BENELUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Formation du Benelux

Divers facteurs ont incité les nations du Benelux à créer entre elles une union douanière puis économique. Le plus décisif a sans doute été la volonté de bénéficier des avantages résultant de la liberté des échanges et de la division internationale du travail. Depuis longtemps, en effet, ces pays affirment une vocation commerciale à l'échelle internationale, qui s'explique aussi bien par leur dimension que par leur histoire et leur génie national : les trois États du Benelux constituent une forte puissance exportatrice et deux d'entre eux, la Belgique et le Luxembourg, avaient constitué dès 1921 une Union économique. Cette volonté politique, au niveau des populations et au niveau des gouvernements, a été une incitation majeure à la formation du Benelux, bien plus que des affinités culturelles, linguistiques ou religieuses qui aujourd'hui encore ne sont pas particulièrement développées.

Voulant mettre en œuvre cette Union économique, les responsables ont dû tenir compte des différences entre les entités nationales et de l'indépendance de chacune des parties ; et il n'y eut aucun pas prématuré dans la voie d'une supranationalité de caractère coercitif. C'est pourquoi jusqu'ici les décisions n'ont jamais pu être prises que par accord des trois pays, quitte à retarder un certain nombre de solutions aussi longtemps que le consensus n'était pas réalisé. L'accent a été mis sur l'union douanière – avec sans doute les conséquences qu'elle impliquait quant à l'harmonisation des politiques économiques – plus que sur l'intégration économique proprement dite. Le but poursuivi fut donc d'abord celui d'un seul marché, au sein duquel coexistent trois États différents maîtres de leur souveraineté. Dans quelle mesure ces deux exigences divergentes ont-elles pu être conciliées ?

Le cadre institutionnel du Benelux traduit ce double souci ; ainsi les traités et conventions doivent-ils être approuvés par les Parlements respectifs et leur sont-ils soumis par un Comité des ministres où les décisions se prennent à l'unanim [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : docteur en sciences économiques, professeur à l'université libre de Bruxelles, directeur du département d'économie appliquée à l'université libre de Bruxelles (D.U.L.B.E.A.).

Classification

Autres références

«  BENELUX  » est également traité dans :

PAYS-BAS

  • Écrit par 
  • Christophe DE VOOGD, 
  • Frédéric MAURO, 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN
  • , Universalis
  •  • 35 592 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « La politique étrangère »  : […] Après la Seconde Guerre mondiale, les Pays-Bas avaient abandonné leur statut d'État neutre, étaient devenus membre des Nations unies et d'organisations apparentées ainsi que, plus tard, des diverses institutions européennes. À Londres, durant les années sombres de la guerre, ils avaient déjà établi des contacts durables avec leur voisin belge, qui aboutirent après la guerre à une collaboration éco […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 octobre 2008 Crise économique mondiale. Réponses à la crise financière

Benelux, de la Banque centrale européenne (B.C.E.) et du secteur bancaire allemand. Par la voix de son ministre des Finances, Berlin rejette immédiatement une telle idée. Le 3, aux États-Unis, la Chambre des représentants adopte, deux jours après le Sénat, le plan Paulson de sauvetage du secteur bancaire dont elle avait rejeté la première version  […] Lire la suite

7-30 septembre 2008 États-Unis. Plan de sauvetage du secteur bancaire et internationalisation de la crise financière

Benelux annoncent l'injection de 11,2 milliards d'euros dans la banque belgo-néerlandaise Fortis en échange d'une prise de participation de 49 p. 100 dans le capital des filiales de cette banque dans les trois pays concernés. Le 29, à Washington, la Chambre des représentants rejette le plan Paulson par 228 voix contre 205, sur 433 votants. Le 29 également […] Lire la suite

26 mars 1996 France. Levée partielle de la clause de sauvegarde relative à l'application des accords de Schengen

Benelux. La France s'oppose en effet toujours aux Pays-Bas au sujet de leur politique de lutte contre la drogue, qu'elle juge laxiste. Elle reproche à la Belgique et au Luxembourg de ne pas suffisamment prendre en compte cette situation.  […] Lire la suite

26 mars 1995 Europe. Entrée en vigueur de la convention de Schengen

Benelux avaient signé l'accord de principe sur la libre circulation en Europe en juin 1985, à Schengen. En juin 1990, ces cinq États signaient la convention, rejoints par l'Italie en novembre, par l'Espagne et le Portugal en 1991 et par la Grèce en 1992. La convention prévoit notamment des mesures de coopération policière, de sécurité et de surveillance […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul KESTENS, « BENELUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/benelux/