BACTÉRIOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Joseph Lister et Louis Pasteur

Joseph Lister et Louis Pasteur
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Antoine Van Leeuwenhoek

Antoine Van Leeuwenhoek
Crédits : Nimatallah/ AKG

photographie

Louis Pasteur

Louis Pasteur
Crédits : O.Golovnev/ Shutterstock

photographie

Robert Koch

Robert Koch
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Tous les médias


Étapes de la bactériologie

Période prépasteurienne

À la fin du xve siècle, apparaissent les premières idées « modernes » sur les maladies infectieuses. Elles concernent surtout la syphilis : Ulsénius, en 1496, en affirme la contagiosité, puis vers 1519, von Hutten soupçonne, à son origine, de « petits vers ailés » et Paracelse, « de petits germes vivants ». Ces idées, bien que combattues par la majorité des médecins et des savants, amenèrent cependant des mesures de prophylaxie : dès 1500, certaines villes d'Italie avaient institué un contrôle sanitaire des prostituées.

En fait, le premier grand précurseur de la bactériologie fut Jérôme Fracastor, ou Fracastorius, de Vérone. Dans son traité sur les maladies contagieuses, De contagio et contagiosis morbis (1546), il affirme l'existence de très petits organismes vivants, invisibles, capables de se reproduire et de se multiplier, qu'il appelle contagium vivum, ou seminaria contagionis. Il les rend responsables de la syphilis et de la tuberculose : trois siècles avant Pasteur, apparaît ainsi, pour la première fois, la notion de microbes pathogènes.

Fracastor pose également les premières bases de l'épidémiologie, en expliquant la contagion : transmission interhumaine par le contact, et transmission à distance par l'air. Mais ces conceptions sont véritablement révolutionnaires, et rares sont leurs défenseurs, comme Montanus, à Pavie, puis à la fin du xvie siècle, Ingrassia et Alpino. Les applications pratiques à l'hygiène collective et à la prophylaxie individuelle sont pratiquement inexistantes ; bien sûr, on isolait lépreux et pestiférés, mais sans aucune raison précise de le faire, puisqu'aucune base scientifique n'étayait concrètement ces théories.

C'est alors qu'apparaissent les premiers microscopes ; grossissant très peu au début, formés d'une seule lentille, c [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 28 pages




Écrit par :

  • : chef de travaux du cours de bactériologie systématique à l'Institut Pasteur.
  • : docteur en médecine
  • : Ingénieur agronome, docteur ès sciences, directeur de recherche à l'Institut national de recherche agronomique, directeur de l'unité de recherches laitières et génétique appliquée
  • : docteur en médecine, docteur ès sciences
  • : docteur en médecine, chef de service du laboratoire de microbiologie à l'hôpital de Nanterre

Classification


Autres références

«  BACTÉRIOLOGIE  » est également traité dans :

ACTINOMYCÈTES

  • Écrit par 
  • Hubert A. LECHEVALIER
  •  • 3 467 mots
  •  • 3 médias

Les Actinomycètes sont des Bactéries dont la croissance donne lieu à des colonies constituées d' hyphes, c'est-à-dire de filaments qui irradient, par croissance centrifuge, tout autour du germe qui leur a donné naissance. Cela explique leur dénomination : le mot « Actinomycètes » provient de deux substantifs grecs et signifie « Champignons à rayons » ou « Champignons rayonnants », expression util […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actinomycetes/#i_7693

ANTIBIOTHÉRAPIE

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 237 mots

Pathologiste à l'hôpital St. Mary de Londres, Alexander Fleming (1881-1955) étudiait les bactéries responsables, pensait-on, de l'épidémie de grippe espagnole qui fit vingt millions de morts en 1918. Cultivant ces bactéries pathogènes en boîtes de Pétri (plates, contenant des milieux de culture solidifiés), il constata en 1921 qu'une goutte de mucus nasal empêchait le développement des bactéries a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antibiotherapie/#i_7693

KOCH BACILLE DE

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 221 mots
  •  • 1 média

Après avoir identifié le bacille du charbon (1876), le médecin allemand Robert Koch (1843-1910) développa la culture des microbes sur milieu nutritif stérile solide et isola le bacille de la tuberculose en 1882. La règle d'or de la bactériologie médicale, codifiée par Koch, fut d'obtenir des cultures pures des germes prélevés dans les produits pathologiques, de vérifier ensuite sur une espèce anim […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacille-de-koch/#i_7693

BACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 11 039 mots
  •  • 3 médias

Bien que l'existence des micro-organismes ait été révélée par les premiers microscopes, voilà près de trois cents ans, il fallut pourtant attendre les travaux de Pasteur et de ses contemporains pour découvrir l'importance des bactéries dans la vie de l'homme. Ce fut alors l'extraordinaire épanouissement de la bactériologie médicale : le rôle pathogène des microbes se précise peu à peu ; un diagno […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteries/#i_7693

BEHRING EMIL ADOLF VON (1854-1917)

  • Écrit par 
  • Pierrette KOURILSKY
  •  • 484 mots
  •  • 1 média

Médecin et bactériologiste allemand, l'un des fondateurs de la sérothérapie. Né à Hansdorf (Prusse-Orientale), von Behring s'inscrit en 1874 à l'École de médecine militaire de Berlin et il obtient son doctorat de médecine en 1878. Deux ans plus tard, il est médecin militaire à Posen, puis médecin d'état-major à Bonn (1887). Il est nommé à l'Académie militaire de médecine de Berlin, puis professeu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emil-adolf-von-behring/#i_7693

BIODÉPOLLUTION

  • Écrit par 
  • Sylvain CHAILLOU, 
  • Jérôme COMBRISSON
  •  • 2 986 mots

Dans le chapitre « La biodépollution de l'eau »  : […] La pollution de l'eau, qu'elle concerne les eaux superficielles (rivières, plans d'eau) et/ou les eaux souterraines, a pour origine principale l'activité humaine (industries, agriculture, décharges...). Elle se manifeste principalement, dans les eaux de surface, par une diminution de la teneur en oxygène dissous, l'augmentation de la charge organique totale associée à la présence de produits toxiq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biodepollution/#i_7693

BOIVIN ANDRÉ (1895-1949)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 689 mots

Biochimiste et bactériologiste français qui fut l'un des meilleurs immunologistes de son temps. Né à Auxerre (Bourgogne), dans un milieu très modeste, il avait d'abord songé à être instituteur, mais les hasards de la Première Guerre mondiale, en faisant de lui un infirmier militaire dans un hôpital de Marseille, modifient cette orientation première. En assistant aux manipulations de ses supérieurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-boivin/#i_7693

BORDET JULES (1870-1961)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 436 mots

Les recherches de Bordet sur la destruction des bactéries et des globules rouges dans le sérum sanguin, effectuées à l'Institut Pasteur, à Paris (1894-1901), sont généralement considérées comme constituant les débuts de la sérologie. En 1895, il montra que deux facteurs existant dans le sérum sont responsables de la rupture de la paroi de la cellule bactérienne (bactériolyse) : l'un est un antico […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jules-bordet/#i_7693

BRUCELLOSE ou MÉLITOCOCCIE ou FIÈVRE DE MALTE

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 1 370 mots

Dans le chapitre « Bactériologie »  : […] Toutes les brucelles ont en commun d'être de très petits bacilles (moins de 1 μm de long), immobiles, non sporulés et ne gardant pas la coloration de Gram ; elles ne se développent qu'en aérobiose et certaines exigent une atmosphère contenant de 5 à 10 p. 100 de CO 2 . La culture est toujours meilleure sur certains milieux, tels que gélose-sérum-glucose, milieu au foie, gélose-pomme de terre. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brucellose-melitococcie-fievre-de-malte/#i_7693

BURGDORFER WILLY (1925-2014)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 447 mots

Wilhelm (Willy) Burgdorfer est un chercheur américain né à Bâle, en Suisse, le 27 juin 1925. Il est surtout connu pour avoir découvert en 1981 la bactérie responsable de la maladie de Lyme, une infection propagée par les tiques, un spirochète plus tard baptisé Borrelia burgdorferi en son honneur. Wilhelm B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/willy-burgdorfer/#i_7693

CHARBON MALADIE DU

  • Écrit par 
  • Agnès FOUET, 
  • Michèle MOCK
  •  • 1 931 mots
  •  • 1 média

Le charbon, dénommé anthrax en anglais, est une maladie essentiellement vétérinaire. Elle touche tous les mammifères, y compris l'homme, à qui elle est transmise par les animaux ou des produits dérivés contaminés. Elle est non contagieuse d'homme à homme. On distingue trois formes humaines de la maladie : la forme cutanée, caractérisée par la formation d'une escarre noire (d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladie-du-charbon/#i_7693

CHOLÉRA

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 2 870 mots
  •  • 2 médias

Maladie transmissible, endémo-épidémique, le choléra est strictement limité à l'espèce humaine : il est provoqué par des bactéries du genre Vibrio et n'a rien à voir avec certaines infections animales comme le choléra des poules (causé par des Pasteurella ). Originaire d'Asie, où il existait depuis des temps immémoriaux, le choléra a connu plusieurs e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cholera/#i_7693

COHN FERDINAND JULIUS (1828-1898)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 708 mots

Ferdinand Cohn, naturaliste allemand et botaniste, considéré comme un des fondateurs de la bactériologie est né le 24 janvier 1828, dans le ghetto de Breslau (actuellement Wrocław, en Pologne), en Silésie alors prussienne. C'était le premier des trois fils d'un marchand juif, qui ne s'intéressa guère à l'éducation de son pourtant très précoce aîné, dont la scolarité n'eut pas grand relief. Il fut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-julius-cohn/#i_7693

COLIBACILLOSE

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 1 307 mots

Le terme de colibacillose désigne toutes les infections dues à un microbe de la famille des Enterobacteriaceae  : le colibacille ou Escherichia coli , décrit pour la première fois par Escherich, en 1885, sous le nom de Bacterium coli commune . Hôte normal de l'intestin et des voies génito-urinaires inférieures de l'homme et des ani […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colibacillose/#i_7693

DELBRÜCK MAX (1906-1981)

  • Écrit par 
  • Pierrette KOURILSKY
  •  • 582 mots

Physicien et généticien américain d'origine allemande. Après avoir soutenu une thèse de physique théorique en 1930 à l'université de Göttingen, Max Delbrück travaille en Allemagne et au Danemark sous la direction de Max Born et Niels Bohr. Ce n'est qu'après son émigration aux États-Unis, pour des raisons politiques, en 1937, qu'il s'intéresse à la génétique. Il est professeur au Caltech (Californi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-delbruck/#i_7693

DIPHTÉRIE

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 1 847 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Diagnostic bactériologique »  : […] La découverte, sur les frottis effectués directement à partir d'un prélèvement au niveau de la fausse membrane, de bacilles ayant la morphologie et les propriétés tinctoriales (coloration de Gram négative) de C. diphteriae , n'a qu'une valeur relative. Le diagnostic nécessite absolument l'isolement du germe par culture. Celle-ci peut être obtenue en 16 à 18 heures sur sérum […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diphterie/#i_7693

DUBOS RENÉ (1901-1982)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 646 mots

Médecin et biologiste américain d'origine française. Né près de Paris, à Saint-Brice, René Dubos suit les cours du lycée Chaptal puis entre à l'Institut national agronomique de Paris. Après son diplôme, il est assistant à l'Institut international d'agriculture de Rome puis s'installe aux États-Unis en 1924 et entre comme assistant chargé de cours à la Rutgers University du New Jersey, où il obtien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-dubos/#i_7693

EAU - Approvisionnement et traitement

  • Écrit par 
  • Georges BREBION, 
  • Cyrille GOMELLA, 
  • Bernard LEGUBE
  •  • 10 031 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le principe du traitement biologique  »  : […] L' épuration biologique des eaux usées peut être mise en œuvre dans des réacteurs à biomasse libre (réacteurs dits à « boues activées », lagunage naturel ou aéré), où les micro-organismes se développent en suspension dans l'eau (boues activées), ou encore dans des réacteurs à biomasse fixée dans lesquels les micro-organismes se développent sur un support grossier ou sur un garnissage plastique ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eau-approvisionnement-et-traitement/#i_7693

ENZYMES DE RESTRICTION

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 197 mots

Comment les bactéries, dépourvues de système immunitaire, se défendent-elles contre les virus (appelés aussi phages) qui les infectent ? C'est le Suisse Werner Arber (né en 1929), qui apporte le premier la réponse à cette question. En 1962, il découvre que des enzymes bactériennes sont capables de couper l'ADN du phage au niveau de zones bien déterminées (différentes en fonction des enzymes), app […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enzymes-de-restriction/#i_7693

FLEMING ALEXANDER (1881-1955)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 289 mots
  •  • 1 média

