BIRAPPORT

GÉOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • François RUSSO
  •  • 10 631 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le rapport anharmonique chez les Grecs »  : […] Dans les mathématiques grecques, on ne rencontre pas à proprement parler de géométrie projective, essentiellement parce que la notion de transformation des figures n'y apparaît pas, même pas la projection centrale que semble suggérer pourtant très naturellement la considération des cônes et de leurs intersections par des plans qui engendrent les coniques. En revanche, on trouve des notions et des […] […] Lire la suite