BIOSPHÈRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'avenir de la biosphère

De nombreux scientifiques se sont interrogés sur les causes de la spectaculaire stabilité de la biosphère. Dans les années 1970, le géophysicien James Lovelock a imaginé, avec la microbiologiste Lynn Margulis, le concept de Gaïa, dans les années 1970, vulgarisé par leur ouvrage Gaïa : a New Look at Life on Earth, ultérieurement traduit en français sous le titre La Terre est un être vivant (1979). Selon cette théorie, la biosphère est capable de réagir à des modifications cosmologiques afin de maintenir, dans ses divers compartiments, des conditions favorables à la vie. En ce sens, il n'a fait que systématiser l'idée de Vernadsky qui voyait dans la biosphère actuelle le résultat d'un long processus de « biologisation » de l'environnement planétaire, les êtres vivants rendant – par leur action permanente – les habitats terrestres et aquatiques de plus en plus favorables à la vie.

Réserve de biosphère du mont Ventoux

Photographie : Réserve de biosphère du mont Ventoux

Paysage du Ventoux, réserve de biosphère où hommes et nature expérimentent ensemble, en étant étroitement liés, l'objectif du Programme sur l'homme et la biosphère de l'U.N.E.S.C.O : réconcilier l'homme et la nature. Les moutons: nature ou culture? 

Crédits : P. Aguilar/ SMAEMV

Afficher

Un des exemples les plus connus de cette aptitude autorégulatrice de l'environnement propre à la biosphère est la baisse continuelle du dioxyde de carbone dans l'atmosphère au cours des périodes géologiques (à l'exception des périodes très récentes). Ce processus biogéochimique avait permis de compenser la hausse progressive de la température terrestre – due au réchauffement du Soleil au fur et à mesure qu'il vieillit – par une diminution concomitante de l'effet de serre.

L'humanité actuelle, par suite de sa prolifération incontrôlée et par le développement incessant de technologies mal maîtrisées, porte atteinte aux grands équilibres de la biosphère. Des phénomènes tels que les changements climatiques globaux ou encore la destruction partielle de la couche d'ozone représentent, parmi d'autres, les signes prémonitoires d'une catastrophe écologique globale contre laquelle une course de vitesse doit désormais être engagée.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Eduard Suess

Eduard Suess
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Les grands biomes terrestres

Les grands biomes terrestres
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Biosphère : productivité

Biosphère : productivité
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Production organique

Production organique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'Université libre de Bruxelles
  • : professeur honoraire à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie (faculté des sciences), ancien directeur du laboratoire de zoologie de l'École normale supérieure
  • : professeur émérite d'écologie à la faculté des sciences d'Orsay, université de Paris-Sud-Orsay

Classification

Autres références

«  BIOSPHÈRE  » est également traité dans :

BIODIVERSITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 4 700 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Des services écologiques »  : […] Le tissu vivant de la planète est organisé en écosystèmes. Pour faire image, en assimilant la planète à un être vivant, comme le propose James Lovelock avec son concept Gaïa, on pourrait dire que les écosystèmes constituent les organes de la biosphère. Ainsi, les savanes, les forêts tropicales et tempérées, les déserts, les systèmes cultivés, les lacs, les rivières et les océans sont autant de s […] Lire la suite

CLIMAX

  • Écrit par 
  • Yolande LUBIN
  •  • 660 mots

Emprunté à la phytosociologie, le terme « climax » désigne l'ensemble sol-végétation caractérisant un milieu donné et parvenu, en l'absence de perturbations extérieures, à un état terminal d'évolution. Le climax du sol ou pédoclimax est constitué par le profil pédologique en équilibre, par l'intermédiaire de l'humus, avec la végétation stable ou climacique, non modifiée par l'homme. Dans le cas d' […] Lire la suite

CYCLES BIOGÉOCHIMIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DUPLESSY
  •  • 7 881 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La perturbation par les activités humaines »  : […] Le phosphore est injecté dans les sols comme engrais, si bien que les flux entre le sol et la biosphère ont augmenté de 10 p. 100 en moyenne depuis son utilisation. Cette perturbation est très variable selon les régions : elle dépasse 50 p. 100 en Europe, mais est infime dans les pays en développement. Le phosphore est aussi utilisé comme détergent, adoucisseur d'eau ou produit industriel, les pol […] Lire la suite

