BILHARZIOSES ou SCHISTOSOMIASES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Clinique

Les manifestations pathologiques sont engendrées essentiellement par les œufs dont la présence déclenche une irritation locale. Chacun d'eux constitue un foyer inflammatoire. S'ensuivent ulcération, destruction tissulaire, fibrose ou rétraction cicatricielle source de complications. Ces œufs sont innombrables.

Le pouvoir pathogène des Schistosoma demande cependant à être interprété. Dans bien des cas, on assiste à une sorte de tolérance ou de compromis entre le parasite et son hôte, sans qu'on puisse parler d'immunité véritable. Le diagnostic et le traitement de ces troubles doivent tenir compte de la malnutrition ainsi que des diverses parasitoses fréquentes sous les tropiques.

Le passage transcutané des cercaires n'est souvent pas perçu ou se signale par quelques démangeaisons locales. Lors du développement des parasites, on peut s'attendre à des poussées fébriles, accompagnées de douleurs et de troubles divers, qui finissent par s'apaiser. Enfin des mois ou des années après infection apparaîtront les formes viscérales de la maladie :

– La bilharziose urinaire se traduit par l'émission répétée d'urines sanglantes, les hématuries. Dans certaines régions, ces hématuries sont si fréquentes que leur absence est considérée comme une disgrâce : chez le jeune garçon, elles sont tenues pour un signe de virilité, chez la fillette pour une assurance de fécondité. L'hématurie sera longtemps la seule traduction clinique de la maladie et celle-ci peut ne plus évoluer. Le danger viendra d'une infection urinaire chronique ou de rétrécissements de l'arbre urinaire, qui retentiront sur les reins, provoquant insuffisance rénale et urémie.

– Dans la bilharziose intestinale, les désordres pathologiques sont souvent plus complexes. Des troubles digestifs, variés, des débâcles diarrhéiques s'associent très souvent à une augmentation de volume du foie et de la rate, qui peuvent devenir très gros, accompagnée d'une sclérose de la paroi intestinale dite en « tuyau de pipe » et d'une évolution vers la cirrhose. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur à la faculté de médecine de Paris-Saint-Antoine, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie
  • : professeur agrégé du Val-de-Grâce, médecin général inspecteur, directeur général du service de santé de la première région militaire

Classification


Autres références

«  BILHARZIOSES ou SCHISTOSOMIASES  » est également traité dans :

PARASITISME

  • Écrit par 
  • Claude COMBES, 
  • Louis EUZET, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 6 247 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La découverte des hôtes »  : […] L'existence d'une spécificité étroite, et par conséquent le peu de choix laissé aux parasites, rend problématique la découverte des hôtes, du moins en apparence. La solution la plus communément invoquée est la très grande fécondité des parasites : la découvertes des hôtes est facilitée par la simple augmentation des probabilités de rencontre, elle-même liée au grand nombre. Cependant, les organism […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitisme/#i_9416

PARASITOLOGIE ET MALADIES PARASITAIRES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  • , Universalis
  •  • 8 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Helminthiases dues à des Trématodes »  : […] Les schistosomiases (ou bilharzioses), maladies des régions chaudes, transmises par contact avec l'eau, et donc liées au comportement de l'homme (enfants au cours des baignades, cultures irriguées, etc.), représentent, avec le paludisme, le grand problème médical de la mise en valeur des régions intertropicales (près de 600 millions de sujets atteints). Leur évolution est souvent très grave (cirr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitologie-et-maladies-parasitaires/#i_9416

TRÉMATODES

  • Écrit par 
  • Jean Georges BAER
  •  • 2 471 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le cycle évolutif »  : […] Le cycle évolutif des Trématodes se déroule principalement en milieu aquatique. Le miracidium pénètre activement (ou passivement s'il est mangé avec l'œuf) dans les tissus d'un Mollusque, en particulier dans la glande hépato-pancréatique riche en réserves nutritives. Ayant perdu son revêtement cilié, le miracidium s'allonge et se transforme en un stade larvaire appelé sporocyste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trematodes/#i_9416

UROLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre ABOULKER
  •  • 3 119 mots

Dans le chapitre « Progrès de la thérapeutique »  : […] Les infections non spécifiques de l'appareil génito-urinaire, si fréquentes, méritent la plus grande attention, car elles peuvent à la longue retentir sur la fonction rénale. Les progrès de l'antibiothérapie fongique et de la chimiothérapie ont permis de combattre et de guérir souvent les infections urinaires. Mais un progrès décisif dans le traitement des infections rénale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/urologie/#i_9416

Voir aussi

CIRRHOSE    HÉMATURIE    RECTUM

Pour citer l’article

Yves GOLVAN, Robert DURIEZ, « BILHARZIOSES ou SCHISTOSOMIASES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bilharzioses-schistosomiases/