BOUDDHISME CHINOIS

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme chinois

  • Écrit par 
  • Jacques GERNET, 
  • Catherine MEUWESE
  •  • 4 721 mots
  •  • 3 médias

Le bouddhisme, du Petit et du Grand Véhicule, commence à être connu en Asie orientale à partir des ier et iie siècles de notre ère. Il pénètre jusqu'à la vallée du fleuve Jaune, en Chine du Nord, par la route des oasis qui relie la Transoxiane au Gansu, dans la péninsule indochinoise et dans la Chine du S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-chinois/#i_86735

AMIDA

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 862 mots

Dans le chapitre « L'expansion de l'amidisme »  : […] Amida était connu depuis longtemps en Inde, en Chine, au Tibet et même au Japon, depuis l'époque de Nara, où le célèbre voyageur Ennin avait rapporté de Chine la pratique de la méditation sur le nom d'Amida ; mais les impasses dans lesquelles finissaient par s'enliser la spéculation philosophique, les troubles tant physiques que moraux et le pessimisme né des guerres incessantes durant cette pér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amida/#i_86735

AN SHIGAO [NGAN CHE-KAO] (IIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 201 mots

Premier grand traducteur de textes bouddhiques en chinois. Il s'appelle An Qing (An Shigao étant un nom honorifique ; An est une abréviation pour An-siäk, ou Arsak). Né dans une grande famille parthe, devenu prince héritier de la maison au pouvoir, il abandonne ses droits au bénéfice de son oncle, à la mort de son père, et se retire dans un monastère bouddhiste. Il arrive à Luoyang en 148 et, pend […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/an-shigao-ngan-che-kao/#i_86735

AVATAMSAKA-SŪTRA

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 513 mots

Texte mahāyāna qui a connu une grande vogue en Chine. D'après la légende, l'Avatamsaka Sūtra (le Sūtra de l'Ornementation fleurie de Buddha, en chinois : Huayanjing ) aurait été prononcé par le Buddha aussitôt après son Éveil, mais si profondes étaient ces paroles qu'aucun des auditeurs ne pouvait en comprendre le sens. Il semble que ce texte n'ait été l'objet d'aucun enseign […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avatamsaka-sutra/#i_86735

BHAIṢAJYAGURU

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 318 mots

Buddha siégeant dans un univers oriental appelé Vaidūryanirbhāsa, Bhaiṣajyaguru (le Maître des remèdes), grand guérisseur, est très populaire en Chine et au Japon. Il est célèbre non seulement par ses talents de guérisseur et par l'ambition qu'il a de dépasser l'éclat du soleil, mais aussi par le vœu qu'il a fait de changer les femmes en hommes, de mettre tous les fidèles sur le chemin de la bodhi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bhaisajyaguru/#i_86735

BONZE

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine DAVY, 
  • Universalis
  •  • 654 mots

Le nom de bonze, d'origine japonaise ( bonzo ), signifie prêtre ; il désigne avant tout les religieux bouddhistes de certains pays d'Extrême-Orient : Chine, Japon, Vietnam — quoique l'usage du terme tende à se généraliser en Occident, où on l'applique notamment aux communautés bouddhistes de Ceylan, de Birmanie, de Thaïlande et du Cambodge. Il fut d'abord employé au Japon po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonze/#i_86735

BOUDDHISME (Histoire) - L'expansion

  • Écrit par 
  • Jean NAUDOU
  •  • 3 126 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « En Asie centrale et en Chine »  : […] À en croire un texte obscur, dès l'an 2 avant J.-C., un fonctionnaire chinois, en mission auprès du roi Hima Kadphisês, aurait reçu oralement du prince héritier le premier texte bouddhique. En 65 de notre ère, un prince Han, Mingdi, aurait protégé la première communauté bouddhique implantée en Chine. C'est alors que furent traduits en chinois, par les Indiens Mataṅga et Gobharaṇa, plusieurs livres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-histoire-l-expansion/#i_86735

