OBAMA BARACK HUSSEIN (1961- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De Chicago à Washington

À trente-cinq ans, Barack Obama veut s'engager dans la vie publique. L'occasion se présente en 1996 lorsqu'il obtient un siège au Sénat de l'Illinois, dans la treizième circonscription du South Side de Chicago. Sans aucune expérience, progressiste dans une assemblée à majorité conservatrice, Obama se fait remarquer par son sens du compromis. Nommé président de la Commission de la santé publique et des services sociaux en 2003, il fait passer vingt-six projets de lois dès la première année : extension de la couverture médicale aux plus démunis, obligation pour les compagnies d'assurances de rembourser les mammographies, création d'un programme pour l'éducation des enfants en bas âge, etc. Pour devenir un homme politique au niveau national, Obama doit s'insérer dans les réseaux d'influence à Washington. Lors d'une collecte de fonds pour les primaires démocrates en 2004, il rencontre John Kerry, qui lui demande d'intervenir durant la Convention démocrate de Boston. Le 27 juillet 2004, il prononce donc le discours-programme (keynote speech), qui enflamme les délégués d'un parti en mal d'orateurs. La large couverture offerte par les médias nationaux lui ouvre la voie de la célébrité. Mais pour réussir en politique, il faut aussi être capable de surmonter ses échecs. En 2000, le jeune sénateur d'État, qui avait tenté de se faire désigner lors des primaires démocrates pour être candidat à la Chambre des représentants des États-Unis, a été balayé avec seulement 30 % des voix face au titulaire démocrate sortant. Pourtant, en janvier 2003, lorsque le sénateur Peter Fitzgerald annonce qu'il prend sa retraite, Obama se lance dans la course. Le 2 novembre 2004, contre toute attente, il gagne avec plus de 70 % des voix face à son adversaire républicain et devient le seul homme de couleur à siéger au Sénat.

Lorsque Obama prend ses fonctions, il a dans l'idée de briguer le poste de gouverneur de l'Illinois en 2010. Mais face à l'engouement qu'il suscite, il réalise qu'il peut viser plus haut. Il lance donc sa candidature à l'investiture démocrate le 10 février 2007 avec ces mots : « Chaque fois, une nouvelle génération s'est levée et a accompli ce qui s'avérait nécessaire. Aujourd'hui nous devons nous soulever de nouveau et il est temps que notre génération réponde à cet appel. Car ceci est notre foi inébranlable : face à l'impossible, le peuple qui aime son pays peut le changer. »

Ayant accepté l'investiture du Parti démocrate le 28 août 2008 au terme d'une élection primaire longuement disputée avec Hillary Clinton, Obama poursuit une campagne novatrice contre le républicain John McCain. Internet est l'instrument d'une levée de fonds considérable : sa cyber-campagne permet de récolter 6 millions d'adresses électroniques et 750 millions de dollars, soit trois fois plus que son adversaire. Son équipe, dirigée par David Axelrod, conçoit une campagne dynamique qui ne prend pas pour acquis les équilibres politiques traditionnels mais tente de convaincre de nouveaux électeurs. Le 4 novembre 2008, le taux de participation a ainsi atteint 61,6 %, un record depuis 1960. Une fraction du Parti républicain a voté pour Obama – les « Obamacans » –, suivant l'exemple de l'ancien secrétaire d'État Colin Powell ou de Suzanne Eisenhower, la petite-fille de l'ancien président. Neuf États traditionnellement « rouges » ont basculé du côté démocrate, dont certains États du Sud (la Caroline du Nord, la Floride et la Virginie). Même si les institutions s'étaient ouvertes à la diversité, jamais un candidat issu d'une minorité nationale n'était parvenu à convaincre qu'il pouvait occuper la fonction suprême. En cela, l'élection d'Obama est une rupture dans l'histoire du pays. Premier président noir, dans un pays longtemps divisé par la ségrégation, cette élection témoigne du changement des mentalités. Certains considèrent cette évolution comme le résultat des progrès des minorités dans une Amérique de moins en moins anglo-saxonne. D'autres insistent sur les origines mixtes du président et pronostiquent une ère « post-raciale » (post-racial era).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Barack Obama, 2009

Barack Obama, 2009
Crédits : Chip Somodevilla/ Getty Images News/ AFP

photographie

Réélection de Barack Obama aux États-Unis, 2012

Réélection de Barack Obama aux États-Unis, 2012
Crédits : D.R.

