BAHREÏN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cadre physique et l'évolution historique

Dans les sources anciennes, le nom de Bahreïn désignait la partie de la côte arabique du golfe Persique allant de la ville irakienne de Bassora à la péninsule du Qatar et dont les habitants étaient appelés les Baharna (singulier Bahrani). Bahreïn est aujourd'hui un archipel regroupant une trentaine d'îles, dont une dizaine ne sont que de très modestes îlots inhabités. L'île la plus importante, longue de 50 kilomètres et large de 20 kilomètres entre ses points extrêmes, porte le nom de Bahreïn. Cette île est depuis 1986 reliée à l'Arabie Saoudite par un pont-digue, baptisé le « pont du roi Fahd ». Long de 25 kilomètres et portant une autoroute à quatre voies, ce pont entièrement financé par Riyad a coûté 1,2 milliard de dollars.

Deux autres îles ont une grande importance : celle de Muharraq, la plus peuplée après Bahreïn, et celle de Sitra, qui regroupe les principales unités industrielles du royaume. Ces deux îles sont reliées à Manama par des ponts. En revanche, l'île de Hawar, proche de la péninsule de Qatar, et certains petits îlots sont revendiqués par l'émirat de Qatar. Un conflit armé entre Bahreïn et Qatar a été évité de justesse en avril 1986 grâce à une médiation saoudienne. La Cour internationale de justice, en confirmant la souveraineté de Bahreïn sur les îles Hawar, a mis fin, le 16 mars 2001, au conflit territorial qui durait depuis une soixantaine d'années.

L'archipel de Bahreïn forme un ensemble d'îles plates taillées dans le calcaire. Le point culminant, au centre de l'île Bahreïn, atteint 134 mètres au Jabel Dukhan (ce qui signifie en arabe « montagne de fumée », en raison de la brume qui entoure souvent le sommet de ce bombement calcaire). Le climat de Bahreïn est désertique : la moyenne pluviométrique annuelle est de 60 millimètres, avec des variations considérables d'une année sur l'autre. Une chaleur accablante, avec des maxima de température dépassant 45 0C, règne d'avril à octobre. Heureusement, grâce à un réseau de rivières souterraines venues du centre de la péninsule arabique, Bahreïn dispose de nappes et de sources d'eau douce.

Ainsi s'explique l'ancienneté du peuplement, d'autant plus que l'île de Bahreïn occupe à l'intérieur du golfe Persique une position stratégique remarquable, étant située à mi-chemin entre le détroit d'Ormuz et le Chatt al-Arab, au fond du Golfe. Les fouilles archéologiques entreprises dans l'archipel ont montré l'existence de la civilisation de Dilmoun 3 000 ans avant J.-C. Des milliers de tumulus au centre de l'île révèlent, par la nature des objets trouvés lors des fouilles, que Dilmoun était en relation étroite avec la civilisation sumérienne de Basse-Mésopotamie et avec la civilisation de l'Indus.

Au cours de sa longue histoire, Bahreïn sera toujours un point stratégique très convoité. Citons, par exemple, le passage des armées d'Alexandre le Grand, l'occupation de l'île par les Perses Sassanides, du ive au viie siècle, ou la domination portugaise au xvie siècle. Ensuite, les Portugais cèdent la place aux Perses qui contrôlent Bahreïn au xviie et au xviiie siècle, malgré les tentatives des princes du sultanat d'Oman de s'installer dans l'archipel. Pour autant, il faut souligner que le peuplement chiite du Bahreïn est bien antérieur à l'intégration de celui-ci à l'empire perse. De nombreuses sources écrites et archéologiques attestent de l'ancienneté du phénomène chiite dans l'archipel et, plus largement, au sein du territoire de l'ancien Bahreïn, qui comprenait d'autres centres chiites, notamment la province Est de l'Arabie Saoudite contemporaine (Qatif et Ahsa). Le chiisme duodécimain, courant orthodoxe et majoritaire du chiisme, s'y est progressivement imposé, dans un environnement sans doute initialement dominé par diverses formes d'ismaélisme. Un clergé chiite duodécimain bien organisé s'est établi au cours des siècles, lequel compte quelques grands noms de l'élaboration doctrinale chiite, dont le cheikh Yusuf al-Bahrani (1695-1772). Certains d'entre eux ont contribué à la diffusion du chiisme duodécimain en Perse par la dynastie safavide (1501-1722).

