BOUDDHISME (Arts et architecture)Représentations du Buddha

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les traits du Buddha

Aux environs du début de notre ère, l'environnement religieux est favorable à l'idée de figurer le Buddha sous une forme « manifeste », le contexte artistique l'est également. L'imagerie bouddhique qui s'est développée, surtout à Bhārhut et ailleurs, a élaboré un premier répertoire de compositions dans lesquelles peut s'insérer l'image du Buddha. Dans le domaine non bouddhique, les représentations des dieux majeurs sont apparues dès le iie siècle avant notre ère. Ce premier répertoire divin comprend aussi des images en relief ou en ronde bosse de yakṣa ; ces divinités sylvestres ou agrestes, figurées debout, hiératiques, au corps bien bâti et de grande taille, semblent avoir été les modèles plastiques sur lesquels ont été initialement appliqués les traits qui traduisent la personnalité du Buddha. Ceux-ci soulignent trois constantes de son iconographie : c'est un homme et un personnage historique, un moine et enfin un être qui sort de l'ordinaire.

Buddha debout, art de l'Inde

Photographie : Buddha debout, art de l'Inde

Statue de Buddha debout. Grès rouge sculpté. Jamalpur. École de Mathura. Ve siècle. Musée national, New Delhi, Inde. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Le Buddha est dès le départ figuré sous une forme parfaitement anthropomorphe, à quelques détails près sur lesquels on reviendra ; ce choix est définitif et concerne aussi bien le Buddha historique que tous les Buddha mythiques figurés à son image, ceux qui l'ont précédé comme les innombrables Buddha du Mahāyāna. Mais cet homme a vécu sur terre et, au moment où l'on songe à le représenter, les témoins oculaires de sa vie ont disparu, ce qui pose le problème de la véracité de ses images et de leur valeur comme portraits fidèles du maître ; véracité indispensable car, comme le dit un texte ancien du Grand Véhicule, l'image du Buddha est une représentation du Buddha par ceux qui l'ont vu pour faire acquérir des mérites à ceux qui la révèrent. On ne sait si la question a été soulevée de prime abord, en tout cas elle l'a été (sans doute à l'occasion de controverses sur le culte des images) et elle a été résolue par l'appel à des récits légendaires faisant remonter les « portraits » authentiques du Buddha à un original exécuté de son vivant et « approuvé » par lui. Ces récits divers reviennent tous au thème d'un portrait exécuté à la demande d'un roi, fidèle du Buddha, à l'occasion d'une absence de ce dernier. La tradition semble avoir été très vivante dans le bouddhisme chinois : au viie siècle, le pèlerin Hiuan Tsang aurait ramené en Chine une copie de la statue confectionnée à cette occasion, et une statue conservée actuellement dans le temple de Feiryo-ji à Kyōto serait une copie chinoise (exécutée en 987) de celle ramenée par Hiuan Tsang.

Un moine bouddhique (bhikṣu) se reconnaît à son vêtement, au fait qu'il ne porte ni bijoux ni parures et enfin à son crâne rasé. En ce qui concerne le Buddha, on constate qu'il porte pratiquement toujours le vêtement monastique, qu'il est le plus souvent dépourvu de tout bijou et, enfin, qu'il n'a jamais le crâne rasé. Le vêtement monastique est celui (en trois éléments) que le Buddha lui-même a fixé ; les variantes que présentent les images du Buddha correspondent surtout à des modes régionales (ainsi le manteau porté plié sur l'épaule en Asie du Sud-Est à partir du xiiie siècle) ou à des conventions esthétiques propres aux différentes écoles artistiques (rendu du drapé). Le Buddha a abandonné ses parures lorsqu'il a quitté la vie mondaine ; la seule trace en est normalement des lobes d'oreilles démesurément étirés par le poids des ornements qui y étaient accrochés avant le Grand Départ. La tradition est généralement suivie, mais il existe cependant en Afghanistan, en Inde orientale et surtout en Asie du Sud-Est des images du Buddha « paré » d'ornements de tête, parfois de bracelets, de brassards ou de ceintures ; elles traduisent l'assimilation très ancienne du Buddha à un monarque universel (cakravartin) et relèvent à l'origine du Mahāyāna. On les retrouve cependant en Asie du Sud-Est, dans le Petit Véhicule, où la parure s'étend souvent au vêtement, traité en costume d'apparat. L'opposition est totale entre le crâne rasé prescrit aux moines et la coiffure du Buddha : celui-ci est toujours en cheveux (bouclés ou tirés en arrière selon les écoles) ; qui plus est, il a au sommet du crâne un chignon ou une protubérance crânienne couverte de cheveux, l'uṣṇīṣa. Ajoutons que dans la plupart des cas il se distingue aussi des autres moines par une sorte de touffe de poils sur le front, l'ūrṇā. L'un et l'autre de ces éléments iconographiques traduisent l'appartenance du Buddha à la caté [...]

Rituel bouddhique

Photographie : Rituel bouddhique

Rasage rituel de la tête d'un jeune enfant destiné à la vie monacale (Mandalay, Birmanie). 