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  OBAMA BARACK HUSSEIN (1961- )  » est également traité dans :

BIDEN JOE (1942- )

  • Écrit par 
  • Annick FOUCRIER
  •  • 1 406 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du Sénat à la vice-présidence »  : […] Joe Biden affirme son ambition présidentielle dès l’élection de 1988, pour laquelle il déclare sa candidature en juin 1987. Mais des accusations de plagiat l’obligent à renoncer : il a repris sans les référencer de larges extraits d’un discours de Neil Kinnock, un brillant orateur du Parti travailliste britannique, et emprunté quelques phrases à Robert et John F. Kennedy. Une autre affaire de pla […] Lire la suite

CLINTON HILLARY (1947- )

  • Écrit par 
  • Annick FOUCRIER
  •  • 1 589 mots

Dans le chapitre « Une première dame très impliquée »  : […] Le président la nomme à la direction d'un important projet de réforme du système de santé. Ses adversaires l'accusent de préparer une socialisation de la médecine, elle échoue donc à obtenir le soutien des deux Chambres et le projet, mal compris par la population, est abandonné en 1994. En 1997, elle réussit à faire passer une loi sur l'adoption (Adoption and Safe Families Act) favorable aux orphe […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2008 : de la crise financière à la crise économique

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 178 mots

L' économie mondiale a connu une année terrible, et bien des parallèles ont été dressés avec la crise de 1929. La crise des subprimes , qui avait éclaté à l'été de 2007, a pris une ampleur sans précédent durant l'automne de 2008 après la faillite de banque américaine Lehman Brothers. Un véritable ouragan a ravagé la sphère financière et précipité les économies développées dans la récession. La cr […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 202 mots
  •  • 58 médias

Dans le chapitre « Un président post-racial… »  : […] Pour la première fois depuis 1928, l'élection présidentielle de 2008 est réellement ouverte : ni le président, ni le vice-président ne se représentent. Au Parti démocrate, deux candidats se détachent. Hillary Clinton, sénatrice de New York et épouse de l'ancien président Bill Clinton, est donnée largement favorite. Cette position est remise en cause par un jeune sénateur de l'Illinois, Barack Oba […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire des politiques économiques depuis 1945

  • Écrit par 
  • Ruxandra PAVELCHIEVICI
  •  • 8 699 mots

Dans le chapitre « La sortie de crise par le retour de l’État fédéral et une politique monétaire accommodante »  : […] La stratégie de sortie de crise consiste cette fois-ci en un recours massif à l’État fédéral, qu’il s’agisse du plan de sauvetage de l’administration Bush, le Troubled Asset Relief Plan (2008) – destiné à stabiliser l’économie notamment via des prêts aux institutions en difficulté et le rachat des actifs toxiques de certaines sociétés – ou des mesures prises par l’administration Obama dans le ca […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Religion

  • Écrit par 
  • Sébastien FATH
  •  • 3 472 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le rôle et les mutations récentes de la religion civile »  : […] C'est à la sacralisation de ce consensus introuvable que s'assigne la religion civile américaine, sorte de religion générique qui rassemble les citoyens par-delà leurs étiquettes confessionnelles. Cette expression a été théorisée à l'origine par Jean-Jacques Rousseau dans son Contrat social (1762). Elle a été réélaborée dans le contexte américain par Robert Bellah (dans des textes publiés en 1967 […] Lire la suite

IRAK

  • Écrit par 
  • Loulouwa AL RACHID, 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 29 317 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Le « sursaut » américain, prélude au désengagement militaire et politique »  : […] Sanctionnée par les électeurs américains lors du scrutin de mi-mandat en novembre 2006, la politique de l'administration Bush en Irak aboutit à une impasse. Pour enrayer la spirale de la violence qui détruit les fondations même de l'État que Washington entend asseoir en Mésopotamie, une nouvelle stratégie est mise en place. Elle revêt la forme d'un « sursaut », amorcé en 2007 par le général David […] Lire la suite

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 723 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Israël et le problème palestinien »  : […] La guerre d'Indépendance a provoqué un important bouleversement politique, mais également démographique. Si, en novembre 1947, on comptait près d'un million de Palestiniens sur le territoire de ce qui allait devenir Israël, à la fin des hostilités (décembre 1948-janvier 1949), ils ne sont plus que 180 000 sur le territoire du nouvel État. Les origines de ces déplacements (plus de 800 000 personne […] Lire la suite

KENNEDY EDWARD dit TED (1932-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 556 mots

Figure de proue du Parti démocrate américain, sénateur respecté, Ted Kennedy était le benjamin des neuf enfants de Rose Fitzgerald et de Joseph P. Kennedy, et leur dernier fils survivant. Il fut, pendant plus de quarante ans, l'un des principaux tenants d'une politique progressiste aux États-Unis. Né le 22 février 1932 à Boston, Edward Moore Kennedy sort diplômé de l'université Harvard en 1956, p […] Lire la suite

PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU, 
  • Aude SIGNOLES
  •  • 21 336 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le tournant des « révolutions arabes » »  : […] L'existence, fin 2010-début 2011, de mouvements de protestations populaires massifs contre les dirigeants en place, en Tunisie d'abord, puis en Égypte ainsi que dans d'autres pays de la région, clôt ce « moment américain » au Proche-Orient, bien davantage que ne l'avait laissé augurer l'arrivée du démocrate Barack Obama à la tête de l'administration américaine en 2008. Très vite, en effet – et mal […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François DURPAIRE, « OBAMA BARACK HUSSEIN (1961- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/barack-hussein-obama/