BOCHIMANS, BOSCHIMANS ou BUSHMEN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Organisation sociale

Il n'y a pas, chez les Bochimans, de pouvoir politique tribal ou intertribal. Un groupe ne se distingue des autres que par son dialecte. Les principaux sont : au nord, les Kung, Heikum, Auen ; au centre, les Naron, Hukwe, Galikwe, Heichware ; au sud, vivaient les communautés Xam-ka et les Nke, toutes deux éteintes.

Chaque groupe se compose de bandes de 20 à 60 personnes, ayant entre elles des liens familiaux. La bande est toujours formée de plusieurs noyaux familiaux : les parents, les fils mariés et leurs enfants, les filles avec leur époux au début du mariage, car tout jeune marié doit chasser quelque temps pour ses beaux-parents, dans ces sociétés où il n'y a ni richesse, ni dot par conséquent ; une veuve peut soit vivre avec une de ses filles dans la bande de son gendre, soit rester avec ses fils, soit retourner chez ses frères. La bande possède le droit de cueillette et de chasse sur un territoire. Le seul pouvoir reconnu est celui du chef de bande, en principe l'aîné, et souvent en fait le meilleur chasseur ; son rôle principal est de décider des migrations, d'utiliser les ressources avec économie selon les saisons, de tirer parti de la proximité de l'eau, des mouvements du gibier. Tout objet, et plus spécialement les plantes sauvages comestibles, appartient à celui qui, le premier, l'a trouvé et signalé. Si un membre d'une autre bande se l'approprie, il commet un vol que l'homme lésé est en droit de punir. Le voleur est identifié facilement car les traces de pas sont reconnues, autant que les physionomies. D'où les vendettas entre bandes, aggravées par l'absence d'autorité politique ou judiciaire.

La polygamie est appréciée mais peu pratiquée, car, l'accumulation de biens n'existant pas, aucun homme n'a plus de puissance matérielle qu'un autre et ne peut donc acquérir plus de femmes. Sur quatre-vingt-huit Kung mariés, nous dit Lorna Marshall, neuf hommes seulement avaient deux femmes.

La subsistance du groupe est assurée par les hommes et les femmes : les hommes [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BOCHIMANS, BOSCHIMANS ou BUSHMEN  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 433 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Types humains et « races » : des représentations controversées »  : […] L'unicité de l'espèce humaine n'empêche pas celle-ci de se subdiviser en groupes identifiables par des caractéristiques physiques héréditaires. Celles-ci ont été utilisées pour définir des races. L'Afrique au sud du Sahara est ainsi le continent des Noirs, par opposition à l'Afrique septentrionale peuplée de Blancs. Le terme de race pose aujourd'hui problème. De nombreux scientifiques le récusent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-structure-et-milieu-geographie-generale/#i_23513

BOTSWANA

  • Écrit par 
  • Dominique DARBON
  •  • 2 466 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les facteurs de stabilité »  : […] La vie politique botswanaise se caractérise par une grande stabilité et une non moins grande modération, qui sont liées à trois facteurs historiques. Le premier tient à l'homogénéité ethnique du pays, avec les Tswana qui représentent environ 79 p. 100 de la population totale du pays (2003), le groupe minoritaire Kalanga (11 p. 100) qui est bien intégré dans les cercles dirigeants, et le groupe B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/botswana/#i_23513

DÉSERTS

  • Écrit par 
  • Roger COQUE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Huguette GENEST, 
  • Francis PETTER
  •  • 20 848 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Les genres de vie »  : […] Les besoins en eau d'un homme travaillant dans le désert s'élèvent à neuf litres par jour, utilisés pour la cuisine et la boisson. La recherche continuelle de l'eau a obligé les habitants à vivre en nomades, mais leurs accoutumances particulières ont donné lieu à une certaine diversité de modes de vie. Les tribus les plus primitives pratiquent des formes anciennes de nomadisme : la chasse et la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deserts/#i_23513

HABITAT

  • Écrit par 
  • Pierre CENTLIVRES
  •  • 2 772 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Universalité de la maison »  : […] Prise dans le sens d'espace organisé et habité, marqué de limites matérielles et symboliques, et non dans celui, plus restrictif, de bâtiment d'habitation avec murs et toit, la maison est un phénomène général aux formes et aux fonctions multiples. L'ethnographie connaît des peuples qui s'abritent derrière de simples écrans de branches ou d'écorce, qui se réfugient dans des cavités naturelles ou qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/habitat/#i_23513

