BIÉLINSKI ou BELINSKI VISSARION GRIGORIEVITCH (1811-1848)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biélinski le prophète

Par là même, Biélinski est bien plus qu'un critique : un prophète, un de ceux qui voient dans le présent le sens de l'avenir, qui comprennent et qui crient. Schelling ne le satisfait pas longtemps. Hegel, pour lequel il s'enthousiasme en 1838-1840, le ramène à la réalité. Identifiant, avec son nouveau maître, le réel et le rationnel, enivré d'avoir compris le sens de l'histoire, Biélinski commence par chanter les louanges de l'autocratie russe, étape « rationnelle » de l'histoire russe, prône l'art non engagé, professe le caractère inconscient de la création artistique. Mais, dès 1841, il a trouvé sa voie. Champion des occidentalistes les plus radicaux, il sera jusqu'à la fin leur porte-parole, tout en admettant que l'existence des slavophiles répond à un besoin. Violent en parole et dans ses lettres (socialisme, amour « à la Marat » de l'humanité, vertu de la guillotine), Biélinski se fait à la fois âpre et prudent dans ses écrits pour défendre les grandes idées qui lui sont devenues chères : dignité de la personne humaine (c'est le thème essentiel), foi dans le progrès, subordination de l'art, rôle éminent de l'écrivain dans l'éveil et la prise de conscience de la société. Ce sont ces convictions qui donnent tout son sens à la fameuse lettre de Biélinski à Gogol du 15 juillet 1847, grand moment dans l'histoire de la pensée russe, où s'affrontent deux conceptions opposées du progrès social. Gogol avait prêché publiquement l'acceptation de l'ordre établi et son amélioration par le perfectionnement intérieur et individuel de l'homme ; Biélinski, sans chercher à le comprendre, sans même, probablement, être capable de le comprendre, l'accuse d'avoir trahi la mission de l'écrivain russe et lui oppose son programme de réformes, antitsariste et anticlérical : aucun perfectionnement individuel n'est possible dans une société dont les institutions sont mauvaises. Circulant en nombreuses copies clandestines, la lettre de Biélinski (dont la lecture publique, deux ans plus tard, causera la perte de Dostoïevski) est le premier manifeste du mouvement révol [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  BIÉLINSKI ou BELINSKI VISSARION GRIGORIEVITCH (1811-1848)  » est également traité dans :

CERCLES LITTÉRAIRES RUSSES

  • Écrit par 
  • Alexandre BOURMEYSTER
  •  • 1 021 mots

Durant le xix e siècle, en Russie, les cercles littéraires et philosophiques jouent un rôle intellectuel et social considérable, surtout dans les premières décennies, quand l'activité littéraire est pratiquement la seule forme d'expression possible : rôle formateur pour des adolescents insatisfaits de l'enseignement prodigué ; rôle contestataire, même s'il prend l'aspect innocent d'une retraite s […] Lire la suite

OCCIDENTALISTES RUSSES

  • Écrit par 
  • Alexandre BOURMEYSTER
  •  • 480 mots

Né avec les réformes de Pierre le Grand, l'occidentalisme ne peut être exclusivement défini comme un courant progressiste opposé à un chauvinisme passéiste et rétrograde ; la bureaucratie pétersbourgeoise, après tout, était « occidentaliste » à sa manière. Le grand débat des années 1840 entre slavophiles et occidentalistes prend à témoin l'opinion publique russe, mais il se déroule entre représent […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature de l'intelligentsia (1825-1890) »  : […] Soumise jusque-là à des canons littéraires étrangers, la littérature russe doit son émancipation à trois écrivains qui ont subi et dépassé, chacun à sa manière, l'influence du romantisme et dont l'œuvre constituera, pour les auteurs du xix e  siècle, un système de normes et de références nationales. Alexandre Pouchkine (Puškin, 1799-1837) crée, avec Evgenij Onegin (1823-1830), le prototype du hér […] Lire la suite

Pour citer l’article

José JOHANNET, « BIÉLINSKI ou BELINSKI VISSARION GRIGORIEVITCH - (1811-1848) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bielinski-belinski/