BIVALVES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Caractères généraux

Les deux valves de la coquille s'articulent dorsalement (charnière) et sont rendues mobiles l'une par rapport à l'autre par un ligament élastique (formé d'une scléroprotéine, la conchyoline) jouant un rôle d'abduction ; la fermeture des valves intervient sous l'action de muscles travaillant en antagonisme avec le ligament, les muscles adducteurs.

Le corps forme une masse viscérale globuleuse, sans tête, mais s'ouvrant en avant par une bouche antérieure dépourvue de radula (ou râpe pharyngienne). Elle est encadrée de palpes labiaux qui conduisent la nourriture vers elle. Le tube digestif comporte ensuite un estomac renfermant un « stylet cristallin » qui facilite la digestion des hydrates de carbone, puis il se contourne en intestin, aboutissant à un anus postérieur. Renfermant encore un cœur, des reins, un foie, les gonades et un système nerveux constitué de trois paires de ganglions reliés par des connectifs, le corps est enveloppé dans le manteau, épithélium associé à des fibres musculaires, qui délimite la cavité palléale où s'épanouissent, à droite et à gauche de la masse viscérale, les branchies ou cténidies.

Lamellibranche

Dessin : Lamellibranche

Plan d'organisation d'un Lamellibranche (Unionidé). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ce manteau, attaché marginalement à la coquille par des faisceaux musculaires, constitue généralement deux lobes unis dorsalement par un isthme, mais pouvant aussi être soudés ventralement jusqu'à former une sorte de tube ouvert à ses deux extrémités. À l'arrière, des ouvertures font alors communiquer la cavité palléale avec l'extérieur, et il s'organise un courant inhalant et un courant exhalant, empruntant des expansions tubulaires du manteau, les siphons. À l'avant, sort le pied, rarement adapté à la marche (sa forme en hache ayant justifié le nom de Pélécypodes), il est souvent fouisseur et fréquemment assorti d'une glande byssogène, sécrétant les filaments du byssus qui attachent l'animal au substratum. Des muscles fixés à la coquille permettent la rétraction ou la protrusion du pied.

Les récepteurs sensoriels des Bivalves sont essentiellement localisés en bordure du manteau. Il s'agit de récepteurs tactiles et visuels. Chez les Pectinacés et les Cardiacés, dont les lobes palléaux ne sont pas soudés, la bordure du manteau dans son ensemble possède des terminaisons tactiles et oculaires. Chez les Limidés, il y a de véritables tentacules sensoriels. Chez les Bivalves pourvus de siphons postérieurs, c'est à l'orifice de ceux-ci que sont situés les récepteurs tactiles.

La coquille contient des carbonates de calcium, le plus souvent la calcite, associés à une proportion variable de conchyoline, qui forme la totalité de la couche externe des valves. Au-dessous, la première couche calcaire est composée de prismes de calcite soit perpendiculaires à la surface (Pinna, Inoceramus), soit obliques à celle-ci (Mytilus) ; ils constituent les éléments ornementaux que sont les lamelles d'accroissement, dont la sécrétion est liée à la succession des jours et des nuits (accroissement nycthéméral). Cette première couche est revêtue intérieurement de dépôts plus ou moins parallèles à la surface ; la calcite ou l'aragonite s'y associent étroitement à un réseau de conchyoline dont les mailles dessinent des modèles caractéristiques des divers genres.

À l'intérieur de la coquille, les insertions des muscles laissent des empreintes qui permettent de reconstituer d'après une coquille vide ou son moulage une partie de l'anatomie des parties molles. Ces données, ainsi que les caractères de la charnière, facilitent la détermination paléontologique.

