BILHARZIOSES ou SCHISTOSOMIASES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Thérapeutique et prophylaxie

En face de troubles aussi divers, la mise en évidence des œufs dans les urines ou les selles, voire dans le foie, par ponction-biopsie, donnera au diagnostic sa certitude. Des réactions sérologiques de plus en plus complexes sont aussi utilisées.

La thérapeutique a fait longtemps appel aux dérivés de l'antimoine et du thioxanthone, mais un nouveau dérivé nitrothiazolé a fait naître de grands espoirs. La thérapeutique de la bilharziose urinaire demeure actuellement le nitrothiazole. On dispose de trois médicaments efficaces et sûrs pouvant être administrés par voie orale. Le praziquantel, mis au point grâce à une collaboration entre l'O.M.S. et le fabricant, dont les tests d'innocuité sont satisfaisants. L'oxamniquine est utilisée pour le traitement de la bilharziose intestinale en Afrique et en Amérique du Sud. Le métrifonate, conçu d'abord comme un insecticide, s'est révélé efficace pour le traitement de la bilharziose urinaire.

La prophylaxie est très difficile. Éviter la pollution hydrique, et aussi tout contact avec une eau infestée, suppose une longue éducation et des mesures d'hygiène qui se heurtent aux habitudes ancestrales comme aux impératifs de la vie quotidienne. Traiter des millions et des millions de sujets, sans cesse réinfestés, représente une immense entreprise. Les médicaments qui viennent d'être évoqués bloquent la ponte des vers, au moins pendant quelques mois. Pendant ce laps de temps, ils rendent les porteurs traités non contaminants pour le milieu naturel et aident ainsi beaucoup à l'assainissement du réseau hydrographique.

À cette chimioprophylaxie s'ajoute la destruction des mollusques vecteurs par le désherbage des gîtes, la suppression des collections d'eau inutiles et l'aménagement de celles qui sont indispensables. Des poisons de synthèse à action molluscocide sont également utilisés, mais il faut savoir qu'ils sont aussi souvent toxiques pour les autres animaux aquatiques qui partagent le même gîte que les mollusques vecteurs [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur à la faculté de médecine de Paris-Saint-Antoine, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie
  • : professeur agrégé du Val-de-Grâce, médecin général inspecteur, directeur général du service de santé de la première région militaire

Classification


Autres références

«  BILHARZIOSES ou SCHISTOSOMIASES  » est également traité dans :

PARASITISME

  • Écrit par 
  • Claude COMBES, 
  • Louis EUZET, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 6 247 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La découverte des hôtes »  : […] L'existence d'une spécificité étroite, et par conséquent le peu de choix laissé aux parasites, rend problématique la découverte des hôtes, du moins en apparence. La solution la plus communément invoquée est la très grande fécondité des parasites : la découvertes des hôtes est facilitée par la simple augmentation des probabilités de rencontre, elle-même liée au grand nombre. Cependant, les organism […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitisme/#i_9416

PARASITOLOGIE ET MALADIES PARASITAIRES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  • , Universalis
  •  • 8 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Helminthiases dues à des Trématodes »  : […] Les schistosomiases (ou bilharzioses), maladies des régions chaudes, transmises par contact avec l'eau, et donc liées au comportement de l'homme (enfants au cours des baignades, cultures irriguées, etc.), représentent, avec le paludisme, le grand problème médical de la mise en valeur des régions intertropicales (près de 600 millions de sujets atteints). Leur évolution est souvent très grave (cirr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitologie-et-maladies-parasitaires/#i_9416

TRÉMATODES

  • Écrit par 
  • Jean Georges BAER
  •  • 2 471 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le cycle évolutif »  : […] Le cycle évolutif des Trématodes se déroule principalement en milieu aquatique. Le miracidium pénètre activement (ou passivement s'il est mangé avec l'œuf) dans les tissus d'un Mollusque, en particulier dans la glande hépato-pancréatique riche en réserves nutritives. Ayant perdu son revêtement cilié, le miracidium s'allonge et se transforme en un stade larvaire appelé sporocyste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trematodes/#i_9416

UROLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre ABOULKER
  •  • 3 119 mots

Dans le chapitre « Progrès de la thérapeutique »  : […] Les infections non spécifiques de l'appareil génito-urinaire, si fréquentes, méritent la plus grande attention, car elles peuvent à la longue retentir sur la fonction rénale. Les progrès de l'antibiothérapie fongique et de la chimiothérapie ont permis de combattre et de guérir souvent les infections urinaires. Mais un progrès décisif dans le traitement des infections rénale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/urologie/#i_9416

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves GOLVAN, Robert DURIEZ, « BILHARZIOSES ou SCHISTOSOMIASES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bilharzioses-schistosomiases/