HOTTENTOTS

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 1 411 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une origine controversée »  : […] Du point de vue physique, les Hottentots sont très proches des Bochimans : peau brun-jaune, yeux écartés, cheveux « en grains de poivre », stéatopygie et macronymphie ; ils sont toutefois un peu plus grands (deux moyennes de stature masculine ont été observées : 162,4 et 160,1 cm). D'après l'hypothèse la plus répandue, ils seraient issus du métissage de Bochimans avec un autre groupe africain, ba […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hottentots/#i_23513

KALAHARI

  • Écrit par 
  • Richard F. LOGAN, 
  • GEORGE BERTRAND SILBERBAUER
  •  • 3 524 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Bochimans »  : […] Les Bochimans, ou Bushmen (également appelés San ou Basarwa dans la région), travaillent dans les campements appartenant à des bergers de langue bantoue, ou bien sont employés dans les grandes exploitations bovines du district de Ghanzi, ou encore travaillent pour ces employés. Peu de Bochimans conservent le mode de vie traditionnel de chasseur-cueilleur. Un grand nombre, relogés par le gouvernem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kalahari/#i_23513

KUNG

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 443 mots

Les San (ou Bochimans, ou Bushmen), qui occupaient autrefois une partie importante de l'Afrique australe, se répartissaient en quatre groupes principaux : au nord, les Kung (parfois orthographié !Kung, en notant par un point d'exclamation le clic alvéolaire qui débute leur nom) et les Anen ; au centre, les Naron, les Tenekwe, les Tserekwe et les Marsawa ; à l'ouest, les Ganin et les Huniin ; au su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kung/#i_23513

NAMIB

  • Écrit par 
  • Richard F. LOGAN
  •  • 2 402 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Population et économie »  : […] De brefs voyages d'exploration furent entrepris le long de la côte du xv e au xvii e  siècle. Walvis Bay (la « baie de la baleine ») servit de base aux navires baleiniers de la Nouvelle-Angleterre au début du xix e  siècle. Des routes directes pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/namib/#i_23513

NAMIBIE

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Reginald H. GREEN
  • , Universalis
  •  • 7 131 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Une société multinationale »  : […] Le passé colonial de la Namibie est bref (un siècle), mais mouvementé. Ce pays, presque inconnu au xix e  siècle, est pénétré d'abord par des missionnaires, notamment ceux de la mission protestante rhénane, suivis de marchands allemands. C'est l'un d'eux (A. Lüderitz) qui pose les premiers jalons de la conquête aboutissant, en 1884, à l'établisse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/namibie/#i_23513

PRÉHISTORIQUE ART

  • Écrit par 
  • Laurence DENÈS, 
  • Jean-Loïc LE QUELLEC, 
  • Michel ORLIAC, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Denis VIALOU
  •  • 27 698 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'art rupestre de l'Afrique australe »  : […] Dans l'Afrique subsaharienne, l'art rupestre est souvent mal connu, ou peu étudié, à l'exception des centaines de pétroglyphes circulaires de Bidzar, au Cameroun septentrional, des gravures schématiques de la vallée de l'Ogooué, au Gabon, des représentations de couteaux de jet de la République centraficaine, ou des peintures de l'Angola. Il est probable que le peu d'intérêt manifesté jusqu'à prése […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-prehistorique/#i_23513

TSWANA

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 318 mots

Rameau occidental des Sotho, les Tswana vivent au Botswana et dans les pays avoisinants, à l'ouest du Transvaal. Ils constituent probablement la plus ancienne population bantoue d'Afrique australe et se sont parfois mêlés aux Bochimans, avec lesquels ils ont des relations étroites. Les Tswana se différencient des autres Sotho surtout par leur mode de vie. Installés en bordure du désert du Kalahari […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tswana/#i_23513

ZIMBABWE

  • Écrit par 
  • Daniel COMPAGNON, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Franck MODERNE
  • , Universalis
  •  • 16 843 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Avant la colonisation britannique »  : […] Les premiers occupants du territoire furent des Bochiman (ou Bushmen), mais des tribus shona d'origine bantou firent leur apparition sur le plateau central vers le milieu du x e  siècle. Ils développèrent une activité d'élevage qui fut bientôt complétée par un véritable réseau commercial tant avec l'arrière-pays qu'avec la zone côtière. Ils furent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zimbabwe/#i_23513

Pour citer l’article

Jacques MAQUET, « BOCHIMANS, BOSCHIMANS ou BUSHMEN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bochimans-boschimans-bushmen/