ÉCOLOGIE

  • Écrit par 
  • Patrick BLANDIN, 
  • Denis COUVET, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 20 606 mots
  •  • 15 médias

Le terme écologie (du grec oikos , demeure, et logos , science) a été proposé par Ernst Haeckel en 1866 pour désigner la science qui étudie les rapports entre les organismes et le milieu où ils vivent. Cette définition reste encore valable, mais elle demande à être approfondie et précisée, car elle est trop générale. Pour la situer par rapport aux autres sciences biologiques, il est commode de c […] Lire la suite

ÉCOLOGIE ET SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 7 806 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Sauver la biodiversité  »  : […] Le fer de lance de cette structuration disciplinaire est la biologie de la conservation. Cette dernière, qui est une réponse de la communauté scientifique à la crise de la biodiversité, est mal nommée parce que sa vocation est largement et explicitement pluridisciplinaire. En effet, elle applique (et développe) les connaissances et les principes de l'écologie, de la biogéographie, de la génétique […] Lire la suite

ÉCONOMIE CIRCULAIRE

  • Écrit par 
  • Cécile EZVAN
  •  • 4 896 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La tension entre exigence de sobriété et recherche de nouveaux gisements de valeur »  : […] Selon le philosophe Dominique Bourg, la visée de l’économie circulaire est « la préservation de la biosphère afin d’en maintenir la viabilité, pour l’espèce humaine au premier chef ». Ce principe de conservation et de restauration du capital naturel implique, soit de minimiser l’extraction de ressources naturelles difficilement ou non renouvelables (dans le cadre d’une soutenabilité dite « faible […] Lire la suite

GÉNÉRATION SPONTANÉE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 977 mots

Quelques mois avant de périr sur l'échafaud, Antoine-Laurent Lavoisier proposait à l'Académie des sciences de décerner un prix à qui pourrait répondre aux questions qu'il posait de la façon suivante, où apparaît l'idée de biosphère , sinon le mot : « Les végétaux puisent dans l'air qui les environne, dans l'eau et en général dans le règne minéral les matériaux nécessaires à leur organisation. Les […] Lire la suite

GÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Dominique CROZAT, 
  • Jean DRESCH, 
  • Pierre GEORGE, 
  • Philippe PINCHEMEL, 
  • Céline ROZENBLAT, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 20 425 mots
  •  • 2 médias

Dans le système solaire, notre planète ne ressemble à aucune autre . Mercure, Vénus et Mars sont, il est vrai, constituées de roches analogues à celles de la Terre ; Vénus et Mars sont entourées d'une atmosphère, mais celle-ci est fort différente de la nôtre, pourvue d'oxygène. La composition de l'atmosphère terrestre explique que les températures, dans les couches inférieures, y soient plus basse […] Lire la suite

MAB (Man and the Biosphère) PROGRAMME

  • Écrit par 
  • Didier BABIN
  •  • 1 217 mots
  •  • 1 média

L’UNESCO a lancé en 1971 le programme intergouvernemental MAB (Man and the Biosphere – L’homme et la biosphère) dont l’objectif est d’établir une base scientifique pour améliorer les relations homme-nature au niveau mondial. Il a ainsi esquissé les bases de ce qu’on appelle désormais le « développement durable » à travers un programme scientifique, puis par la mise en place d’un réseau mondial de […] Lire la suite

POLLUTION

  • Écrit par 
  • François RAMADE
  •  • 20 855 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Lois générales de la circulation atmosphérique »  : […] La connaissance des lois générales de la circulation des masses d'air dans l'atmosphère est essentielle pour comprendre les mécanismes par lesquels s'effectue la contamination de la biosphère. Ces lois décrivent les mouvements horizontaux et verticaux des masses d'air, qui assurent rapidement la dispersion des polluants dans l'ensemble de l'atmosphère. Le sens et la vitesse des courants stratosphé […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15 août 2013 Équateur. Annonce de la mise en exploitation des gisements pétroliers du parc Yasuni

biosphère » par l'U.N.E.S.C.O. en mai 1989. Le projet doit être soumis au Parlement. En septembre 2007, le président Correa avait proposé devant l'Assemblée générale des Nations unies de sanctuariser le parc en renonçant à exploiter le gisement de 850 millions de barils que celui-ci recèle, en échange d'une allocation de la communauté internationale […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul DUVIGNEAUD, Maxime LAMOTTE, François RAMADE, « BIOSPHÈRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/biosphere/