VIOLA BILL (1951- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deux visions de l’être

Bill Viola est né en 1951 à Flushing, New York. Après avoir reçu son diplôme du College of Visual and Performing Arts, en 1973, il commence à fréquenter le « studio expérimental » du département d'art. Avec des amis, il analyse les films d'artistes tels que Michael Snow, Hollis Frampton, Stan Brakhage. Ses premières tentatives se font avec une caméra Sony portable, et en voyant les travaux de Bruce Nauman et de Vito Acconci, il comprend que la vidéo n'est pas seulement une nouvelle technologie, mais peut aussi favoriser l'expression d'une expérience personnelle. À la même époque, il suit les cours de Peter Campus, qui seront déterminants pour lui.

Ses tout premiers travaux vidéo – Bill Viola en est toujours le sujet principal, comme le créateur des émotions et des idées –, qui datent de 1975, veulent faire participer le spectateur à leur déroulement pour en faire une partie de l'œuvre. À cette même date, les voyages représentent pour lui un aspect important de son travail ; il part souvent en quête de lieux pour tourner des images qu'il porte, pour ainsi dire, déjà en lui. L'espace comme matériau devient un trait essentiel de ses vidéos ; son premier travail véritablement abouti, Choot el-Djerid (A Portrait in Light and Heat) (1979, Museum of Modern Art, New York), pour seul sujet le Sahara tunisien. Pour Viola, chaque lieu – que ce soit une plage, un couloir, une usine – dégage une énergie et une puissance particulières, capables de transformer celui qui regarde. À cet égard, il joue tantôt sur la perception presque documentaire et informative des choses, comme si la caméra retransmettait au spectateur une vision « objective » du monde, tantôt sur la transformation opérée par l'intellect lorsqu'il retravaille les objets. Viola obtient ainsi les deux versants de la nature humaine, l'esprit et le corps, à travers la médiation d'une technologie qui permet de les montrer simultanément dans une géographie et dans une temporalité singulières. Mais les formes que peuvent prendre le temps et l'espace ne sont pas seulement celles qui sont visibles ou que l'on expérimente directement ; ce sont aussi les méandres de l'inconscient ou l'état de tension lors d'une quête spirituelle.

Dans l'installation The Sleep of Reason (1987), le spectateur pénètre dans une chambre éclairée seulement par une lampe posée sur une commode ; sur le mur situé en face de lui est projetée l'image d'une femme plongée dans un profond sommeil. Il ne se passe rien, on n'entend que le souffle léger de la dormeuse. Tout à coup, en quelques secondes, des images d'une personne en train de se noyer, accompagnées des bruits de l'eau, apparaissent sur les trois autres murs, qu'elles remplissent entièrement, et l'on revient soudainement à la semi-obscurité et au silence de la pièce. Puis d'autres images violentes et bruyantes – incendie d'une maison, un hibou battant des ailes, un loup poursuivant quelqu'un – apparaîtront de temps à autre. Le spectateur, ainsi immergé dans l'inconscient de la dormeuse, participe à ses fantasmes et à ses obsessions, se trouve impliqué dans l'espace et le temps intime de l'Autre.

Dans une autre installation, Il Vapore (1975), le spectateur est confronté à l'image d'une personne assise en tailleur devant une bouilloire à thé, en état de méditation ; une vitre se trouve placée devant cette image de telle sorte que le spectateur s'y voit, en même temps que sa propre image se mêle à celle du personnage immobile. La puissante concentration dans laquelle se trouve ce dernier force le spectateur à réagir par empathie et à faire lui aussi un effort physique sur soi : il a tendance à ne pas bouger, à fixer l'image, à oublier son propre corps, son propre rythme.

En traitant des mécanismes du corps et de la pensée – soit par exhibition directe quand il fait intervenir des images d'opérations chirurgicales de l'œil ou du cœur, soit par métaphorisation lorsqu'il insère des images de moteurs, de hauts-fourneaux, de puits de pétrole, de voitures, soit encore par des images de la nature telle qu'on la trouve à l'état sauvage –, Bill Viola tend à montrer que la vaste machinerie du monde peut être appréhendée en tant que telle, mais également comme un objet qui absorbe littéralement celui qui le contemple (installations présentées en 1990, à la Fondation [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art

Classification

Autres références

«  VIOLA BILL (1951- )  » est également traité dans :

CINÉMA ET OPÉRA

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe FERRARI
  •  • 3 258 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'image animée à l'opéra »  : […] Mais les allers-retours entre cinéma et opéra ne s'arrêtent pas aux mises en scène d'opéra par des cinéastes. Ils fonctionnent dans les deux sens puisque, aujourd'hui, les metteurs en scène d'opéra font appel au cinéma et à la vidéo. Krzysztof Warlikowski, par exemple, convoque, sur les scènes lyriques, une pléthore de références cinématographiques. Sa mise en scène d' Iphigénie en Tauride de Glu […] Lire la suite

INSTALLATION, art

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 3 500 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'immersion par la couleur »  : […] La seconde direction prise par l'art de l'installation est proche des théories développées dans Phénoménologie de la perception de Maurice Merleau-Ponty (1945). L'expérience plastique du sensible s'opère à travers un premier élément déclencheur : la couleur. Un des prototypes d'installation immersive est l'exposition d'Yves Klein (1928-1962), « Le vide », inaugurée le 28 avril 1958 à la galerie […] Lire la suite

VIDÉO ART

  • Écrit par 
  • Rosalind KRAUSS, 
  • Jacinto LAGEIRA, 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 5 798 mots

Dans le chapitre « L'image visuelle comme médium »  : […] On constate chez les artistes et dans le public, à partir du milieu des années 1970, un réel changement d’attitude vis-à-vis de la pratique vidéographique et cela à l’échelle internationale : d’une part, les références à l’idéologie télévisuelle – si importantes lors de la précédente décennie – perdent de leur pertinence et, pour certains artistes, deviennent même obsolètes ; d’autre part, la fasc […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacinto LAGEIRA, « VIOLA BILL (1951- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bill-viola/