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Les moines étrangers »  : […] Le bouddhisme est une religion fondée sur une communauté monacale, le dernier des Trois Joyaux, chargée de conserver et de transmettre le Dharma, et d'assurer à ses membres un milieu propice aux pratiques de délivrance. Le cadre en est fourni par la discipline monastique à laquelle chaque moine s'engage lors de son ordination ; ce code disciplinaire ( ritsu en japonais, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-japonais/#i_86735

BOUDDHISME (Arts et architecture) - Représentations du Buddha

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS
  •  • 2 845 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les traits du Buddha »  : […] Aux environs du début de notre ère, l'environnement religieux est favorable à l'idée de figurer le Buddha sous une forme « manifeste », le contexte artistique l'est également. L'imagerie bouddhique qui s'est développée, surtout à Bhārhut et ailleurs, a élaboré un premier répertoire de compositions dans lesquelles peut s'insérer l'image du Buddha. Dans le domaine non bouddhique, les représentations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-arts-et-architecture-representations-du-buddha/#i_86735

BUDDHABHADRA (359-429)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 388 mots

Traducteur de textes bouddhiques en chinois. Né à Kapilavastu, la patrie du Buddha, Buddhabhadra émigre à Nagarahāra (Jelālābād), où sa famille fait du commerce. Très jeune, il s'intéresse à la religion et se fait remarquer par sa prodigieuse mémoire. Il entre dans les ordres et, après son ordination, se rend au Cachemire pour suivre les cours de Buddhasena, auteur d'un ouvrage intitulé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/buddhabhadra/#i_86735

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « La vie intellectuelle »  : […] L'expansion chinoise sous les Tang a pour effet un développement sans précédent des relations entre l'Asie orientale et les autres régions du continent : Asie centrale, Iran et Inde, pays de l'Asie du Sud-Est. Aux vii e - viii e  siècles, Chang'an est une ville cosmopolite où se coudoient Syriens, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_86735

CHINE - Politique religieuse

  • Écrit par 
  • Benoît VERMANDER
  •  • 6 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « D'une religion à l'autre »  : […] L'approche statistique résumée à l'instant montre vite ses limites : lorsqu'on aborde l'examen de l'état présent des religions actives en Chine, les problèmes méthodologiques liés au décompte des fidèles et à l'appréciation de la vitalité sociale des formes religieuses considérées varient grandement en fonction des religions considérées. Comme on vient de le noter, dans le cas de l'islam, l'estima […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-politique-religieuse/#i_86735

CHINOISE (CIVILISATION) - Symbolisme traditionnel et religions populaires

  • Écrit par 
  • Maxime KALTENMARK, 
  • Michel SOYMIÉ
  •  • 7 067 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le bouddhisme »  : […] Au contraire du taoïsme, le bouddhisme est une religion étrangère importée subrepticement peu avant l'ère chrétienne. Il fut d'abord pris pour une variété de taoïsme, quoique sa doctrine en diffère totalement. Au début il ne fit que de lents progrès, et seulement dans la haute aristocratie. Puis brusquement, à partir des iv e - […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-symbolisme-traditionnel-et-religions-populaires/#i_86735

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 353 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « La sculpture bouddhique »  : […] C'est au milieu du ii e  siècle de notre ère que le bouddhisme du Grand Véhicule commença à progresser en Chine, introduit par les caravanes qui suivaient la route de la soie. Cette origine explique l'influence, nette sur les premières représentations du Bouddha en Chine, de l'art gréco-bouddhique du Gandhāra dont le rayonnement s'étendait, au no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-les-arts/#i_86735

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 466 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Formation de la doctrine »  : […] P. Demiéville a signalé que Han Yu lui-même, qui condamne sans nuance ni réserve le bouddhisme, n'aurait probablement point écrit comme il fit en faveur de la « voie » confucéenne si une littérature bouddhiste en langue vulgaire (d'où sortiront le théâtre et le roman chinois) n'avait profondément agi sur les lettres traditionnelles. De la même façon, Zhu Xi ne condamnera le bouddhisme que pour mie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confucius-et-confucianisme/#i_86735

