BOUCHER DE PERTHES (J.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Un bohème de la science »

Le combat acharné que Boucher de Perthes dut mener, vingt ans durant, pour la reconnaissance de l’ancienneté humaine s’explique par les conditions du débat scientifique à cette époque : sans doute fallait-il être un « bohème de la science » à l’imagination débordante, un amateur de province libre de ses opinions et un aristocrate aisé, financièrement indépendant, pour pouvoir affirmer hautement, contre les autorités académiques et contre les dogmes cuviériens régnant encore en France au milieu du xixe siècle, l’existence de l’« homme fossile ».

Boucher de Perthes est un héritier autant qu’un fondateur. Fils aîné du botaniste Jules-Armand Guillaume Boucher de Crèvecœur, membre de l’Institut et ami de Lamarck, de Brongniart, de Bichat et de Cuvier, il côtoie dès l’enfance les plus brillants naturalistes de son temps. Il hérite aussi des observations de nombre d’amateurs (John Frere en Angleterre, François Jouannet, Paul Tournal, Jules de Christol en France, Philippe-Charles Schmerling et François-Xavier Burtin en Belgique) qui, depuis le xviiie siècle, ont signalé des trouvailles d’objets manufacturés ou de vestiges humains associés à des restes d'animaux éteints. Il hérite enfin des travaux de Casimir Picard, médecin et remarquable naturaliste amateur qu’il rencontre au sein de la Société d’émulation d’Abbeville dont il est le président. Picard, avant de mourir en 1841 à l’âge de trente-quatre ans, a posé entre 1835 et 1840 les bases de la typologie des outils de silex en identifiant les objets de pierre taillée comme des instruments à part entière. Il a compris les principes du débitage laminaire, sans toutefois chercher à établir une chronologie des industries ainsi décrites.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeure d'université, directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification

Autres références

«  BOUCHER DE CRÈVECŒUR DE PERTHES JACQUES (1788-1868)  » est également traité dans :

BOUCHER DE CRÈVECŒUR DE PERTHES (J.)

  • Écrit par 
  • Michèle JULIEN
  •  • 86 mots

Jacques Boucher de Crèvecœur de Perthes est un préhistorien français. Ce fonctionnaire des douanes d'Abbeville est considéré comme l'un des grands précurseurs de la préhistoire. Collectionneur passionné de pierres taillées et polies, il découvre en 1837, dans les alluvions de la Somme, des silex taillés au même niveau que des […] Lire la suite

ÂGE ET PÉRIODE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 1 958 mots

Dans le chapitre « Grandes classifications »  : […] Toutefois, le temps biblique reste l'ultime référence, et le Déluge, en particulier, constitue l'une des bornes temporelles de référence : peut-on, se demandent les savants, retrouver les restes d'un homme « antédiluvien » ? C'est en ces termes que l'un des fondateurs de la préhistoire, Boucher de Perthes, publie en 1847 et 1857 ses Antiquités celtiques et antédiluviennes , définitivement reconnu […] Lire la suite

FRANCE, archéologie

  • Écrit par 
  • Christian GOUDINEAU
  •  • 5 423 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un peu d'histoire »  : […] Pendant longtemps – jusqu'au xix e  siècle –, ce furent les monuments et les objets laissés sur notre sol par les Romains qui ont intéressé humanistes, historiens et... collectionneurs. L'idée que d'autres vestiges – aussi bien pré-romains que médiévaux – pouvaient avoir leur importance ne se fit jour, timidement, qu'à la Révolution, et encore sous des formes ambiguës, par exemple celle de la « ce […] Lire la suite

LA DESCENDANCE DE L'HOMME ET LA SÉLECTION SEXUELLE, Charles Darwin

  • Écrit par 
  • Thierry HOQUET
  •  • 1 424 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un ouvrage attendu »  : […] Si L'Origine des espèces ne parlait que très peu des humains, La Descendance en prolonge les thèses sur le cas spécifique des humains. Dans le livre de 1859, ceux-ci étaient mentionnés notamment en lien avec leurs pratiques de sélection d’espèces domestiques pour l’agriculture et l’élevage. Darwin se contentait d’écrire brièvement dans son chapitre de conclusion : « … la lumière sera jetée sur l […] Lire la suite

PALÉOANTHROPOLOGIE ou PALÉONTOLOGIE HUMAINE

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 4 905 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’homme antédiluvien »  : […] Le rejet du catastrophisme de Cuvier et de Buckland, qui avait jusque-là entravé la reconnaissance de l'homme antédiluvien, fut essentiellement l’œuvre du géologue britannique Charles Lyell. En affirmant dans ses Principes de géologie publiés en 1833, que tous les processus géologiques et climatiques du passé étaient de même nature et de même intensité que ceux du présent, dont les effets sont vi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claudine COHEN, « BOUCHER DE PERTHES (J.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/boucher-de-perthes-j/