BILHARZIOSES ou SCHISTOSOMIASES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Contamination

Le mode de contamination par ces parasites est très original. Les femelles adultes, tapies dans les fines veinules de la vessie ou de l'intesœtin de l'homme, pondent des œufs qui s'éliminent avec les urines et les matières fécales. Mais ces ufs ne donneront naissance à une larve, appelée miracidium, que dans une eau douce et de 20 à 25 0C de température : marigots, rizières, ruisseaux, rivières (une hygiène rigoureuse préserverait donc de la contamination).

Encore le miracidium ne vivra-t-il pas s'il ne rencontre rapidement un tout petit mollusque d'eau douce, nécessaire à son développement et spécifique pour chaque espèce : il s'agit d'un bullin pour S. haematobium, d'un planorbe pour S. Mansoni, d'un Oncomelania pour S. japonicum, et enfin d'une Physopsis pour S. intercalatum.

Pendant un mois, cette minuscule larve va évoluer chez le mollusque, puis va s'en échapper sous l'aspect d'un microscopique « têtard » à queue fourchue, la cercaire, forme ultime de l'évolution larvaire, long d'un demi-millimètre.

L'homme se contamine, non par l'absorption de l'eau polluée, mais par immersion, même très partielle, dans l'eau infestée de cercaires : au cours d'une baignade, d'une marche, les pieds nus, en terrain inondé. Les parasites traversent la peau, cheminent dans les lymphatiques et les veines jusqu'au cœur, atteignent les poumons puis la glande hépatique et deviennent adultes en deux mois environ.

Après accouplement, les femelles fécondées se séparent du mâle et vont s'établir pour des années dans leurs réseaux veineux de prédilection, vésical pour S. haematobium, intestinal et hépato-splénique pour les trois autres (mais cette localisation n'est pas toujours identique). Les femelles pondent d'innombrables œufs, qui finiront par tomber dans la vessie ou l'intestin de l'hôte, prêts à contaminer à nouveau les eaux douces.

Ce cycle évolutif du parasite, identique pour les quatre espèces, permet de comprendre que les enfants soient particulièrement vulnérables, lors des jeux et baignades dans les ruisseaux ou rivières, ainsi que les personnes qui doivent travaill [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : professeur agrégé du Val-de-Grâce, médecin général inspecteur, directeur général du service de santé de la première région militaire
  • : professeur à la faculté de médecine de Paris-Saint-Antoine, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  BILHARZIOSES ou SCHISTOSOMIASES  » est également traité dans :

PARASITISME

  • Écrit par 
  • Claude COMBES, 
  • Louis EUZET, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 6 247 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La découverte des hôtes »  : […] L'existence d'une spécificité étroite, et par conséquent le peu de choix laissé aux parasites, rend problématique la découverte des hôtes, du moins en apparence. La solution la plus communément invoquée est la très grande fécondité des parasites : la découvertes des hôtes est facilitée par la simple augmentation des probabilités de rencontre, elle-même liée au grand nombre. Cependant, les organism […] Lire la suite

PARASITOLOGIE ET MALADIES PARASITAIRES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  • , Universalis
  •  • 8 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Helminthiases dues à des Trématodes »  : […] Les schistosomiases (ou bilharzioses), maladies des régions chaudes, transmises par contact avec l'eau, et donc liées au comportement de l'homme (enfants au cours des baignades, cultures irriguées, etc.), représentent, avec le paludisme, le grand problème médical de la mise en valeur des régions intertropicales (près de 600 millions de sujets atteints). Leur évolution est souvent très grave (cirr […] Lire la suite

TRÉMATODES

  • Écrit par 
  • Jean Georges BAER
  •  • 2 471 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le cycle évolutif »  : […] Le cycle évolutif des Trématodes se déroule principalement en milieu aquatique. Le miracidium pénètre activement (ou passivement s'il est mangé avec l'œuf) dans les tissus d'un Mollusque, en particulier dans la glande hépato-pancréatique riche en réserves nutritives. Ayant perdu son revêtement cilié, le miracidium s'allonge et se transforme en un stade larvaire appelé sporocyste , sorte de sac à […] Lire la suite

UROLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre ABOULKER
  •  • 3 119 mots

Dans le chapitre « Progrès de la thérapeutique »  : […] Les infections non spécifiques de l'appareil génito-urinaire, si fréquentes, méritent la plus grande attention, car elles peuvent à la longue retentir sur la fonction rénale. Les progrès de l'antibiothérapie fongique et de la chimiothérapie ont permis de combattre et de guérir souvent les infections urinaires. Mais un progrès décisif dans le traitement des infections rénales, surtout chez l'enfa […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert DURIEZ, Yves GOLVAN, « BILHARZIOSES ou SCHISTOSOMIASES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bilharzioses-schistosomiases/