BILHARZIOSES ou SCHISTOSOMIASES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les parasites

Quatre espèces de schistosomes, ou bilharzies, provoquent chez l'homme quatre maladies : Schistosoma haematobium est l'agent de la bilharziose vésicale ou urinaire, Schistosoma Mansoni, celui de la bilharziose intestinale, Schistosoma japonicum, celui de la bilharziose hépato-splénique et Schistosoma intercalatum qui provoque une bilharziose rectale.

Cette relation entre l'espèce parasitaire et la maladie n'est pas constante, car la localisation des vers adultes chez l'homme provoque les troubles pathologiques.

Les vers, des trématodes longs de 1 à 2 centimètres, gîtent en effet dans les petites veines abdominales, au niveau de différents tissus.

Les deux premières espèces paraissent s'attaquer aux seuls humains, alors que S. japonicum se rencontre aussi dans l'appareil circulatoire de nombreux mammifères. On connaît encore de très nombreuses espèces parasites d'animaux (S. bovis, etc.) qui peuvent exceptionnellement vivre chez l'homme.

Ces quatre variétés sont fort répandues dans les régions chaudes du globe, mais chacune a en quelque sorte ses zones :

– La bilharziose à S. haematobium se situe surtout sur le continent africain, où elle se rencontre partout ; ailleurs, on ne lui connaît que quelques foyers dans la péninsule Ibérique et au Proche-Orient.

– La bilharziose à S. Mansoni, la plus répandue, sévit en Afrique comme la précédente mais elle s'observe aussi dans le Nouveau Monde, aux Antilles, en Amérique centrale et du Sud. C'est la seule bilharziose américaine.

– La bilharziose à S. japonicum est strictement limitée à l'Extrême-Orient.

– La bilharziose à S. intercalatum ne se rencontre, pour l'instant, qu'en Afrique intertropicale de l'Ouest.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : professeur agrégé du Val-de-Grâce, médecin général inspecteur, directeur général du service de santé de la première région militaire
  • : professeur à la faculté de médecine de Paris-Saint-Antoine, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  BILHARZIOSES ou SCHISTOSOMIASES  » est également traité dans :

PARASITISME

  • Écrit par 
  • Claude COMBES, 
  • Louis EUZET, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 6 247 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La découverte des hôtes »  : […] L'existence d'une spécificité étroite, et par conséquent le peu de choix laissé aux parasites, rend problématique la découverte des hôtes, du moins en apparence. La solution la plus communément invoquée est la très grande fécondité des parasites : la découvertes des hôtes est facilitée par la simple augmentation des probabilités de rencontre, elle-même liée au grand nombre. Cependant, les organism […] Lire la suite

PARASITOLOGIE ET MALADIES PARASITAIRES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  • , Universalis
  •  • 8 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Helminthiases dues à des Trématodes »  : […] Les schistosomiases (ou bilharzioses), maladies des régions chaudes, transmises par contact avec l'eau, et donc liées au comportement de l'homme (enfants au cours des baignades, cultures irriguées, etc.), représentent, avec le paludisme, le grand problème médical de la mise en valeur des régions intertropicales (près de 600 millions de sujets atteints). Leur évolution est souvent très grave (cirr […] Lire la suite

TRÉMATODES

  • Écrit par 
  • Jean Georges BAER
  •  • 2 471 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le cycle évolutif »  : […] Le cycle évolutif des Trématodes se déroule principalement en milieu aquatique. Le miracidium pénètre activement (ou passivement s'il est mangé avec l'œuf) dans les tissus d'un Mollusque, en particulier dans la glande hépato-pancréatique riche en réserves nutritives. Ayant perdu son revêtement cilié, le miracidium s'allonge et se transforme en un stade larvaire appelé sporocyste , sorte de sac à […] Lire la suite

UROLOGIE

  • Écrit par 
  • Pierre ABOULKER
  •  • 3 119 mots

Dans le chapitre « Progrès de la thérapeutique »  : […] Les infections non spécifiques de l'appareil génito-urinaire, si fréquentes, méritent la plus grande attention, car elles peuvent à la longue retentir sur la fonction rénale. Les progrès de l'antibiothérapie fongique et de la chimiothérapie ont permis de combattre et de guérir souvent les infections urinaires. Mais un progrès décisif dans le traitement des infections rénales, surtout chez l'enfa […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert DURIEZ, Yves GOLVAN, « BILHARZIOSES ou SCHISTOSOMIASES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bilharzioses-schistosomiases/