Crédits : Christophe Boisvieux/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Symboles du Buddha (1)

Symboles du Buddha (1)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Symboles du Buddha (3)

Symboles du Buddha (3)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Scène de vénération des symboles du Buddha, art de l'Inde

Scène de vénération des symboles du Buddha, art de l'Inde
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Symboles du Buddha (2)

Symboles du Buddha (2)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  BOUDDHISME  » est également traité dans :

BOUDDHISME - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 848 mots
  •  • 1 média

Né dans l'inde il y a vingt-cinq siècles, le bouddhisme s'est répandu peu à peu sur toute la partie la plus vaste et la plus peuplée de l'Asie, de l'Afghanistan à l'Indonésie et de Ceylan au Japon. Il y a prospéré pendant fort longtemps et il est encore florissant dans ces deux derniers pays ainsi qu'en Thaïlande, en Birmanie et en Corée du Sud, comme il l'était naguère au […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Le Buddha

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 4 307 mots
  •  • 2 médias

On donne le titre de Buddha, celui qui s'est « éveillé » à la Vérité, à un sage de l'Inde antique qui enseigna une méthode destinée à découvrir la réalité cachée derrière les apparences et à se libérer définitivement des illusions, des passions et de la douleur inhérente à toute forme d'existence.Pour lui, comme pour presque tous les Indiens, chaque mort est suivie d'une renais […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - L'expansion

  • Écrit par 
  • Jean NAUDOU
  •  • 3 127 mots
  •  • 3 médias

Le bouddhisme, issu d'un modeste district de l'Inde gangétique, s'est répandu, non sans se modifier, sur une grande partie de l'Asie et est devenu, avec le christianisme et l'islam, une des trois grandes religions mondiales. Aujourd'hui, Sri Lanka, la Birmanie, la Thaïlande, le Laos, le […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Littératures et écoles bouddhiques

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 6 022 mots

Sauf durant la vie du Buddha, la communauté monastique n'a jamais été unie sous une direction ayant le pouvoir de maintenir sa cohésion et de définir et imposer une orthodoxie, comme le fit longtemps la papauté dans le christianisme. L'expansion géographique du bouddhisme, la souplesse avec laquelle il s'adapta aux mentalités et aux modes de vie des populations fort diverses parmi lesquelles ils s […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Le renouveau contemporain

  • Écrit par 
  • Heinz BECHERT
  •  • 1 915 mots

Le bouddhisme fut, dès la fin du Ier millénaire de l'ère chrétienne, chassé de bien des régions d'Asie centrale et d'Asie du Sud-Est par l'expansion de l'islam. Sous la colonisation et au temps de la prééminence mondiale des puissances européennes, il sembla perdre encore davantage de son importance. S'opposant à cette évolution, […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 626 mots
  •  • 1 média

Le bouddhisme propose à l'homme trois refuges, le Buddha, sa doctrine et sa communauté. Les trois ont leur histoire, longue de deux millénaires et demi : la représentation de la personne du premier a toujours évolué, les conceptions doctrinales ont été en perpétuelle mutation, la communauté a eu son développement propre en fonction de ces conceptions et des circonstances extérieures politiques ou […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme chinois

  • Écrit par 
  • Jacques GERNET, 
  • Catherine MEUWESE
  •  • 4 724 mots
  •  • 4 médias

Le bouddhisme, du Petit et du Grand Véhicule, commence à être connu en Asie orientale à partir des ier et iie siècles de notre ère. Il pénètre jusqu'à la vallée du fleuve Jaune, en Chine du Nord, par la route des oasis qui relie la Transoxiane au Gansu, dans la péninsule indochinoise et dans la Chine du S […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Le bouddhisme tel qu'il fut transmis au Japon, par l'intermédiaire de la Corée, vers le milieu du vie siècle après J.-C., avait été auparavant refaçonné par la Chine. Il s'agissait, bien entendu, pour l'essentiel, des doctrines du Grand Véhicule (Mahāyāna) qui remontaient jusqu'au bouddhisme indien, mais avec les évolutions qu'elles avaient subies au […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme tibétain

  • Écrit par 
  • Anne-Marie BLONDEAU
  •  • 5 633 mots
  •  • 4 médias

Selon la tradition tibétaine, le bouddhisme fut introduit au Tibet au viie siècle, en même temps que l'écriture était inventée et que le pays entrait dans l'histoire grâce à une expansion rapide qui inquiéta la Chine au point qu'un chapitre spécial des Annales officielles chinoises fut désormai […] Lire la suite

BOUDDHISME (Arts et architecture) - Représentations des Bodhisattva

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS
  •  • 1 505 mots
  •  • 2 médias

Les Bodhisattva sont des « êtres (sattva) [sur le chemin] de l'Éveil (Bodhi) », c'est-à-dire des futurs Buddha ou des êtres qui, sur le point de devenir des Buddha, y ont renoncé. Dans sa première acception, le terme concerne le Buddha historique, pour la partie de sa vie terrestre qui précède l'Éveil et pour toute […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bruno DAGENS, « BOUDDHISME (Arts et architecture) - Représentations du Buddha », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-arts-et-architecture-representations-du-buddha/