BORROMINI (1599-1667)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un Lombard à Rome

François Castelli, dit Borromino ou Borromini (d'après le second nom de son père Brumino), est né le 27 septembre 1599 dans le village de Bissone (Suisse), au bord du lac de Lugano, dans l'ancien diocèse de Côme, pays « tout de maçons », qui émigrent à Vienne, Prague, Palerme ou Rome. Sa mère, Anastasia Garovo, et son père Giovanni Domenico Castelli Brumino, qui devient architecte au service des Visconti, sont issus de vieilles familles de maîtres maçons. En 1609, le jeune Borromini est envoyé à Milan, où il fait son apprentissage auprès du sculpteur Andrea Biffi sur le chantier de la cathédrale. À vingt ans, il rejoint, comme le fit son frère cadet, l'importante colonie de Lombards qui, à partir du dernier tiers du xvie siècle, des plus modestes tailleurs de pierre aux architectes pontificaux (Domenico et Giovanni Fontana, puis leur neveu Carlo Maderno), supplantent peu à peu les Florentins sur les chantiers de la ville sainte.

Introduit par un cousin comme sculpteur d'ornements (scarpellino) sur le chantier de la basilique Saint-Pierre – le nom de Francesco Bromino apparaît dans les comptes en octobre 1619 –, Borromini entre bientôt comme dessinateur dans l'atelier de Maderno, son « oncle » par alliance (sans doute un cousin plus lointain) – en 1621 il est payé pour avoir mis au net son projet pour la coupole de Saint-André-de-la-Vallée. Pendant une douzaine d'années, tout en approfondissant sa culture architecturale au contact des ruines antiques et des œuvres de Michel-Ange (notamment de Saint-Pierre), il poursuit une triple activité de scarpellino, de petit entrepreneur, fournisseur de marbre et de travertin, et de dessinateur auprès de Maderno vieillissant, dont il devient le principal assistant, faisant, d'après le témoignage de Baldinucci, tous les dessins du palais Barberini.

Après la mort de Maderno, en 1629, B [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  BORROMINI (1599-1667)  » est également traité dans :

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le Bernin et Borromini »  : […] Architecte, peintre et sculpteur , tel est le Bernin (1598-1680), qu'en son temps on célèbre comme le nouveau Michel-Ange, et dont la réputation, diffusée par le dessin et la gravure, s'étend à toute l'Europe, rejetant un peu injustement au second plan son rival et contemporain Borromini (1599-1667), plus subtil encore, dont le Français Blondel dénoncera ce qu'il appelle les « bizarreries », tout […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_8077

BERNIN GIAN LORENZO BERNINI dit LE CAVALIER (1598-1680)

  • Écrit par 
  • Claude MIGNOT
  •  • 2 521 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le grand ordonnateur des arts »  : […] En 1623, le cardinal Barberini devient pape sous le nom d'Urbain VIII. Le jour de son élévation, le nouveau pontife aurait appelé Bernin pour lui dire : « Vous avez beaucoup de chance, Cavalier, de voir le cardinal Maffeo Barberini pape, mais nous avons plus de chance encore d'avoir sous notre pontificat le cavalier Bernin. » Sous ce long pontificat (1623-1644), Bernin est le « grand ordonnateur d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernin-le-cavalier/#i_8077

CLASSIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Claude MIGNOT
  •  • 4 854 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Atticisme classique et libertinage baroque »  : […] Au milieu du xvii e  siècle se noue en effet une querelle autour de l' imitation. Pour les uns, l'architecture ne doit s'inspirer que de quelques bons modèles, qu'on ne saurait dépasser ; pour d'autres, la variété de l'architecture antique est provocation à l'invention, et l'on ne saurait être de simples copistes. Dans la préface de son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-classique/#i_8077

CLOÎTRES

  • Écrit par 
  • Léon PRESSOUYRE
  •  • 5 529 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La fin d'un conflit »  : […] Cependant, dès la fin du xii e  siècle, l'opposition apparemment irréductible entre l'esthétique cistercienne et l'esthétique clunisienne tendait à s'abolir. En 1188, le chapitre général de l'ordre de Cîteaux prend des mesures pour empêcher les abbayes de s'endetter à l'occasion de constructions somptueuses. Ces prescriptions sont renouvelées – ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cloitres/#i_8077

MARQUETERIE

  • Écrit par 
  • Catherine ROSEAU-LÉVESQUE
  •  • 3 433 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La marqueterie sur marbre et sur d'autres matières »  : […] La tarsia de pierre semble bien dériver de ce que les Latins appelèrent opus sectile ou opus interrasile . Ces termes désignaient des œuvres en mosaïque obtenues, dans le premier cas, par encastrement de parcelles de marbre dans une surface de même matière ou, dans le second cas, par l'insertion des parcelles dans des cavités ménagé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marqueterie/#i_8077

ORGANIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Bruno ZEVI
  •  • 3 077 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Équivoques romantiques »  : […] Il convient de dissiper les principales équivoques qui guettent celui qui s'attache à définir les caractéristiques de l'architecture organique. Formes curvilignes, anormales, arbitraires, au lieu de l'équerre, du compas et de la rigueur géométrique : au contraire, le plan d'aménagement d'Alger et les édifices brésiliens d'Oscar Niemeyer sont dessinés à main levée, mais ils ne peuvent être qualifié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-organique/#i_8077

PLACE SAINT-PIERRE, BERNIN (Rome)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 191 mots
  •  • 1 média

La colonnade colossale de la place Saint-Pierre, à Rome, couronne plus de quarante ans d'activités de Bernin au service de la papauté. Sous le long pontificat d'Urbain VIII Barberini (1623-1644), il est le « grand ordonnateur des arts » dès l'élection du nouveau pape. L'essentiel de son travail est consacré à l'intérieur de la basilique et du palais du Vatican. Mais la conception et l'exécution du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/place-saint-pierre-bernin/#i_8077

ROME

  • Écrit par 
  • Géraldine DJAMENT, 
  • Sylvia PRESSOUYRE
  •  • 11 410 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Rome baroque »  : […] Cependant, le courant profane du maniérisme européen reculait devant l'imagerie officielle imposée par le concile de Trente ; un nouveau langage formel se constituait, grandiloquent mais vigoureux. C'est dans le milieu cosmopolite des artistes de Rome qu'eurent lieu les expériences décisives : en 1595, Annibal Carrache, de Bologne, commençait à décorer la galerie du palais Farnèse dans un style q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome/#i_8077

Pour citer l’article

Claude MIGNOT, « BORROMINI (1599-1667) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/borromini/