BJÖRNSON BJÖRNSTJERNE (1832-1910)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un hymne à la Norvège

Son père était pasteur et fermier à Kvikne, au sud de Trondheim. Bjørnson fait de bonnes études et, passionné par la politique, débute dans le journalisme. Il s'impose tout de suite avec un roman paysan, Synnøve Solbakken (1857), où il exalte le petit peuple de son pays dans un style neuf, débarrassé de tout romantisme et très proche des contes populaires, qui lui permet de lancer le thème de toute son œuvre : restons fidèles aux forces naturelles qui veillent en nous, tendons « à la vérité plus qu'à la beauté ». La même année, grâce à un concours de circonstances, il succède à Ibsen à la direction du théâtre de Bergen, où il fait jouer Entre les combats (1857), pièce sur le célèbre roi Sverre (xiie s.). Bjørnson a décidé de faire revivre l'histoire norvégienne en s'inspirant des sagas : « Il faudrait réédifier la vie de notre peuple sur notre histoire, les paysans devraient en être la base. » De là découlent les grands courants de toute son imposante production. Ce libéral cherche à capter les forces latentes qui firent la grandeur de la Norvège médiévale : aussi se lance-t-il ardemment dans la politique, notamment à la faveur de la désastreuse guerre du Danemark contre la Prusse (1864). Ce patriote entend exprimer le meilleur de son peuple : son désir d'évasion et d'indépendance (qui aboutira à la libération de la tutelle suédoise en 1905), sa fierté réfugiée trop longtemps dans un silence farouche, sa bonne volonté. Il développe ces idées dans d'autres récits paysans, comme Arne (1859) ou Un joyeux garçon (1860) dont on apprécie toujours le ton pittoresque et rude et l'optimisme déclaré, ou bien dans des drames tragiques, tel Hulda la boiteuse (1864) qui traite du conflit entre paganisme et christianisme, ou la trilogie Sigurd Slembe (1863). Écrit à la suite d'un séjour à Rome (1860-1862), ce chef-d'œuvre dépeint avec force le conflit entre ambition et jeunesse, ainsi que l'égoïsme des nantis, la brutalité des notables. Le tout restant dominé, dans une optique bien scandinave, par un destin cruel.

En 1865, Bjørnson devient directeur du théât [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite (langues, littératures et civilisation scandinaves) à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  BJÖRNSON BJÖRNSTJERNE (1832-1910)  » est également traité dans :

GRIEG EDVARD (1843-1907)

  • Écrit par 
  • Piotr KAMINSKI
  •  • 1 677 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La sainte trinité norvégienne »  : […] De retour en Norvège, en 1871, glorifié par la nouvelle reconnaissance internationale, il forme avec Bjørnson et Henrik Ibsen une sainte trinité norvégienne dont le but sera de renouveler l'art national. Une série d'œuvres réalisées en collaboration avec Bjørnson (une très forte scène dramatique, À la porte du couvent , op. 20, des Mélodies , op. 21, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edvard-grieg/#i_12422

NORVÈGE

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 24 720 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Réalisme et naturalisme (1850-1890) »  : […] L'époque qui suit voit d'importants changements économiques et sociaux. Il en résulte de vives luttes politiques, paysans et classe moyenne fortement nationalistes s'opposant à une droite royaliste et unioniste. En 1884, la gauche accède au pouvoir et introduit le parlementarisme dans les mœurs. C'est aussi le moment où la Norvège s'ouvre aux influences extérieures. Positivisme, rationalisme, util […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norvege/#i_12422

Voir aussi

Pour citer l’article

Régis BOYER, « BJÖRNSON BJÖRNSTJERNE - (1832-1910) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bjornstjerne-bjornson/