BOROBUḌUR ou BARABUDUR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Borobudur : aménagement de la colline

Borobudur : aménagement de la colline
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Procession à Borobudur

Procession à Borobudur
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


Les travaux des Saïlendra

Vers le milieu du viiie siècle, dans la partie sud du centre de Java, s'est établie une dynastie bouddhique, les Saïlendra, qui furent de grands bâtisseurs ; on leur doit, par exemple, le grand complexe du Candi Sewu et sous leur impulsion le bouddhisme s'est étendu. Vers 795, ils ont atteint le cours supérieur du Progo et ont trouvé la pyramide du Borobudur inachevée ; sans doute ont-ils estimé qu'il était politiquement impossible de ne pas transformer une marque si évidente de la puissance sivaïte. Aussi ont-ils repris les travaux en leur donnant un caractère bouddhique et en supprimant les effets perspectifs. En rompant la continuité des escaliers et en surchargeant les bords des gradins, ils causèrent de graves accidents durant le cours des travaux. Alors que l'édifice était presque achevé, les maîtres d'œuvre ont dû étendre la base et cacher les reliefs inférieurs qui étaient déjà sculptés, et le projet du plateau supérieur a été profondément modifié pour le rendre moins pesant.

La reprise du Borobudur par les Saïlendra correspond, chronologiquement, à l'apparition dans le centre de Java du culte des cinq Jina ; en effet, une inscription découverte sur le Candi Sewu, et datant de 792, fait état de la transformation du temple. Non seulement l'architecture, mais aussi toute l'iconographie a été profondément remaniée. De nouvelles statues représentant les Jina ont été mises en place suivant les points cardinaux : à l'est Aksobhya, au sud Ratnasambhava, à l'ouest Amithaba, au nord Amoghasida et dans le sanctuaire central Vairocana. C'est une distribution similaire que l'on retrouve au Borobudur dans les niches des balustrades et au sommet du monument.

Parallèlement à ces travaux, les Sanjaya restauraient leur puissance et, en 832, réunifiaient le pays à leur profit. Ce tournant politique a coïncidé avec un nouvel apport culturel et technique de l'Inde. C'est avec ces nouvelles connaissances que les Sanjaya se sont en quelque sorte réappropriés le Borobudur, en lui ajoutant des portes et des reliefs, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  BOROBUDUR ou BARABUDUR  » est également traité dans :

ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - Les grands empires

  • Écrit par 
  • Bernard Philippe GROSLIER
  •  • 4 126 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les empires maritimes »  : […] Suivons maintenant la destinée des grands États qui se sont ainsi échafaudés. Le premier fut l'empire de Śrīvijaya, successeur de fait du Fou Nan et qui, à partir de Palembang en Sumatra, entre le vii e et le x e  siècle, étendit son emprise sur la mer de Chine méridionale . Il prit le relais de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-du-sud-est-art-et-archeologie-les-grands-empires/#i_4174

BOUDDHISME (Arts et architecture) - Le stupa

  • Écrit par 
  • Gérard FUSSMAN
  •  • 2 588 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Valeurs symboliques »  : […] Les grammairiens indiens, pour expliquer le mot stūpa, ont inventé une racine : stu , « agglomérer ». Car même dans ses formes les plus élaborées, le stūpa est d'abord un tumulus, un entassement de matériaux. D'éminents savants (P. Mus, J. Irwin) ont soutenu que le stūpa dérivait de tumulus bâtis de façon à symboliser par leur paroi extérieure hémisphérique (aṇḍa) la voûte c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-arts-et-architecture-le-stupa/#i_4174

INDE (Arts et culture) - L'expansion de l'art indien

  • Écrit par 
  • Bernard Philippe GROSLIER
  •  • 5 217 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les épigones »  : […] Avec la formation d'États constitués, une étape irréversible a donc été franchie. Un fait le prouve : alors que le sanskrit (ou le pāli) demeure la langue littéraire et religieuse, écrite avec son alphabet, apparaissent maintenant des textes en langues vernaculaires : en cam, on trouve le premier écrit d'une langue indonésienne, au iv e  siècle ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-expansion-de-l-art-indien/#i_4174

INDONÉSIE - Les arts

  • Écrit par 
  • Albert LE BONHEUR
  •  • 8 140 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les arts de l'époque de Java centrale (750 env.-950 env.) »  : […] L'art indo-javanais, ainsi appelé parce qu'à cette période les modèles indiens sont encore très proches, ou dit « de Java centrale », parce que c'est là que se trouvent la plupart des monuments qui s'y rattachent, correspond aux sanctuaires édifiés sous les règnes de Śailendra, des souverains de la lignée de Sañjaya et des rois de Matarām. La chronologie des monuments de Java centrale demeure inc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indonesie-les-arts/#i_4174

ŚAILENDRA LES

  • Écrit par 
  • Roland BRETON
  •  • 194 mots

L'une des grandes dynasties d'origine indienne de l'Indonésie. Contemporain de celui de Shrīvijaya, installé à Palembang dans l'île de Sumatra, le royaume des Śailendra (Shailendra) est établi à Java. La plus grande réalisation des Śailendra est, dans la plaine de Kedu, près de Jogjakarta, l'immense sanctuaire de Borobudur ( viii e  s.), chef-d'œu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-sailendra/#i_4174

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques DUMARÇAY, « BOROBUḌUR ou BARABUDUR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/borobudur-barabudur/