CORÉE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jin-Mieung LI, 
  • Ogg LI, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 6 267 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre «  Dynastie Koryŏ (918-1392) »  : […] Le début de l'histoire de Koryŏ, qui a donné, par la suite, le nom de Corée, est marqué par les invasions des Kitan, c'est-à-dire la dynastie chinoise des Liao (907-1125). Après avoir réussi à repousser les attaques des Kitan à deux reprises, en 993 et 1010, Koryŏ fut finalement obligé de concéder à son adversaire une région dans le nord-est de la péninsule, pour obtenir la paix. À cette époque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coree-histoire/#i_86735

DAO'AN [TAO-NGAN] (312-385)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 312 mots

Religieux éminent, père de l'Église bouddhique en Chine. Issu d'une famille lettrée de Chine du Sud, Dao'an vit tantôt au Nord, sous les dynasties barbares, tantôt dans le Sud, servant de trait d'union entre les groupes bouddhistes des deux régions. Encore jeune, il se rend à Ye (actuelle contrée de Pékin) pour y étudier auprès du missionnaire Fotudeng. Il s'applique surtout à l'étude du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dao-an-tao-ngan/#i_86735

DAOSHENG [TAO-CHENG] (365-434)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 256 mots

Moine bouddhiste éminent de la Chine du Sud. Disciple de Huiyuan, Daosheng étudie d'abord l' Abhidharma des Sarvāstivādin à Lushan. En 405, il se rend en Chine du Nord, dans la capitale Chang'an, auprès du grand maître Kumārajīva. Il participe à la traduction du Sūtra du Lotus ( Saddharmapundarīka ). De retour en Chine du Sud, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daosheng-tao-cheng/#i_86735

FAHU [FA-HOU], sanskr. DHARMARAKṢA (IIIe-IVe s.)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 234 mots

Grand traducteur en chinois de textes bouddhistes, d'origine yuezhi (indo-scythe). Sa famille était établie à Dunhuang depuis plusieurs générations. Il prit le nom de Zhu Fahu bien que n'étant ni indien ni chinois, mais pour se conformer à une habitude de cette époque qui voulait qu'un moine bouddhiste fasse précéder son nom de Zhu (indien) ou de Shi (Buddha). Après de bonnes études classiques s'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fahu-dharmaraksa/#i_86735

FAXIAN [FA-HIEN] (340 env.-apr. 413)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 320 mots

Moine originaire du Shānxi, célèbre pour son voyage en Inde et à Ceylan. Faxian entre très jeune en religion, ses parents voulant lui éviter le sort de ses trois frères emportés par la maladie. Après ses études, il remarque l'absence en Chine de textes sur le vinaya et se décide à aller en rechercher en Inde. Âgé d'une soixantaine d'années, il part avec quelques compagnons e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faxian-fa-hien/#i_86735

FOTUDENG [FO-T'OU-TENG] (mort en 348)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 230 mots

Missionnaire bouddhique d'origine kouchan, Fotudeng s'installe en 310 à Luoyang, capitale de la Chine des Jin occidentaux (265-316), qui, l'année suivante, est conquise et mise à sac par des envahisseurs hunniques. Fotudeng se rallie à leur chef, Shi Le, et le convertit par des prouesses magiques. Celui-ci, qui fondera par la suite la dynastie éphémère dite des Zhao postérieurs (328-349), fera du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fotudeng-fo-t-ou-teng/#i_86735

HĪNAYĀNA ou PETIT VÉHICULE

  • Écrit par 
  • Dominique TROTIGNON
  •  • 1 492 mots

Dans le chapitre « Les évolutions du bouddhisme »  : […] Au cours de leur développement, les écoles du Mahāyāna insisteront de plus en plus sur la sagesse et l'omniscience développées lors du plein Éveil, plutôt que sur la libération du samsāra , que vivent aussi les arhat , lors de l'« extinction définitive » ( parinirvāna ). Le nirvāna n'est plus alors conçu comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hinayana-petit-vehicule/#i_86735

HUIYUAN [HOUEI-YUAN] (334-417)

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 313 mots

Éminent religieux bouddhiste de la Chine du Sud, disciple de Dao'an, Huiyuan étudie, avec ce dernier, le prajñāpāramitā à Xiangyang. Il prêche la gnose indienne en se servant des idées et du vocabulaire du taoïsme philosophique de Laozi et de Zhuangzi. Après la chute de Xiangyang, en 378, il se rend dans le Sud, où il s'installe sur le célèbre Lushan, comme les ermites taoïs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/huiyuan-houei-yuan/#i_86735

