BALLET DE COUR

BAL

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 782 mots
  •  • 1 média

Le terme « bal » désigne aujourd'hui soit l'assemblée des danseurs qui se réunissent pour exécuter des danses, soit le lieu même où s'effectue cette réunion. Bal a aussi servi à désigner des airs de danses folkloriques du midi de la France, de tempo vif et de rythme binaire. Aux xii e et xiii e siècles, on l'appliquait à une danse provençale, vraisemblablement de rythme ternaire, accompagnée d'i […] […] Lire la suite

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 614 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les premiers théoriciens »  : […] Avec le ballet, la danse devient spectacle. Au Moyen Âge, processions, cérémonies funéraires, mascarades conduisent au ballet, mais celui-ci naît vraiment du bal à l'italienne à la fin du xv e  siècle. Domenico da Piacenza, Guglielmo Ebreo, Antonio Cornazzano en sont les théoriciens précis. Venise, Florence donnent des fêtes inspirées des mystères chrétiens mais teintées de paganisme ; et Laurent […] […] Lire la suite

BENSÉRADE ISAAC DE ou ISAAC (1612-1691)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 379 mots

Originaire de Normandie, Isaac Bensérade vient chercher fortune à Paris et plaît immédiatement à Richelieu. Il s'intéresse d'abord au théâtre (et à une comédienne, la Bellerose) et fait jouer sans grand succès cinq pièces, dont Cléopâtre . À la mort de Richelieu, il gagne la faveur de Mazarin et de la reine, ce qui lui vaut de fort belles pensions. Il a peu de savoir, mais beaucoup d'esprit et dev […] […] Lire la suite

CHACONNE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 254 mots

En Espagne au xvi e siècle, danse populaire à trois temps très animée ; elle s'accompagne avec des castagnettes et revêt alors un certain caractère érotique. On la dit originaire du Mexique, mais il semble que ce soit au Portugal qu'apparaissent, dans le genre ostinato , le passo forçado et les danses dérivées : la folia , le vil ao et la chacota qui précèdent la chacona espagnole. À l'époque […] […] Lire la suite

CHORÉGRAPHIE L'art de créer les gestes

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 3 702 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les origines de la chorégraphie »  : […] L'idée même de chorégraphie naît avec la danse savante, c'est-à-dire celle dont on doit connaître les pas pour la pratiquer, qui est apparue à la fin du xv e  siècle dans les cours italiennes, puis importée en France par Catherine de Médicis, où elle prend le nom de danse de cour ou « belle dance française ». Cette ancêtre de la danse classique peut, à ce titre, être considérée comme l'origine d […] […] Lire la suite

COMÉDIE-BALLET

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 732 mots

L'histoire de la comédie-ballet est fort courte : onze ans à peine, 1661-1672. Elle naît, en apparence, par hasard : lors de la fête de Vaux donnée par Fouquet (août 1661), afin de donner aux danseurs le temps de se changer entre les « entrées » du ballet, on intercale celle-ci entre les scènes d'une comédie. Cela s'était fait déjà : mais la nouveauté, due sans doute à l'initiative de Molière, est […] […] Lire la suite

DANSE

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT, 
  • Serge JOUHET
  •  • 5 050 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La danse théâtrale »  : […] Lorsque la danse se présente sous la forme du ballet et qu'elle devient un spectacle en Europe, la plastique prend une place considérable qui l'éloigne de ses origines magiques et religieuses. La définition qu'en donne Théophile Gautier ressortit à l'esthétique du spectateur : « La danse est l'art de montrer les formes élégantes et correctes dans diverses positions favorables au développement des […] […] Lire la suite

ÉCOLE FRANÇAISE DE DANSE

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 380 mots

Dans le chapitre « Quelques jalons historiques »  : […] La conception d’une danse savante, c’est-à-dire fondée sur une technique et un « vocabulaire » si précis que tous les pas sont nommés, est née sous le règne de Louis XIV, au moment où, grâce à lui, le ballet de cour est à son apogée. Ce « roi danseur » crée l’Académie royale de danse en 1661, au même titre que les Académies de sculpture et de peinture, élevant ainsi la danse au rang d’art majeur. […] […] Lire la suite

ENTREMETS BOURGUIGNONS, divertissement

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 59 mots

À la cour des ducs de Bourgogne principalement, des rois de France ensuite, aux xiv e et xv e siècles, divertissement musical ou chorégraphique sous forme de pantomime dramatique ; il comportait une ou plusieurs entrées (chœurs, danses ou orchestre), que l'on exécutait au cours d'un banquet pour en rehausser le faste. […] […] Lire la suite

FILLEUL NICOLAS (1537?-apr. 1584)

  • Écrit par 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 702 mots

Né à Rouen d'une famille de petite noblesse, Nicolas Filleul est un homme de théâtre. En 1563 il fait représenter au collège d'Harcourt une tragédie intitulée Achille , selon la mode du temps, dans les établissements scolaires. En 1566, le cardinal de Bourbon, archevêque de Rouen et puissant personnage, le charge de composer les Théâtres de Gaillon à l'occasion d'un séjour du roi Charles IX dans […] […] Lire la suite

GIGUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 308 mots

Nom donné au Moyen Âge aux vielles piriformes, par opposition aux vièles. A donné geige (violon) en allemand. Le nom de gigue (de l'anglais jig ou jigg , issu lui-même du vieux français giguer  : danser) désigne une danse de cour ou de ballet, d'allure rapide, à caractère sautillant, comique, avec frappements vifs du talon et jeu rapide des pointes ; plus vive que la loure, la sicilienne ou la f […] […] Lire la suite

MENUET

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 384 mots

Au xvii e siècle, d'après S. Brossard, danse populaire poitevine à pas « menus », d'où son nom, et peut-être variété de branle. Citée par Guillaume du Manoir ( Mariage de la musique et de la danse ) en 1664, elle est alors une danse de cour, puis sera danse de ville et de théâtre (et danse de salon à la fin du xix e siècle). De danse de solo elle devient danse à quatre avec mouvements et pas res […] […] Lire la suite

MOMERIE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 55 mots

Espèce de divertissement dansé qui fut en vogue à la fin du xvi e  et au commencement du xvii e  siècle, et qui tenait et de la boutade, par son caractère d'improvisation, et de la mascarade, en raison du côté satirique et burlesque des personnages masqués. La momerie disparut devant le ballet de cour. […] […] Lire la suite

SUITE, musique

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 1 047 mots
  •  • 1 média

À l'origine, on désignait par « suite » une série d'airs de danse écrits dans la même tonalité (majeure ou mineure) mais de rythme et de caractère différents. On peut faire remonter au Moyen Âge l'usage de lier les danses, deux par deux : une lente et une vive. On remarque aussi que l' estampida ou estampie , danse d'origine provençale, est divisée en plusieurs sections — ou puncta — offrant, pa […] […] Lire la suite