Bactériologiste qui découvrit en 1928 la pénicilline et ouvrit la voie à la thérapeutique des maladies infectieuses par les antibiotiques. Fleming fut lauréat du prix Nobel de physiologie et de médecine en 1945, conjointement avec Ernst Boris Chain et Howard Walter Florey, qui tous deux, à partir de 1939, poussèrent plus avant la découverte fondamentale de Fleming en isolant, purifiant et dosant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-fleming/#i_7693

FLEMING : DÉCOUVERTE DE LA PÉNICILLINE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 218 mots
  •  • 1 média

Alexander Fleming (1881-1955) connut une carrière surprenante, qui l'a d'abord mené de l'Écosse rurale au commerce, puis, très tardivement, à la médecine. Son intérêt pour la lutte contre les pathologies infectieuses a fait de lui l'un des rares praticiens à expérimenter le Salvarsan découvert par Paul Erhlich en 1909. Après la Première Guerre mondiale, Fleming se partagea entre une activité médic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fleming-decouverte-de-la-penicilline/#i_7693

GANGRÈNES

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 1 691 mots

Dans le chapitre « Gangrènes humides »  : […] Les gangrènes humides sont déterminées essentiellement par des microbes anaérobies dont les propriétés particulières conditionnent l'aspect clinique et l'extrême gravité des lésions. Ces germes, incapables d'utiliser l'oxygène libre, captent l'oxygène combiné de la matière organique en la dégradant au moyen d'enzymes, en particulier au moyen de déshydrogénases très puissantes. Ce sont généralemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gangrenes/#i_7693

GONOCOQUE ET GONOCOCCIES

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 1 410 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une infection bactérienne sexuellement transmissible »  : […] Le gonocoque a été isolé en 1879 par le bactériologiste allemand Albert Neisser, qui lui a donné son nom scientifique : Neisseria gonorrhoeae . Observé au microscope, il a l’aspect caractéristique de deux bactéries rondes collées l’une à l’autre ( diplocoque), en « grain de café ». Le gonocoque infecte exclusivement l’humain et se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gonocoque-et-gonococcies/#i_7693

GRAM COLORATION DE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 352 mots

Technique de coloration qui est la plus utilisée dans l'étude et la classification des bactéries en deux grands groupes : les bactéries à Gram positif et à Gram négatif. Le principe de cette méthode, mise au point de façon empirique par le médecin danois Gram en 1884, est le suivant : on étale les bactéries sur une lame de verre, on les fixe par la chaleur ou l'alcool, puis on les colore successiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coloration-de-gram/#i_7693

HELICOBACTER PYLORI

  • Écrit par 
  • Corinne TUTIN
  •  • 295 mots

Pendant bien des années, les publications s'amoncelaient qui suggéraient qu'une bactérie, Helicobacter pylori, jouerait un rôle essentiel dans la survenue de l'ulcère digestif. Ces données scientifiques ont reçu une légitimation officielle avec la conférence de consensus qu'a organisée sur ce thème l'Agence nationale pour le développement de l'évaluation médicale. En effet, les experts qui ont pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/helicobacter-pylori/#i_7693

HERSHEY ALFRED DAY (1908-1997)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 283 mots

Microbiologiste américain né en 1908 à Owosso (Michigan). Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1969 avec Max Delbrück et Salvador Luria pour leurs découvertes concernant la structure génétique des virus et leur mode de réplication. Après son doctorat (1934), Hershey enseigne la médecine à l'université de Washington (1938-1946) puis entre au département de génétique de l'institut Carnegie (1947 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-day-hershey/#i_7693

HYGIÈNE

  • Écrit par 
  • Philippe HARTEMANN, 
  • Maurice MAISONNET
  •  • 9 488 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le XIXe siècle : premières réalisations d'envergure »  : […] Au xix e  siècle fut mis sur pied, pour la première fois, un important programme de véritable santé publique. Les épidémies sévissaient toujours et entraînaient une forte mortalité et, pour lutter contre elles, la quarantaine et l'incinération de tout ce que le malade avait pu toucher constituaient les principaux recours . En Angleterre, où l'indu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hygiene/#i_7693

