WILDER BILLY (1906-2002)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'impossible retour

La grande histoire reprend alors ses droits. Chargé de la dénazification du monde du spectacle germanique, et désireux d'avoir des nouvelles de sa famille, c'est un Billy Wilder sans uniforme qui rejoint le quartier général de l'armée américaine à Londres au printemps de 1945. Immobilisé dans la capitale anglaise jusqu'en juin, il sera le premier spectateur des films de diverses nationalités tournés à la libération des camps nazis. Son émotion, redoublée quand il apprend la disparition de sa mère, de son beau-père et de presque toute sa famille à Auschwitz, le conduit à une forme de révolution intérieure. Wilder veut désormais rester en Europe et préparer un grand film de montage consacré à la Shoah. Ce projet (Les Moulins de la mort) se réduira au fil des ans à un court-métrage de vingt minutes. Wilder aura compris, comme d'autres, que certaines images ne peuvent pas être montrées – ne désirent pas être vues – à n'importe quel moment. Mais l'on retrouvera des plans de la capitale allemande détruite au début de son premier film « européen » d'après guerre, La Scandaleuse de Berlin (1948), avec Marlene Dietrich et Jean Arthur. Le rêve de retour est désormais derrière lui. D'autant que Le Poison avait reçu en 1945 l'oscar du meilleur film – Wilder deviendra un habitué de ce genre de récompense –, ce qui aidera le cinéaste à se sentir pleinement américain.

Marlene Dietrich et Billy Wilder

Photographie : Marlene Dietrich et Billy Wilder

Marlene Dietrich et Billy Wilder pendant le tournage de «La Scandaleuse de Berlin» (1948), de Billy Wilder. 

Crédits : Paramount Pictures/ Album/ AKG

Afficher

Mais Wilder reste critique et caustique. En 1950, il signe avec Boulevard du crépuscule une somptueuse dénonciation de l'usine à rêves. Ce métafilm hollywoodien oppose des conceptions du cinéma sur un fond macabre : c'est le mort qui raconte l'histoire. Ce jeune scénariste raté a été tué par une ancienne grande star du cinéma muet qui vit recluse dans sa demeure de Sunset Boulevard. Une has been meurtrière d'un never will be : il est de plus tendres évocations de Hollywood... Avec un sens historique sans défaut, Wilder dessine la ligne de fracture entre le muet et le par [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : professeur d'études cinématographiques et d'esthétique à l'université de Paris-Est-Marne-la-Vallée

Classification

Autres références

«  WILDER BILLY (1906-2002)  » est également traité dans :

CERTAINS L'AIMENT CHAUD, film de Billy Wilder

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 051 mots
  •  • 1 média

Certains l'aiment chaud (Some Like it Hot) est un sommet de la comédie américaine parodique, construite sur le thème du travestissement. C'est la seconde collaboration entre Billy Wilder et Marilyn Monroe, devenue le sex-symbol du cinéma hollywoodien des années 1950, […] Lire la suite

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 218 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Un genre iconoclaste »  : […] La recette tend à se figer à partir de la fin des années 1930-1940, même si certains perpétuent le genre avec talent, tels Lubitsch [ Cluny Brown ( La Folle Ingénue , 1946)], Cukor [( Adam's Rib ( Madame porte la culotte , 1949)] ou Hawks [ I Was a Male War Bride ( Allez coucher ailleurs , 1948) ; Monkey Business ( Chérie, je me sens rajeunir , 1952) ou Man's Favorite Sport ? ( Le Sport favori […] Lire la suite

LEE CHRISTOPHER (1922-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 507 mots
  •  • 1 média

L’acteur britannique Christopher Lee excella à inspirer la peur par sa seule présence dans des rôles de méchant emblématique allant du vampire – comme le comte Dracula, dans Le Cauchemar de Dracula ( Horror of Dracula , 1958) et ses suites – au sorcier Saroumane dans les adaptations cinématographiques des romans de fantasy de J. R. R. Tolkien, Le Seigneur des anneaux ( The Lord of the Rings) […] Lire la suite

LEMMON JACK (1925-2001)

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 879 mots
  •  • 1 média

Né à Boston, Jack Lemmon est engagé dans la marine à la fin de la Seconde Guerre mondiale, tout en poursuivant ses études à Harvard, où il découvre l'art dramatique. Pendant une dizaine d'années, il fait son apprentissage dans les tournées théâtrales, le music-hall, puis la télévision. Dès son premier film, Une femme qui s'affiche (1954), de George Cukor, il tient la vedette face à Judy Holliday. […] Lire la suite

TRAUNER ALEXANDRE (1906-1993)

  • Écrit par 
  • Claude BEYLIE
  •  • 625 mots

Né à Budapest en 1906, dans une famille de commerçants juifs, Alexandre Trauner se destinait à la peinture et s'était déjà acquis une solide réputation dans les milieux artistiques hongrois quand il dut fuir le régime fasciste de Horthy. La rencontre, à Paris, du décorateur de cinéma Lazare Meerson, puis des frères Prévert, est alors décisive : elle l'oriente vers le monde du cinéma, qu'il ne quit […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc CERISUELO, « WILDER BILLY - (1906-2002) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/billy-wilder/