IMPRIMERIE

  • Écrit par 
  • Isabelle ANTONUTTI, 
  • Jean-Pierre DRÈGE, 
  • Henri-Jean MARTIN
  • , Universalis
  •  • 14 457 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Fixation ou multiplication des textes »  : […] Suscitée par des innovations techniques, la naissance de la xylographie s'inscrit dans un processus social et intellectuel complexe et quelque peu contradictoire, qui se traduit à la fois par une reproduction intensive et en même temps par une volonté de conservation de l'écrit. L'encouragement constant donné à la multiplication des écrits et des images bouddhiques est à la source de l'imprimerie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imprimerie/#i_86735

KANG SENGHUI [K'ANG SENG-HOUEI] (mort en 280)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 213 mots

Moine et traducteur sogdien, qui propagea le bouddhisme en Chine. Né au Tonkin d'une famille sogdienne établie depuis longtemps en Inde, Kang Senghui perdit ses parents très jeune et embrassa la religion bouddhique. Il partit prêcher dans le royaume de Wu et s'établit à Jianye (Nankin) où, d'après la légende, il excitait la curiosité des habitants, qui n'avaient jamais vu de moine bouddhiste (en f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kang-senghui-k-ang-seng-houei/#i_86735

KUMĀRAJĪVA (344-413)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 840 mots

Un des plus grands traducteurs chinois de textes bouddhistes. Kumārajīva est né à Kucā d'un père ancien brahmane qui s'est converti au bouddhisme, puis marié à une princesse de Kucā. Sa mère, entrée en religion, l'emmène, âgé de huit ans, au Cachemire, où il étudie les Āgama sous la direction de Bandhudatta (352-355). À douze ans, il repart avec sa mère pour la Sérinde, se fixe un an à Kashi, où i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kumarajiva/#i_86735

MAITREYA, chin. BUDAI [POU-TAI]

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 331 mots
  •  • 1 média

Pour le bouddhisme, Maitreya est le cinquième buddha de notre kalpa et le premier à venir après Śākyamuni. Lorsqu'il apparaîtra dans la ville de Ketumatī (Bénarès), la durée de vie des hommes sera de 80 000 ans. Son nom sera Ajita (l'Invaincu), Maitreya étant son nom de famille. Il atteindra la Bodhi sous un arbre nāga. Actuellement, Maitreya est un bodhisattva qui réside dans le ciel des Tushita […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maitreya-budai/#i_86735

MAÑJUŚRĪ ou MAÑJUGHOṢA

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 306 mots

Dans la religion bouddhiste, Mañjuśrī (Douce Majesté) est un bodhisattva dont le culte s'est développé en Inde, en Chine et au Japon et qui est souvent représenté assis sur un lion, à la gauche de Śākyamuni, tandis que Samantabhadra se trouve à sa droite sur un éléphant. Il est coiffé d'une espèce de tiare à cinq pointes ou d'un chignon à cinq mèches ( pañcacīra ) et présente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manjusri-manjughosa/#i_86735

PARAMĀRTHA (499-569)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 435 mots

Maître bouddhiste indien et traducteur de textes en chinois. Originaire d'Ujjayinī, dans l'Inde du Nord, Paramārtha (Zhendi) arrive à Canton en 546, avec deux cent quarante liasses de manuscrits sanskrits, puis dans la capitale de l'empereur Wu des Liang (502-556), Jianye (Nankin), en 548, où il est mis à la tête d'un bureau de traductions. Les troubles qui éclatent à cette époque l'empêchent de p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paramartha/#i_86735

PROSCRIPTION DU BOUDDHISME (Chine)

  • Écrit par 
  • Catherine DESPEUX
  •  • 264 mots

La grande proscription des cultes étrangers en Chine qui débute en 842 frappe surtout le bouddhisme, qui a atteint son apogée sous la dynastie Tang. Appelée aussi « persécution de Huichang », du nom de la période de règne de l'empereur Wuzong (841-846), elle touche aussi le manichéisme, la religion des Ouïghours qui menaçaient la Chine. Les documents chinois fournissent peu d'informations sur cet […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proscription-du-bouddhisme/#i_86735

