

Situé au nord-est de la salle du Grand Buddha du Tōdaiji à Nara, le Shōsō-in est une construction de bois brut, d'aspect austère, montée sur de solides poteaux afin de l'isoler du sol et d'en protéger le trésor. L'édifice fut élevé au milieu du viii e  siècle pour entreposer les biens personnels de l'empereur Shōmu (règne : 724-749) et de son épou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shoso-in-japon/#i_86617

SHŌTOKU-TAISHI (573 env.-621)

  • Écrit par 
  • Francine HÉRAIL
  •  • 617 mots

Fils de l'empereur Yōmei, Shōtoku-taishi naît en un temps où la cour de Yamato, qui a fait reconnaître sa suprématie sur le pays qui devait prendre le nom de Nihon (« [pays] d'où vient le soleil »), est agitée par les querelles des grandes familles. En 587, quand les Soga éliminent les Mononobe et les Nakatomi qui se sont posés, dit-on, en adversaires du bouddhisme mais qui étaient leurs rivaux, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shotoku/#i_86617

UNKEI (1148 env.-1223)

  • Écrit par 
  • Marie MATHELIN
  •  • 1 219 mots

À la fin du xii e  siècle, le pouvoir des Fujiwara s'affaiblissant, le Japon connaît d'importants bouleversements sociaux qui se terminent par la victoire de Minamoto Yoritomo (1185) et la fondation d'un gouvernement militaire, le bakufu , à Kamakura. Si, au début de cette période de Kamakura (1185-1333), Kyōto reste le centr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/unkei/#i_86617

VOYAGE DE SAICHŌ ET KŪKAI EN CHINE

  • Écrit par 
  • François MACÉ
  •  • 185 mots

Depuis l'introduction du bouddhisme au vi e  siècle, les Japonais ne cessèrent d'accueillir des moines du continent, mais aussi de se rendre en Chine. Profitant d'une ambassade en 804, deux moines partirent pour étudier dans la Chine des Tang. Saichō (767-822) séjourna au mont Tiantai où il reçut la transmission de l'enseignement de cette école. D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/voyage-de-saicho-et-kukai-en-chine/#i_86617

ZEN

  • Écrit par 
  • Claude GRÉGORY
  •  • 18 847 mots
  •  • 1 média

La faveur croissante, à l'aloi douteux, dont jouit en Occident depuis la Seconde Guerre mondiale un produit d'importation scellé de l'énigmatique étiquette « zen », ne saurait faire négliger par son étrangeté le déploiement original d'un ancien mode de vivre et de penser connu sous le nom de chan . Le chan est un fruit bouddhiste de la Chine, c'est-à-dire le résultat d'une as […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zen/#i_86617


Affichage 

Buddha de l'époque Muromachi

photographie

Buddha de l'époque Muromachi, XVIe siècle Bois Musée d'art oriental Edoardo Chiossone, Gênes 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Grand Buddha Amitabha (Daibutsu) de Kamakura

photographie

Grand Buddha Amitabha («Daibutsu») de Kamakura, Kantō, 1252 Bronze, hauteur: 13 m 

Crédits : E. Graf

Afficher

Jardin sec à Kyoto, Japon

photographie

Jardin sec aménagé dans l'enceinte du Tofuku-ji, un des temples de Kyoto Deux éléments majeurs du jardin sec sont réunis : des rochers moussus et du sable que les moines ratissent selon un dessin qui figure l'ondoiement des eaux et qui peut changer chaque jour en fonction de leur inspiration... 

Crédits : S. Held/ AKG

Afficher

Jardin zen

photographie

Un jardin zen au Japon 

Crédits : Robert Stahl/ Getty Images

Afficher

Le tamamushi

photographie

Le Tamamushi no zushi, tabernacle conservé au Kondo du Horyu-ji, bois laqué et décor peint, milieu du VIIe siècle, Japon 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Statue de Jizo

photographie

Le Buddha rédempteur des enfers, adoré au Japon sous le nom de Jizo Statue en bois, Japon, époque Heian (794-1185) Victoria and Albert Museum, Londres 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Zen

photographie

Moines bouddhistes zen à Nagazaki 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Buddha de l'époque Muromachi
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Grand Buddha Amitabha (Daibutsu) de Kamakura
Crédits : E. Graf

photographie

Jardin sec à Kyoto, Japon
Crédits : S. Held/ AKG

photographie

Jardin zen
Crédits : Robert Stahl/ Getty Images

photographie

Le tamamushi
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Statue de Jizo
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Zen
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie