BIRMANIE (MYANMAR)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielUnion de Birmanie, Myanmar (MM)
Chef de l'ÉtatMyint Swe (par intérim depuis le 1er février 2021)
Note :
Chef du gouvernementMin Aung Hlaing (depuis le 1er août 2021)
Note :
CapitaleNaypyidaw (a remplacé Rangoon en 2006)
Langue officiellebirman
Unité monétairekyat (MMK)
Population55 199 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)676 577

La Birmanie depuis 1962

À la suite du coup d'État de 1962, l'armée birmane (Tatmadaw), sous l'égide du général Ne Win, instaura un régime militaire autocratique fortement centralisateur, et opta pour une politique économique de type socialiste et autarcique. Pendant plus d'un quart de siècle, la Birmanie fut repliée sur elle-même, en dehors des grands enjeux internationaux. Mais ces années de « voie birmane vers le socialisme » ont épuisé le pays et sa société qui implosèrent en 1988 à la faveur d'un mouvement populaire, lequel provoqua le renouvellement de la dictature militaire. Un second coup d'État perpétré en septembre 1988 mit en selle une nouvelle junte aux orientations économiques plus libérales et ouvertes sur l'extérieur. Mais après avoir refusé de reconnaître le résultat des élections qu'il avait pourtant lui-même organisées en mai 1990 et qui avaient vu la victoire écrasante des forces de l'opposition civile menée par Aung San Suu Kyi, le régime renforça ses positions en cherchant à contrôler l'ensemble du processus de « transition », tout en maintenant une forte pression sur les minorités ethniques et profitant habilement des ressources naturelles et de la position stratégique de la Birmanie entre l'Inde, la Chine et l'Asie du Sud-Est. En mars 2011 toutefois, la junte fut dissoute. Un Parlement fut réuni après l'adoption d'une nouvelle Constitution et l'organisation d'élections nationales. Un gouvernement civil composé d'anciens militaires reconvertis engage alors le pays sur une voie résolument réformiste, acceptant le retour au premier plan d'Aung San Suu Kyi.

Le régime militaire de Ne Win, entre autarcie socialiste et isolationnisme (1962-1988)

Le coup d'État de 1962 et la mise en place de la dictature militaire

Lorsqu'elle prit le pouvoir, l'armée birmane disposait déjà d'une solide assise. Auréolée du prestige acquis depuis sa création en 1941, elle s'était progressivement imposée comme la principale institution du pays. Sous la direction de son charismatique chef d'état-major, le général Ne Win, la Tatmadaw organisa diligemment et sans effusion de sang un coup d'État dans la nuit du 1er au 2 mars 1962. Le gouvernement d'U Nu fut déposé, le Parlement dissous, la Constitution de 1947 suspendue et les partis et syndicats supprimés. Un véritable système autoritaire se mit alors en place avec, au centre du pouvoir, un Conseil révolutionnaire, dirigé par Ne Win lui-même. Les premières formes d'opposition qui se manifestèrent dès juillet 1962 furent rapidement étouffées, à commencer par les étudiants et le Sangha, la communauté bouddhiste. Enfin, face au développement d'autres insurrections ethniques séparatistes (Kachin, Chin et Shan), Ne Win lança de nouvelles offensives militaires et instaura une forte centralisation administrative et politique.

La Voie birmane vers le socialisme

Faisant suite à une ordonnance du Conseil révolutionnaire du 28 avril 1962, le régime de Ne Win dévoila sa nouvelle doctrine : la Voie birmane vers le socialisme. Cette orientation idéologique prônait la recherche de la société socialiste parfaite mais adaptée à la culture et aux traditions birmano-bouddhistes. Mêlant autarcie et collectivisme, nationalisme et révolution socialiste, isolationnisme et xénophobie, elle rejetait toute influence étrangère, notamment l'héritage anglo-indien de la colonisation. À partir du 4 juillet 1962, la réalisation de ce projet révolutionnaire fut confiée au Parti du programme socialiste birman (Burma Socialist Program Party, BSPP, ou Lanzin en birman).

Le régime militaire s'attacha alors à mettre en place de vastes réformes. Avec la loi sur la nationalisation des entreprises du 27 février 1963, toutes les banques et les compagnies industrielles et d'import-export étrangères, puis birmanes, furent placées directement sous le contrôle de l'État birman (donc de l'armée). Face à la confiscation de leurs biens financiers et de leurs propriétés, de nombreuses communautés de marchands, banquiers et rentiers, en particulier d'origine étrangère, fuirent la Birmanie tout au long des années 1960. Ainsi, trois ans après l'arrivée de Ne Win au pouvoir, entre 300 000 et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 44 pages

Médias de l’article

Birmanie : carte physique

Birmanie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Birmanie : drapeau

Birmanie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Irrawaddy (Birmanie)

Irrawaddy (Birmanie)
Crédits : S. Winter/ National Geographic/ Getty

photographie

Rangoon: scène de rue

Rangoon: scène de rue
Crédits : M. di Lauro/ Getty

photographie

Afficher les 18 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BIRMANIE (MYANMAR)  » est également traité dans :