Babinka

Dessin : Babinka

Un type primitif de musculature : Babinka 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Lamellibranche

Lamellibranche
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Babinka

Babinka
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Protobranche et Filibranche

Protobranche et Filibranche
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Fixation et modelage de la forme d'un bivalve

Fixation et modelage de la forme d'un bivalve
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BIVALVES  » est également traité dans :

ACIDIFICATION DES OCÉANS

  • Écrit par 
  • Paul TRÉGUER
  •  • 2 205 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Quels sont les impacts pour les écosystèmes marins ? »  : […] La paléo-océanographie nous apprend que des variations importantes du pH se sont déjà produites par le passé et que les impacts sur les écosystèmes marins peuvent être importants, avec disparition de certaines espèces calcaires. Cependant, de telles variations se sont effectuées à une échelle de temps beaucoup plus longue que celle que nous connaissons actuellement. Peut-on prévoir l'avenir d’un […] Lire la suite

AQUACULTURE

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 11 431 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'élevage des mollusques »  : […] Parmi les mollusques, les bivalves marins ( moules, huîtres...) sont certainement les premiers que l'homme ait appris à élever pour sa consommation. Ces animaux filtreurs se nourrissent de petites particules organiques (algues unicellulaires du phytoplancton, particules organiques inertes). Le pouvoir de filtration varie selon les espèces de 1 à 15 litres d'eau de mer par heure. Selon les espèc […] Lire la suite

FAUNE DES GRANDES PROFONDEURS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 1 177 mots

Février 1977 Campagne de géologie et de géochimie du submersible américain Alvin sur la ride des Galápagos : premières observations, par 2 500 mètres de profondeur, de la faune associée à l'hydrothermalisme. Février-mars 1978 Campagne de géologie du submersible français Cyana sur la dorsale du Pacifique oriental (21 0  N.) : premières observations, par 2 600 mètres de profondeur, de cheminées fo […] Lire la suite

MOLLUSQUES

  • Écrit par 
  • André FRANC
  •  • 9 406 mots
  •  • 11 médias

L' embranchement des Mollusques est l'un des plus diversifiés de toute la zoologie, car il englobe plusieurs catégories bien distinctes d'espèces animales, qui toutes cependant répondent aux mêmes critères fondamentaux. Ces catégories forment pour les Mollusques actuels sept classes d'importance numérique très inégale, que l'on désigne comme Aplacophores, Polyplacophores, Monoplacophores, Bivalve […] Lire la suite

NACRE

  • Écrit par 
  • Catherine ARMINJON
  •  • 376 mots
  •  • 1 média

Substance calcaire animale, dure, translucide et brillante, à reflets irisés et chatoyants, constituée de minces lamelles transparentes et superposées d'aragonite qui constituent la couche interne de la coquille d'un grand nombre de mollusques bivalves, la nacre est sécrétée par l'épithélium externe du manteau de ces animaux. Les principaux coquillages produisant la nacre sont : l'huître perlière […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie benthique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 5 290 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Microphages »  : […] En ce qui concerne les animaux benthiques microphages, la question qu'on doit se poser tout d'abord est celle de la nature des proies. Celles-ci peuvent être constituées, bien sûr, de tous les végétaux et animaux vivants de très petite taille, depuis de petits invertébrés ou des larves jusqu'aux bactéries, en passant par tous les protistes. Mais il faut encore savoir si ces microphages peuvent aus […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie dans les grandes profondeurs

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER
  •  • 3 866 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Les peuplements associés à l'hydrothermalisme »  : […] Les peuplements associés à l'hydrothermalisme ont été découverts en 1977, par 2 500 mètres de profondeur, sur la dorsale des Galapagos (cf. encadré). Ils ont été retrouvés ensuite en différents points de la dorsale du Pacifique oriental, du sud de l'île de Pâques jusqu'au golfe de Californie, puis le long des dorsales du Pacifique nord-est, et enfin, dans des bassins arrière-arc insulaire et sur […] Lire la suite

POLLUTION

  • Écrit par 
  • François RAMADE
  •  • 20 855 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Bioconcentration dans les organismes aquatiques »  : […] Divers organismes autotrophes, tant océaniques qu'inféodés aux eaux continentales, se comportent comme d'hyper-bioconcentrateurs, c'est-à-dire qu'ils présentent des facteurs de bioconcentration particulièrement élevés. Ainsi, l'aptitude des Fucus et plus encore des laminaires à concentrer l'iode mais aussi le brome et les autres halogènes « lourds » présents dans l'eau de mer est connue de longu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Geneviève TERMIER, Henri TERMIER, « BIVALVES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bivalves/