L'histoire du Bahreïn moderne commence avec la conquête de l'archipel par les Al Kh [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Bahreïn : carte physique

Bahreïn : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Bahreïn : drapeau

Bahreïn : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau


			Cheikh Issa bin Salman Al Khalifa, 1969

Cheikh Issa bin Salman Al Khalifa, 1969
Crédits : Central Press/ Hulton Royals Collection/ Getty Images

photographie

Bahreïn : économie

Bahreïn : économie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BAHREÏN  » est également traité dans :

BAHREÏN, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ARABIE SAOUDITE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Ghassan SALAMÉ
  •  • 18 454 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Renaissance de l'activisme régional saoudien à l'heure des « printemps arabes » »  : […] La volonté saoudienne de contenir les effets du « printemps arabe » est non seulement interne mais aussi régionale, les deux dimensions se renforçant l'une l'autre : l'acuité des défis mène le pouvoir saoudien habituellement coutumier des jeux régionaux feutrés (clientélisation par versement de subventions, contacts discrets) à se montrer plus activiste. Le 14 mars 2011, le pouvoir saoudien envoi […] Lire la suite

C.C.G. (Conseil de coopération du Golfe)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 292 mots
  •  • 1 média

Créé le 26 mai 1981, à l'initiative de Riyad, pour contrer les débordements possibles de la révolution islamique iranienne et limiter les retombées de la guerre Irak-Iran sur les monarchies pétrolières du golfe Persique, le C.C.G. regroupe les Émirats arabes unis, le Koweït, Bahreïn, l'Arabie Saoudite, Oman et le Qatar, avec leurs 35 millions d'habitants en 2006. La structure de cette organisatio […] Lire la suite

MANAMA, Bahreïn

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 447 mots
  •  • 1 média

Capitale et plus grande ville de l'émirat de Bahreïn, Manama (en arabe Al-Manâmah) s'étend sur la pointe nord-est de l'île de Bahreïn, dans le golfe Arabo-Persique. Avec 143 035 habitants en 2001 (aire urbaine : 345 000 hab.), elle abritait près de 20 p. 100 de la population nationale. Mentionnée pour la première fois vers 1345 dans des chroniques islamiques, Manama tombe aux mains des Portugais […] Lire la suite

PRINTEMPS ARABE ou RÉVOLUTIONS ARABES

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT
  •  • 8 179 mots

Dans le chapitre « Désamorcer la contestation par des concessions  »  : […] Ces stratégies de concessions permettent d'affaiblir le mouvement de mobilisation, quand les régimes parviennent à éviter l'affrontement direct et à gérer la contestation en jouant sur certaines de ses causes profondes. D'un côté, des États, comme dans le Golfe, disposent de forts excédents budgétaires et se caractérisent par une étroitesse de la population autochtone liée au régime par des réseau […] Lire la suite

PRINTEMPS ARABE, en bref

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 336 mots

Né en Tunisie à la fin de 2010, un mouvement inédit de contestation s'est rapidement propagé durant le printemps de 2011 à d'autres pays du Maghreb et du Moyen-Orient. Durant ce « printemps arabe », les populations protestent à la fois contre la pauvreté et le chômage et contre la tyrannie et la corruption de gouvernements autoritaires installés au pouvoir depuis des décennies. En Tunisie, la « ré […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

19-26 juillet 2021 Israël. Révélations sur l'usage par plusieurs États d'un logiciel israélien d'espionnage de téléphones.

Outre ces derniers, l’Azerbaïdjan, Bahreïn, Dubaï, les Émirats arabes unis, l’Inde, le Mexique et le Togo, sont visés par ces révélations. Le 22, le Parlement israélien met en place une commission d’enquête sur l’affaire Pegasus. De son côté, le Maroc annonce le dépôt d’une plainte pour diffamation contre Forbidden Stories et Amnesty International devant le tribunal correctionnel de Paris. […] Lire la suite

4 janvier 2021 Qatar – Arabie Saoudite. Fin du blocus du Qatar par ses voisins.

En juin 2017, l’Arabie Saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn, suivis par l’Égypte, avaient coupé leurs relations avec le Qatar qu’ils accusaient de soutenir l’Iran et les Frères musulmans. Ce revirement est le fruit d’une médiation entreprise par le Koweït et les États-Unis.  […] Lire la suite

10-22 décembre 2020 États-Unis – Maroc – Israël. Établissement de relations diplomatiques entre le Maroc et Israël.

Le Maroc est le quatrième pays arabe, après les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan, à normaliser ses relations avec Israël en 2020. Le 22, un avion de la compagnie israélienne El Al se pose pour la première fois sur l’aéroport de Rabat, avec à son bord des délégations israélienne et américaine. Celles-ci signent des accords de coopération avec les autorités marocaines. […] Lire la suite

22 novembre 2020 Israël – Arabie Saoudite. Visite secrète du Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou en Arabie Saoudite.

Israël a effectué des rapprochements diplomatiques avec les Émirats arabes unis en août, avec Bahreïn en septembre et avec le Soudan en octobre. […] Lire la suite

23 octobre 2020 Soudan – Israël – États-Unis. Annonce d'un rapprochement entre le Soudan et Israël.

Les Émirats arabes unis et Bahreïn ont annoncé leur reconnaissance d’Israël en août et septembre. En janvier 2021, Washington accordera à Khartoum un prêt de 1 milliard de dollars (800 millions d’euros).  […] Lire la suite

Pour citer l’article

André BOURGEY, Laurence LOUËR, « BAHREÏN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bahrein/