BALKANS (géopolitique)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Siège d’Andrinople, 1913

Siège d’Andrinople, 1913
Crédits : Hulton Getty

photographie

Assassinat de l'archiduc François-Ferdinand

Assassinat de l'archiduc François-Ferdinand
Crédits : AKG

photographie

Bombardements à Belgrade, avril 1999

Bombardements à Belgrade, avril 1999
Crédits : PA Photos

photographie

Présidence collégiale de la Bosnie, octobre 1998

Présidence collégiale de la Bosnie, octobre 1998
Crédits : PA Photos

photographie


Histoire de la « poudrière des Balkans »

La région est tombée sous la coupe de l'Empire ottoman aux xive-xve siècles. Les différents peuples des Balkans constituaient alors une mosaïque géographique complexe mais coexistant dans une relative paix. L'Empire romain, l'Empire byzantin et l'Empire ottoman se sont succédé sans rupture pour les peuples de la région balkanique. Il n'y avait pas de frontières et les personnes se déplaçaient et commerçaient dans tout l'Empire. Une partie importante des populations des actuelles Bulgarie, Albanie et Bosnie s'est même convertie à l'islam durant cette période, pour des raisons économiques mais aussi religieuses. L'islam des Bosniaques sera un des enjeux de la guerre de 1992-1995. Une partie des chrétiens de Bulgarie et de Bosnie étaient des adeptes du bogomilisme, schisme de l'orthodoxie. Mais l'Empire ottoman s'est désagrégé avec ce que l'historiographie appelle « le réveil des nationalités ». Au début du xixe siècle, la Grèce, la Serbie et la Roumanie obtiennent leur indépendance, suivies par la Bulgarie puis l'Albanie au début du xxe siècle. La création de ces nouveaux États monarchistes est encouragée par les puissances européennes qui souhaitent dépecer « l'homme malade de l'Europe » ; la concurrence est rude entre la Russie, l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni pour contrôler cet espace où convergent des axes de circulation de grande importance géostratégique. La fin de l'Empire ottoman s'annonce lors des guerres balkaniques de 1912-1913. La nation macédonienne est le grand perdant du démembrement qui s'ensuit, scellé par le traité de Bucarest d'août 1913. Arrivée la dernière dans la lutte pour l'émancipation nationale, elle ne peut s'imposer. La Macédoine est partagée entre la Grèce, la Serbie et la Bulgarie. La Russie soutient les États orthodoxes, alors que l'Autriche-Hongrie contrôle la Slovénie, la Croatie et la Bosnie. L'assassinat du prince héritier François-Ferdinand par un nationaliste serbo-bosniaque, le 28 juin 1914, provoque, par[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée

Classification

Pour citer l’article

Christophe CHICLET, « BALKANS (géopolitique) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/balkans/