BECCARIA CESARE BONESANA DE (1738-1794)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un précurseur

Beccaria a été l'un des premiers à attirer l'attention sur les causes économiques et sociales de la criminalité, à proposer des remèdes, à esquisser ce que doit être une politique criminelle éclairée, cohérente et efficace des pouvoirs publics. « On ne peut appeler précisément juste ou nécessaire (ce qui est la même chose) la punition d'un délit tant que les lois n'auront pas adopté les moyens les plus efficaces possibles de le prévenir, eu égard aux circonstances particulières dans lesquelles se trouve une nation. »

Les idées de Beccaria ont amené, en l'espace de quelques lustres, plus de changements dans le droit pénal mondial que celui-ci n'en avait connu depuis plusieurs siècles. Avant même la Révolution française, le despotisme éclairé réalisa de profondes réformes ; en France, les édits de Louis XVI de 1780 et 1788 (comportant notamment l'abolition de la torture) s'en inspirèrent, et le droit intermédiaire consacra la plupart des idées de Beccaria (les codes napoléoniens revinrent quelque peu en arrière). La légalité de la répression, l'abolition des supplices, la modération des peines, l'organisation des droits de la défense sont des conquêtes dues à Beccaria.

Le droit pénal moderne s'écarte des conceptions de ce précurseur dans les domaines où les progrès de la science ont apporté des données nouvelles. Beccaria faisait peu de place à la psychologie normale ou pathologique des délinquants ; il n'a pu mesurer l'importance et les causes de la délinquance juvénile ; il a surestimé les possibilités de prévision et d'action pratique du législateur ; il a exagéré la rigidité du châtiment légal et la défiance à l'égard du pouvoir judiciaire ; il s'est sans doute leurré sur les vertus de l'intimidation.

Mais l'hommage qui lui a été rendu en 1964, comme à un des bienfaiteurs de l'humanité, montre le crédit que ses idées fondamentales ont conservé.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris

Classification


Autres références

«  BECCARIA CESARE BONESANA DE (1738-1794)  » est également traité dans :

DES DÉLITS ET DES PEINES (DEI DELITTI E DELLE PENE), Cesare Bonesana de Beccaria - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 018 mots

D'abord publié anonymement en l'été 1764 à Livourne, Des délits et des peines (Dei delitti e delle pene) est le fait du jeune marquis de vingt-six ans qui, membre du cercle philosophique milanais Il Caffè, s'était auparavant consacré à des écrits d'économie politique. Paru en pleine actualité judiciaire française (l'affaire Calas en 1762 […] Lire la suite

ILLUMINISMO

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 908 mots

La spécificité de la philosophie des « Lumières » en italie se manifeste, sous l'appellation d' Illuminismo , par le relatif abandon de la spéculation métaphysique et de la recherche scientifique par la pensée philosophique. L'époque précédente avait été dominée par la philosophie galiléenne, ainsi que par l'influence de Descartes et de Gassendi. La philosophie italienne du xviii e siècle partici […] Lire la suite

PÉNAL DROIT

  • Écrit par 
  • Luc VILAR
  •  • 7 094 mots

Que le droit pénal serve à punir, nul n'en doute. La peine est d'abord vengeance privée : tolérée dans l'ancienne Égypte, à Athènes, à Rome sous l'espèce d'un caractère collectif, légalement organisée (l'abandon noxal à Rome, le wergeld germanique), elle connaît une lente intégration dans l'histoire du droit pénal. Le caractère expiatoire et la dureté des peines de l'ancienne France laissent voi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges LEVASSEUR, « BECCARIA CESARE BONESANA DE - (1738-1794) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/beccaria-cesare-bonesana-de/