BECCARIA CESARE BONESANA DE (1738-1794)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le réformateur du droit pénal

Les idées de Beccaria dans son traité correspondaient au sentiment des esprits éclairés de son temps (l'auteur avait beaucoup lu Bacon, Montesquieu, Rousseau et les Encyclopédistes), mais allaient directement à l'encontre du droit positif. Il s'élève contre l'obscurité et la complexité des sources du droit pénal, et réclame des textes simples, clairs et issus du seul pouvoir législatif (principe de la légalité, aujourd'hui unanimement admis), que le juge devra appliquer automatiquement et impartialement. Il demande l'abrogation des infractions en matière religieuse, prônant la séparation du droit pénal et de la religion, voire de la morale individuelle. L'un des premiers, il voit le fondement de la répression dans son utilité sociale, ce que la Déclaration des droits de l'homme viendra bientôt consacrer. Par voie de conséquence, il s'élève contre la torture au cours du procès pénal et contre la barbarie des peines infligées ; il demande des peines modérées mais inévitables, car ce n'est pas la rigueur de la peine encourue qui fait reculer le criminel, mais la certitude d'un châtiment auquel il n'échappera pas ; pour assurer cette certitude, Beccaria se montre adversaire de la prescription, des excuses absolutoires, du droit d'asile et même du droit de grâce. Il s'attaque donc à la peine de mort qu'il n'admet que dans des cas très exceptionnels (notamment en cas de sédition) et qu'il veut remplacer par la prison perpétuelle. En réaction, ici encore, contre son temps, il préconise l'égalité de tous (nobles, clercs, marchands, peuple) devant la justice pénale, et l'individualisation de la peine sans rejaillissement sur la famille.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris

Classification


Autres références

«  BECCARIA CESARE BONESANA DE (1738-1794)  » est également traité dans :

DES DÉLITS ET DES PEINES (DEI DELITTI E DELLE PENE), Cesare Bonesana de Beccaria - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 018 mots

D'abord publié anonymement en l'été 1764 à Livourne, Des délits et des peines (Dei delitti e delle pene) est le fait du jeune marquis de vingt-six ans qui, membre du cercle philosophique milanais Il Caffè, s'était auparavant consacré à des écrits d'économie politique. Paru en pleine actualité judiciaire française (l'affaire Calas en 1762 […] Lire la suite

ILLUMINISMO

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 908 mots

La spécificité de la philosophie des « Lumières » en italie se manifeste, sous l'appellation d' Illuminismo , par le relatif abandon de la spéculation métaphysique et de la recherche scientifique par la pensée philosophique. L'époque précédente avait été dominée par la philosophie galiléenne, ainsi que par l'influence de Descartes et de Gassendi. La philosophie italienne du xviii e siècle partici […] Lire la suite

PÉNAL DROIT

  • Écrit par 
  • Luc VILAR
  •  • 7 094 mots

Que le droit pénal serve à punir, nul n'en doute. La peine est d'abord vengeance privée : tolérée dans l'ancienne Égypte, à Athènes, à Rome sous l'espèce d'un caractère collectif, légalement organisée (l'abandon noxal à Rome, le wergeld germanique), elle connaît une lente intégration dans l'histoire du droit pénal. Le caractère expiatoire et la dureté des peines de l'ancienne France laissent voi […] Lire la suite

Pour citer l’article

Georges LEVASSEUR, « BECCARIA CESARE BONESANA DE - (1738-1794) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/beccaria-cesare-bonesana-de/