BANQUE DES RÈGLEMENTS INTERNATIONAUX (B.R.I.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un rôle éminent dans la réglementation prudentielle

Institution discrète, voire secrète,la B.R.I. fait pourtant autorité, dans son langage feutré mais emprunt d'une orthodoxie financière rigoureuse et reconnue en matière prudentielle.

Ainsi, la B.R.I. a été une des rares institutions à souligner les dangers que représentaient les activités parabancaires et la palette d’innovations financières ayant conduit à la crise de 2007, qu'elle a qualifiées de « nouvelles vulnérabilités systémiques » pour l'ensemble du secteur financier.

Un des six comités de la B.R.I. préparant les travaux des banquiers centraux qui s’y réunissent est particulièrement important : le comité de Bâle sur la supervision bancaire. Celui-ci élabore des recommandations qui ont toutes pour but de renforcer la sécurité du secteur bancaire. Les ratios de fonds propres (« ratio Cooke » des accords de Bâle I en 1988, et « ratio McDonough », proposé en 2006 pour réformer le précédent) soumettent les établissements bancaires à une exigence de solvabilité pondérée par leurs risques afin de prévenir le plus en amont possible le risque d’une faillite bancaire. Les accords de Bâle III, conclus en 2010 après la crise financière, renforcent considérablement ces mesures, mais demeurent inégalement appliqués, les États-Unis et la Chine ayant, par exemple, choisi de ne pas le transposer dans leurs droits nationaux.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BANQUE DES RÈGLEMENTS INTERNATIONAUX (B.R.I.)  » est également traité dans :

CRISES FINANCIÈRES - Krachs boursiers

  • Écrit par 
  • Christophe BOUCHER
  •  • 4 285 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'intervention des autorités monétaires et la détection des bulles spéculatives »  : […] Cet enchaînement n'est cependant pas inévitable si les autorités monétaires interviennent de manière forte et rapide. Ainsi, en octobre 1987, la Réserve fédérale (la banque centrale américaine) avait massivement injecté des liquidités. Entre 2001 et 2003, elle a fait passer les taux d'intérêt de 6,5 p. 100 à 1 p. 100. De 1929 à 1931, elle avait également réduit les taux d'intérêt de 6 p. 100 à 1, […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 1991 : une économie convalescente

  • Écrit par 
  • Tristan DOELNITZ
  •  • 8 560 mots

Dans le chapitre « Le syndrome de la pénurie d'épargne »  : […] « Leaders » de l'expansion dans les années 1980 et principales victimes de la récession de 1990-1991, les États-Unis et le Royaume-Uni auraient normalement dû mener la reprise, sous l'effet de la désinflation, vers la fin de 1991. Malgré des signes avant-coureurs encourageants outre-Atlantique à partir de juillet, une franche reprise se faisait toujours attendre à la fin de l'année. Mêmes hésitati […] Lire la suite

GROUPE DES DIX

  • Écrit par 
  • Jean-Paul HUET
  •  • 827 mots

À l'occasion des difficultés monétaires internationales des années 1960, il est devenu nécessaire d'organiser une collaboration étroite entre les autorités des principaux pays industrialisés du monde occidental, dans un cadre moins vaste et moins officiel que celui du F.M.I. ou de l'O.C.D.E. Ainsi, forts de l'expérience du pool de l'or créé au printemps de 1961, les représentants des banques centr […] Lire la suite

RATIO COOKE

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC
  •  • 411 mots

Afin de réduire le risque de faillite des grandes banques internationales, les gouverneurs des banques centrales et les instances de supervision (autorités publiques de réglementation bancaire et financière) des pays les plus industrialisés, réunis au sein du Comité de Bâle, sous l'égide de la Banque des règlements internationaux, créent en 1988 un ratio de solvabilité, le ratio Cooke, du nom de […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

16-26 août 1983 Amérique latine. Difficultés financières de l'Argentine, du Chili, du Brésil, du Pérou et du Mexique

n'aboutissent pas, on estime que le Brésil, qui, avec près de 100 milliards de dollars de dettes, est le plus grand débiteur du Tiers Monde, a près de 1,9 milliard de dollars d'arriérés dont 800 millions dus à la Banque des règlements internationaux (B.R.I.). D'autres pays d'Amérique latine demandent de nouveaux délais de remboursement : ainsi, le 26 juillet, le Pérou a obtenu de seize pays occidentaux réunis au sein du Club de Paris le rééchelonnement de ce qu'il devait leur rembourser en 1983, 1984 et 1985, soit un peu plus de 1 milliard de dollars. […] Lire la suite

5-29 août 1982 Mexique. Grave crise économique

pour un prêt de 4 milliards de dollars, les États-Unis accordent une avance de 2 milliards et la Banque des règlements internationaux (B.R.I.), associée aux principales banques centrales occidentales, accepte de prêter 1,85 milliard de dollars, dont 925 millions seront débloqués dès le 29. Le 19, le marché des changes est rouvert : une triple parité est instaurée pour les achats de dollars. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-France BAUD-BABIC, Olivier MARTY, « BANQUE DES RÈGLEMENTS INTERNATIONAUX (B.R.I.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/banque-des-reglements-internationaux/