BIRMANIE (MYANMAR), chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ASEAN (Association of South East Asian Nations) ou ANSEA (Association des nations du Sud-Est asiatique)

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 225 mots

Organisation internationale fondée en août 1967 par l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thaïlande pour remplacer l'Association de l'Asie du Sud-Est (A.S.A.), l'Association des nations du Sud-Est asiatique vise à coordonner l'action de gouvernements hostiles à la remise en cause du statu quo politique en Asie du Sud-Est. Ses principaux objectifs comprennent : l'élimination d […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Guy MENNESSIER
  • , Universalis
  •  • 7 907 mots

Dans le chapitre « Birmanie-Thaïlande »  : […] L' histoire géologique de la Birmanie et de la Thaïlande, mal connue, montre tout au moins une liaison étroite avec le Tibet, l'Himalaya et la Malaisie. À l'est se trouve le plateau de Shan, constitué de terrains métamorphiques prolongeant ceux du Tibet. Dans le nord de la Birmanie, une série sédimentaire monte du Cambrien au Quaternaire. Les chaînes birmanes s'allongent à l'ouest et comprennent […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La mousson de l'Asie du Sud-Est »  : […] L'Asie du Sud-Est, plus méridionale que l'Inde, est aussi beaucoup plus arrosée : les pluies sont, à peu près partout, supérieures à 1 400 mm, et les climats équatoriaux à pluies constantes et très abondantes (supérieures à 2 000 et même à 2 500 mm) sont très largement représentés. Le relief étant, par ailleurs, beaucoup plus fragmenté, les climats sont plus divers. Les phénomènes moteurs de la mo […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Asie du Sud-Est »  : […] Le processus de mondialisation intègre aujourd'hui, sur le plan économique, l'Asie du Sud-Est à l'Asie orientale, et l'on désigne de moins en moins souvent cet espace, intermédiaire entre les deux géants de l'Asie que sont la Chine et l'Inde, par un toponyme propre. Le toponyme, il est vrai, ne va pas de soi, alors que l'Asie du Sud-Est, un temps partagée entre plusieurs puissances coloniales, In […] Lire la suite

ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - La formation des États indianisés

  • Écrit par 
  • Janice STARGARDT
  •  • 4 710 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les grandes villes pyues »  : […] Au premier rang se trouvent les résultats des recherches du Service archéologique birman. Des fouilles systématiques menées sur les sites de trois grandes villes pyues, Beikthano , Halin et Śrī Kṣetra, dont l'aire fortifiée est respectivement de 9, 6 et 9 kilomètres carrés, ont bien enrichi la documentation concernant les origines de la civilisation en Birmanie et ont permis de rapporter la chron […] Lire la suite

ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - Les grands empires

  • Écrit par 
  • Bernard Philippe GROSLIER
  •  • 4 128 mots
  •  • 5 médias

Comme entraînées par leur vitalité, l'Inde et la Chine, vers les débuts de notre ère, débordèrent leurs frontières naturelles et civilisèrent les deltas et les îles d'Indochine et d'Indonésie, venant finalement à la rencontre l'une de l'autre, comme elles le firent – presque au même moment – en Asie centrale. Cette expansion, dont elles n'eurent pas même conscience ! et qui fut de peu d'importance […] Lire la suite

ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - Préhistoire et protohistoire

  • Écrit par 
  • Helmut LOOFS-WISSOWA
  •  • 3 590 mots
  •  • 2 médias

Nous assistons actuellement à une véritable révolution de la recherche préhistorique et protohistorique en Asie du Sud-Est. Les connaissances accumulées pendant plus d'un demi-siècle par le travail patient d'une poignée de chercheurs européens ou américains sont remises en question pour être remplacées par de nouvelles hypothèses élaborées surtout par une nouvelle génération d'archéologues sud-est […] Lire la suite

AUNG SAN (1916-1947)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 496 mots

Issu d'une famille connue pour avoir participé à la résistance après l'annexion de la Birmanie par la Grande-Bretagne en 1886, Aung San devint secrétaire de l'Union des étudiants de l'université de Rangoon en février 1936. Après que la Birmanie eut été détachée de l'Inde en 1936, il milite pour l'organisation révolutionnaire Dobama Asi-ayone (« Nous les Birmans ») dont il devint secrétaire général […] Lire la suite

AUNG SAN SUU KYI (1945- )

  • Écrit par 
  • Christian LECHERVY
  • , Universalis
  •  • 1 323 mots
  •  • 1 média

Femme politique birmane, fille du général Aung San (1915-1947), le héros de l'indépendance birmane, et de Daw Khin Kyi (1912-1988). Longtemps diabolisée par le pouvoir militaire au pouvoir depuis 1962, accusée d'être à la solde de l'étranger ou de fomenter l'anarchie, elle poursuit une guerre d'usure contre les autorités en dépit d'intimidations multiples. Forte du soutien des démocraties qui lui […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Denise BERNOT, Pierre-Arnaud CHOUVY, Renaud EGRETEAU, Bernard Philippe GROSLIER, Jean PERRIN, « BIRMANIE (MYANMAR) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/birmanie-myanmar/