BOLZANO BERNARD (1781-1848)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théorie de la science

Le but de la théorie de la science est de décrire la constitution et la structure des systèmes scientifiques. Pour Bolzano, une science est un certain ensemble de vérités en soi, découpé dans la totalité des vérités selon des critères qui doivent répondre à la fois à une interrogation théorique, propre à cette science, et aux exigences de la pratique à laquelle elle se destine. L'ensemble des vérités d'une science est organisé de manière architectonique selon la relation de raison à conséquence (Abfolge) qui se superpose aux relations déductives et détermine de manière unique la « connexion objective des vérités ».

La théorie de la science doit d'abord définir le statut ontologique des vérités scientifiques. Selon Bolzano, les relations logiques qui composent la structure formelle d'une théorie scientifique ont lieu non pas entre les pensées, qui sont des actes subjectifs, ni entre les énoncés, qui sont des configurations de signes d'une langue donnée, mais entre les entités intentionnelles « idéales » qui constituent le sens (Sinn) des jugements et des énoncés et que Bolzano appelle propositions en soi. La science a une objectivité propre, qui est celle des propositions en soi, et elle doit être distinguée de ses diverses réalisations dans des traités scientifiques qui sont tous relatifs à un certain état des connaissances à une époque donnée. Ces deux éléments extrêmes, la science et le traité, délimitent le champ de la théorie de la science, qui englobe la doctrine logique des représentations et des propositions en soi, la théorie de la connaissance, l'heuristique, la théorie de la division des sciences et une sorte de stylistique des textes scientifiques qui donne des règles de l'exposition des sciences dans des manuels et traités. C'est la partie consacrée à l'édification du système logique, et tout particulièrement à la construction du système des relations entre les propositi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  BOLZANO BERNARD (1781-1848)  » est également traité dans :

ANALYSE MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 8 744 mots

Dans le chapitre « L'avènement de la théorie des ensembles et de la topologie »  : […] La notion de limite est la base même du calcul infinitésimal ; mais, bien que certains d'entre eux, dont d'Alembert, aient approché d'une définition pour nous correcte, les mathématiciens du xviii e  siècle étaient hors d'état de développer une théorie mathématique rigoureuse du « calcul », sur le modèle de la géométrie grecque, et devaient se contenter de justifications heuristiques de leurs déco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/analyse-mathematique/#i_30250

INFINI, mathématiques

  • Écrit par 
  • Jean Toussaint DESANTI
  •  • 10 364 mots

Dans le chapitre « Les ensembles infinis de Dedekind »  : […] En 1870, Georg Cantor commence sa carrière mathématique en s'attaquant, après B. Riemann et H. Hankel, à l'étude des critères de convergence des séries de Fourier. Depuis longtemps déjà, l'infini mathématique avait cessé d'être une source d'inquiétudes métaphysiques : A. Cauchy, B.  Bolzano et K.  Weierstrass l'avaient pour ainsi dire réduit à l'état domestique. Le pas décisif avait été accompli i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/infini-mathematiques/#i_30250

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 995 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Bernard Bolzano »  : […] La logique de Bolzano, comme celle de ses prédécesseurs, est englobée dans une théorie de la science dont le but est d'explorer toutes les activités mises en œuvre dans la construction d'une science. Sa théorie de la science part donc de la logique formelle, exposée dans les deux premiers volumes de la Wissenschaftslehre (1837), suivie d'une théorie de la connaissance et aboutissant à une heurist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique/#i_30250

MATHÉMATIQUES FONDEMENTS DES

  • Écrit par 
  • Jean Toussaint DESANTI
  •  • 10 438 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La rénovation de l'analyse »  : […] La rupture de « style » date, on le sait, de la première moitié du xix e  siècle. Elle est due pour l'essentiel à Carl Friedrich Gauss, à Augustin-Louis Cauchy, à Niels Henrik Abel et à Bernhard Bolzano. Elle affecte principalement l'analyse mathématique et consiste à dégager le domaine (le système des nombres réels) dans lequel les opérations qu'on y effectue sont bien définies. Elle conduit à é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fondements-des-mathematiques/#i_30250

NUMÉRIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 5 702 mots

Dans le chapitre « Méthode de dichotomie »  : […] Soit g une fonction numérique continue et strictement monotone sur un intervalle [ a ,  b ], telle que g  ( a ) g  ( b )  <  0. Il existe alors un élément α de [ a ,  b ] et un seul tel que g  (α) = 0. On peut trouver des valeurs approchées de α par l'algorithme suivant : supposons par exemple g  ( a )  >  0 et g  ( b )  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-numerique/#i_30250

OBJET

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 8 222 mots

Dans le chapitre « Les objets, le langage et la pensée »  : […] Sans aborder ici les très intéressants problèmes posés au psychologue, il suffira de noter que ce que l'on nomme objet, à quelque niveau que ce soit – immédiat ou élaboré – de l'exercice de la pensée, ne peut être confondu sans plus avec des données, considérées indépendamment de leur assemblage et organisées en unités distinctes, que l'on nommera phénomènes : « ce qui apparaît ». La philosophie c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/objet/#i_30250

RÉALISME, mathématique

  • Écrit par 
  • Hourya BENIS-SINACEUR
  •  • 2 164 mots

Dans le chapitre « Le réalisme et l'infini »  : […] Historiquement, les interrogations sur la réalité des entités mathématiques sont principalement liées à la mathématisation de l'infini. Mais d'un côté, l'infiniment petit renvoie au formalisme. Il fut introduit par Leibniz (1646-1716) non comme entité réelle mais comme « fiction bien fondée » et auxiliaire éliminable de calculs dans lesquels il n'importe aucune contradiction. Les techniques algébr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-mathematique/#i_30250

RÉELS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DHOMBRES
  •  • 15 297 mots

Dans le chapitre « Retour aux raisons »  : […] Vers la fin du xviii e  siècle, sous l'influence dominante de Lagrange, s'instaure une tentative de justification de ces méthodes fonctionnelles par une approche algébrique des développements infinis. C'est un échec, mais la recherche d'un fondement rigoureux est lancée qui, à travers Bolzano, Gauss et Cauchy donne un statut aux nombres réels (cf. bolzano , cauchy , gauss , fondements des mathéma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-reels/#i_30250

VÉRITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Antonia SOULEZ
  •  • 10 663 mots

Dans le chapitre « De la distinction entre le vrai dans l'être et le vrai dans la pensée à la critique de la vérité comme adéquation »  : […] Du Cratyle au Sophiste , Platon procède en quelque sorte à la mise en place du concept de vérité dans son rapport au discours. Il ne suffit pas en effet de débattre, comme dans le Cratyle , de la « justesse des noms » pour répondre à la question de la vérité. Une fois libérée d'une illusoire confiance dans les mots, reste encore à s'assurer de la façon dont il faut « partir de la vérité » des «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite/#i_30250

Voir aussi

Pour citer l’article

Jan SEBESTIK, « BOLZANO BERNARD - (1781-1848) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-bolzano/