BHUBANEÇWAR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Données historiques

Le Kaliṅga ne fut pas épargné par les entreprises guerrières de ses voisins. Dès 250 avant. J.-C., l'empereur du Magadha, Açoka, s'en empara à la suite d'une guerre si meurtrière qu'il fit vœu d'abandonner les armes et se convertit au bouddhisme. Ces événements, relatés dans les édits qu'il fit graver en plusieurs points de son empire, ne figurent pas, cependant, dans son inscription de Dhauli (l'ancienne Tosali), située à huit kilomètres seulement au sud-est de Bhubaneçwar.

Rien de cette antique cité de Tosali n'a été exhumé, malgré les fouilles entreprises alentour, qui cependant révélèrent la présence, à quelques kilomètres au nord-ouest, d'une ville fortifiée : Çiçupālgarh. Il semble que celle-ci doive être identifiée avec Kaliṅganagara, la capitale des Chedi, mentionnée dans l'inscription trouvée dans une des cavernes d'Udayagiri, où sont consignés les hauts faits d'un de leurs rois, Khāravala. Cette dynastie vouée au jaïnisme régna environ du iie siècle avant J.-C. jusqu'au ier siècle après J.-C.

Après un silence de plus de quatre siècles, la dynastie méridionale des Çailodbhava occupa, du viie au viiie siècle environ, la cité sainte où certains des plus anciens temples lui sont attribués (Paraçurāmeçvara). Presque dans le même temps, venant du nord, la famille des Bhaumakaras s'installa à son tour dans cette région, apportant avec elle une esthétique un peu différente qui se manifeste dans le groupe des temples dont le Vaitāl Deul est le plus significatif.

Vers la fin du ixe siècle, ces familles sont supplantées par les princes Somavamçī ou Kesari, chassés de leur royaume du Dakshina Koçala. Ceux-ci, grands bâtisseurs à qui l'on doit entre autres le temple Liṅgarāja, régnèrent jusqu'à la fin du xie siècle, époque vers laquelle une nouvelle dynastie, celle des Gaṅga, originaire du Karṅāṭā, qui déjà occupait le sud du Kaliṅga, étendit sa suprématie sur la totalité de l'État. Elle parvint à se maintenir au pouvoir en préservant le royaume de l'invasion musulmane j [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : chargée de mission au musée Guimet, ingénieur de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  BHUBANEÇWAR  » est également traité dans :

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Les temples du Centre et du Nord »  : […] L'Inde médiévale se divisait en une mosaïque d'États aux frontières mouvantes. Les monarques y rivalisaient de zèle bâtisseur, avec de nouvelles fondations, laïques et religieuses, consacrant l'accroissement de leur puissance – ou de leurs ambitions. Cruellement mutilés au cours de guerres intestines puis de luttes contre l'envahisseur islamique, les temples, les palais et les forteresses d'alors […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_8069

Voir aussi

Pour citer l’article

Odette VIENNOT, « BHUBANEÇWAR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bhubanecwar/