BOEING 737

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une famille d’avions

Boeing a su se montrer attentif aux souhaits des compagnies aériennes et à l’évolution des marchés avant de définir cette nouvelle famille d’avions économiques, adaptés à la demande et complémentaires entre eux.

La première génération comprend le Boeing 737-100 – équipé de deux réacteurs Pratt & Whitney JT8D – et le 737-200, respectivement entrés en service commercial le 10 février 1968 et le 28 avril 1968. Si le premier, qui partage 60 p. 100 de sa cellule avec le Boeing 727 (pour des économies d’échelle) et possède les mêmes moteurs, ne se vend qu’à trente exemplaires, le second, au fuselage allongé, sera vendu à 1 118 exemplaires, non sans avoir également accueilli des innovations qui en font, en 1971, le Boeing 737-200 Advanced.

Dès lors, l’avionneur apporte des améliorations au 737-200 : il le dote de moteurs plus puissants, introduit des matériaux composites et applique de nouvelles techniques de protection contre la corrosion.

Boeing envisage naturellement de donner un successeur au 737-200. Ce sera le 737-300, qui accomplit son vol inaugural le 24 février 1984. Outre un fuselage allongé de 2,60 mètres environ, cette version, mise en ligne le 28 novembre 1984, dispose de moteurs moins bruyants et plus économiques – à l’image des turboréacteurs CFM56-3 – ainsi que d’un poste de pilotage équipé d’un système de gestion de vol informatisé.

Quand les compagnies aériennes souhaitent un avion plus grand, Boeing répond avec le Boeing 737-400 de 146 places, un appareil identique au précédent excepté par ses dimensions. D’où l’avantage pour les transporteurs en ce qui concerne la maintenance des deux versions. Cet appareil effectue son premier vol le 19 février 1988 et entre en service en octobre de la même année.

Décidé à tirer parti au maximum de cette « communité » – les nombreux points communs entre les divers avions de cette famille –, l’avionneur lance un nouveau modèle : le 737-500 de 108 places. D’une longueur de 29,80 mètres, cet appareil ne dépasse que de 25 centimètres le 737-200. Il effectue son premier vol le 30 juin 1989 et est mis en service en mars 1990. Grâce à des réservoirs auxiliaires, une de ses versions peut transporter 108 passagers sur 5 550 kilomètres sans escale. Si le 737-500 utilise nombre d’éléments communs avec les autres Boeing 737, il est propulsé par deux moteurs CFM563, présents sur les versions 737-300 et 737-400. Autre avantage : les pilotes des Boeing 737-200, 737-300 ou 737400 n’ont pas besoin de nouvelle qualification pour voler sur le 737-500.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : historien de l'aviation, membre de l'Académie de l'air et de l'espace

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

18 novembre 2020 États-Unis. Autorisation de vol pour le Boeing 737 MAX.

L’administration fédérale américaine de l’aviation (FAA) autorise la reprise des vols du Boeing 737 MAX. Ceux-ci avaient été suspendus en mars 2019 à la suite du crash d’un appareil d’Ethiopian Airways et après un autre accident meurtrier survenu à un appareil de Lion Air en octobre 2018. Boeing a modifié le logiciel gérant le système antidécrochage du 737 MAX, à l’origine des accidents. […] Lire la suite

8-17 janvier 2020 Iran. Crash d'un avion ukrainien abattu par un missile.

Le 8, un Boeing 737 de la compagnie Ukraine International Airlines s’écrase peu après son décollage de l’aéroport de Téhéran avec cent soixante-seize personnes à son bord, en majorité des Iraniens et des Canadiens d’origine iranienne. Il n’y a pas de survivants. Le 11, les autorités reconnaissent, après l’avoir tout d’abord nié, que l’avion a été abattu par des missiles tirés par erreur par les Gardiens de la révolution. […] Lire la suite

10-27 mars 2019 États-Unis. Suspension de l'exploitation des Boeing 737 MAX.

Le 10, un Boeing 737 MAX de la compagnie Ethiopian Airlines qui assurait la liaison entre Addis-Abeba (Éthiopie) et Nairobi (Kenya) s’écrase peu après son décollage avec cent cinquante-sept personnes à bord. En octobre 2018 déjà, un 737 MAX de la compagnie indonésienne Lion Air s’était abîmé en mer de Java dans des circonstances identiques. Le 11, Ethiopian Airlines décide d’immobiliser sa flotte de Boeing 737 MAX. […] Lire la suite

3-17 janvier 2004 Égypte. Crash aérien au large de Charm el-Cheikh

Le 3, un Boeing-737 de la compagnie charter égyptienne Flash Airlines qui assurait la liaison entre Charm el-Cheikh et Paris via Le Caire s'abîme en mer Rouge quelques minutes après son décollage. Il n'y a pas de survivants parmi les cent quarante-huit personnes qui se trouvaient à bord, dont cent trente-trois touristes français – l'avion était affrété par des voyagistes français. […] Lire la suite

25-28 décembre 1986 Arabie Saoudite – Proche-Orient. Détournement d'un Boeing irakien

Le 25, un Boeing-737 irakien, qui assurait la liaison Bagdad-Amman, est détourné, en plein vol, par des pirates de l'air. Selon certaines sources, les agents de sécurité à bord s'interposant, de nombreux coups de feu sont tirés et deux grenades explosent. L'avion, en feu, se pose en catastrophe sur l'aéroport saoudien d'Ar'ar : une quinzaine de passagers réussissent à s'échapper, mais soixante-deux personnes, dont deux des quatre pirates de l'air, périssent dans l'explosion de l'appareil. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard MARCK, « BOEING 737 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/boeing-737/