PRUNIER EN FIOLE D'OR (JIN PING MEI)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 881 mots

Dans le chapitre « Une fresque pimentée »  : […] Il ne faut en aucun cas limiter le Jin Ping Mei à un exposé de la vie de débauchés et de courtisanes sous les Song. Certes, l'auteur stigmatise les vices de la classe aisée et se livre à une radicale critique sociale. Mais la satire demeure au service d'une analyse très subtile des caractères psychologiques. L'histoire de la chute d'une maison provoquée par des revers de for […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prunier-en-fiole-d-or-jin-ping-mei/#i_86735

ROUTE DE LA SOIE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 737 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La Route des religions »  : […] Grâce à la circulation des marchands, porteurs de croyances et d’idées des plus diverses, les religions ont aussi « circulé » sur la Route de la soie. Le bouddhisme, né sur les bords du Gange en Inde au vi e  siècle avant J.-C., se diffusa en Chine au i er  siècle de notre ère à partir du royaume […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/route-de-la-soie/#i_86735

ROUTES DE LA SOIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 545 mots

— 1200 Le char est introduit en Chine depuis l'Asie centrale selon des voies de transmission encore inconnues. Une fois adopté, il est imité et perfectionné par les Shang, puis par les Zhou. Cette introduction atteste l'existence d'échanges entre l'Orient et l'Occident bien avant le commencement de relations commerciales. — 300 Datation appro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/routes-de-la-soie-reperes-chronologiques/#i_86735

SONG YUN (VIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 275 mots

Pèlerin chinois, qui se rendit en mission officielle en Inde au début du vi e  siècle. Né à Dunhuang, Song Yun est envoyé en 518, par une impératrice des Wei du Nord, en ambassade dans les pays d'Occident. Il est chargé de rencontrer les chefs d'État, pour lesquels il emporte des lettres de créance et des présents, et de ramener des textes bouddhi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/song-yun/#i_86735

SŪTRA DU DIAMANT

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DRÈGE
  •  • 1 493 mots
  •  • 1 média

En mars 1907, Aurel Stein, archéologue d’origine hongroise, chargé d’une expédition en Asie centrale pour le compte de l’empire britannique, arrive aux grottes du complexe de Mogao, situées à une trentaine de kilomètres de l’oasis de Dunhuang. Il y reste environ trois mois et partage son temps entre le site des grottes et les fouilles des vestiges des fortifications bâties sur la frontière de l’a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sutra-du-diamant/#i_86735

TAOÏSME

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 8 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'influence du taoïsme »  : […] En réalité, bien que le taoïsme ait été frappé d'ostracisme par les lettrés bureaucrates, les magiciens taoïstes, maîtres à recettes ( fangshi ) et spécialistes de toutes sortes de techniques n'étaient pas rares à la cour des empereurs Han. De même que les empereurs dépendaient de leurs ministres confucéens pour la politique, ils cherchaient à obtenir des taoïstes l'accroisse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taoisme/#i_86735

TIANTAI [T'IEN-T'AI] ÉCOLE DU

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 373 mots

École bouddhiste chinoise qui tient son nom de la montagne sacrée de la province du Zhejiang où son fondateur, Zhiyi (531-597), vécut et enseigna. Le système théologique proposé à l'école du Tiantai est profondément chinois. Zhiyi cherche à surmonter les différences, troublantes pour les Chinois épris de synthèse et d'harmonie, entre les enseignements des écoles bouddhiques de l'Inde. Il développe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tiantai-t-ien-t-ai-ecole-du/#i_86735

XUANZANG [HIUAN-TSANG] (602-664)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 859 mots
  •  • 1 média

Le plus célèbre des pèlerins chinois en Inde. Né dans le Henan, quatrième fils d'une famille lettrée, Xuanzang fait de bonnes études classiques, mais s'intéresse très jeune au bouddhisme et entre, à douze ans, dans un monastère de Luoyang. En 618, il se rend à Chengdu, dans le Sichuan, et il y reçoit, à l'âge de vingt ans (622), l' upasampadā , l'ordination. Ses études l'amèn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/xuanzang-hiuan-tsang/#i_86735

YIJING [YI-TSING] (635-713)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 337 mots

Le dernier des grands pèlerins bouddhistes chinois, qui emprunta la route maritime pour gagner l'Inde. Né au Zhili (Hebei), près de Pékin, Yijing entre en religion à sept ans ; à quinze ans, il décide de se rendre dans la patrie du Bouddha. Longtemps après, à trente-sept ans (671), il quitte Yangzhou sur un bateau persan. Son voyage va le mener d'abord à Shrîvijaya (Sumatra), où il étudie le sansk […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yijing-yi-tsing/#i_86735

ZEN

  • Écrit par 
  • Claude GRÉGORY
  •  • 18 847 mots
  •  • 1 média

La faveur croissante, à l'aloi douteux, dont jouit en Occident depuis la Seconde Guerre mondiale un produit d'importation scellé de l'énigmatique étiquette « zen », ne saurait faire négliger par son étrangeté le déploiement original d'un ancien mode de vivre et de penser connu sous le nom de chan . Le chan est un fruit bouddhiste de la Chine, c'est-à-dire le résultat d'une as […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zen/#i_86735

ZHI QIAN [TCHE K'IEN] (IIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean-Christian COPPIETERS
  •  • 184 mots

Laïc d'origine indo-scythe (Yuezhi, d'où vient son nom Zhi). Très instruit, Zhi Qian vécut d'abord à Luoyang ; puis, en raison des troubles qui marquèrent la fin de l'empire des Han, il émigra, en 220 environ, dans le Sud, au royaume de Wu, où il fut en relations avec l'empereur Sun Quan, qui le prit comme précepteur du prince héritier, Sundeng. Il se consacra à la prédication et à la traduction, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhi-qian-tche-k-ien/#i_86735

ZHUANGZI

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE
  •  • 2 413 mots

Dans le chapitre « Le texte et l'exégèse du « Zhuangzi » »  : […] À l'époque du Zhuangzi , la notion d'auteur personnel d'œuvres littéraires ne s'était pas encore dégagée et le Zhuangzi n'est qu'une indigesta moles de rédaction anonyme, encore que le style porte en maints endroits la marque d'un écrivain de génie. C'est la somme scripturaire d'une école, compilée par des disciples immédiats, pui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhuangzi/#i_86735

ZHUANGZI (TCHOUANG-TSEU) (Zhuang Zhou) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre MARSONE
  •  • 1 122 mots

Dans le chapitre « Une intuition mystique »  : […] La négation de la valeur du langage et de la rationalité ne sont cependant qu'un aspect de la démarche du Zhuangzi . La destruction du langage appelle son dépassement et « l'oubli des paroles » est la voie qui ouvre à une méditation dépourvue de support. La connaissance vraie surmonte aisément l'obstacle du langage : « Connaître la Voie est facile. Ce qui est difficile, c'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhuangzi-tchouang-tseu-zhuang-zhou/#i_86735


Affichage 

Xuanzang

photographie

L'apogée du bouddhisme chinois sous les Tang (618-907) est marquée par l'œuvre de compilation et de traduction du moine Xuanzang, représenté symboliquement sur cette estampe au cours de son voyage initiatique en Inde 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Bezeklik, Chine

photographie

À Bezeklik, près de Turfan (ou Turpan, Xinjiang), ville située sur l'antique Route de la soie, plus de cent grottes ont été creusées dans la falaise entre les VIe et IXe siècles par les moines bouddhistes qui cultivaient la vallée en contrebas 

Crédits : Carl et Ann Purcell/ Corbis

Afficher

Statue de Jizo

photographie

Le Buddha rédempteur des enfers, adoré au Japon sous le nom de Jizo Statue en bois, Japon, époque Heian (794-1185) Victoria and Albert Museum, Londres 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Xuanzang
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Bezeklik, Chine
Crédits : Carl et Ann Purcell/ Corbis

photographie

Statue de Jizo
Crédits : Bridgeman Images

photographie