INTÉGRON

  • Écrit par 
  • François DENIS, 
  • Marie-Cécile PLOY
  •  • 437 mots

Les intégrons constituent un système de capture et d'expression de gènes sous forme de cassettes. Celles-ci constituent des éléments mobiles capables d'être intégrés ou excisés dans un intégron par un mécanisme de recombinaison, spécifique de site, catalysé par une intégrase. Un intégron se compose d'un gène intI codant pour une intégrase et d'un site spécifique de recombina […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/integron/#i_7693

JACOB FRANÇOIS (1920-2013)

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 1 838 mots
  •  • 1 média

François Jacob fut une figure majeure de la génétique et de la biologie moléculaire, un des penseurs parmi les plus pénétrants de l'histoire et de la philosophie des sciences du vivant. N'acceptant pas la capitulation de 1940, il intègre les Forces françaises libres, participe aux campagnes d'Afrique et de France. Il fut grièvement blessé, et la carrière de chirurgien à laquelle il s'était destin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-jacob/#i_7693

KOCH ROBERT (1843-1910)

  • Écrit par 
  • Jean BRETEY, 
  • Universalis
  •  • 1 688 mots
  •  • 1 média

Le médecin allemand Robert Koch est l'un des créateurs de la bactériologie médicale. Il est né le 11 décembre 1843 à Clausthal, en Basse-Saxe, où son père était ingénieur des mines. À partir de 1862, le jeune homme étudie la médecine à l'université de Göttingen. Diplômé en 1866, il exerce comme généraliste dans diverses localités avant de servir en qualité de médecin militaire pendant la guerre f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-koch/#i_7693

LAIT

  • Écrit par 
  • Guy CHANTEGRELET, 
  • Charles FLACHAT
  •  • 4 698 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Laits pasteurisés »  : […] La chaleur détruit les germes. Certains sont plus résistants que d'autres. On calcule avec précision la température et le temps de chauffage. Les principales modalités de pasteurisation sont les suivantes : – pasteurisation basse (L.T.L.T. =  low temperature long time ) : 63  0 C pendant 30 minutes. Elle est pratiquement abandonnée ; – pasteurisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lait/#i_7693

LEDERBERG JOSHUA (1925-2008)

  • Écrit par 
  • Agnès ULLMANN
  •  • 996 mots

Généticien et microbiologiste américain, un des fondateurs de la biologie moléculaire moderne. Pour sa découverte de la recombinaison génétique chez les bactéries, qui a ouvert la voie à l'analyse génétique de ces micro-organismes, Joshua Lederberg a reçu, en 1958, à l'âge de trente-trois ans, le prix Nobel de physiologie ou médecine, qu'il partagea avec ses compatriotes George W. Beadle et Edwar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joshua-lederberg/#i_7693

LÉGIONELLOSE

  • Écrit par 
  • François DENIS, 
  • Marcelle MOUNIER
  •  • 2 235 mots
  •  • 2 médias

Décembre 2003, France, Pas-de-Calais. La région de Lens est inquiète. C'est l'hiver et pourtant, entre le 28 novembre et le 12 décembre, 20 cas de légionellose ont été signalés à la D.D.A.S.S. (Direction départementale de l'action sanitaire et sociale), un phénomène inhabituel tant par le nombre de cas (86 au total) que par la saison. En effet, cette pneumopathie grave fait d'habitude plutôt par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/legionellose/#i_7693

LÈPRE

  • Écrit par 
  • Nicole BOURCART
  •  • 2 912 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Agent pathogène de la lèpre »  : […] Le bacille, agent pathogène de la lèpre, a été découvert dans les lésions de malades norvégiens, par A. Hansen, en 1873 (au tout début de l'ère pasteurienne, et avant même la découverte du bacille tuberculeux), d'où l'appellation courante de « bacille de Hansen ». Dénommé Mycobacterium leprae , il appartient comme le bacille tuberculeux au genre des mycobactéries (classe de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lepre/#i_7693

LEPTOSPIROSES

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 2 558 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Morphologie »  : […] Les leptospires se présentent comme de petits filaments de 10 à 20 micromètres de longueur, de 0,1 micromètre environ de diamètre, formés de spires nombreuses et terminés en crochets à leurs extrémités. Ils sont très mobiles et très souples. En les examinant vivants à l'aide d'un microscope à fond noir, on les voit se déplacer par un triple mouvement : en vrille, par flexion et par détente comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leptospiroses/#i_7693

LEUCORRHÉES

  • Écrit par 
  • Paul-François LEROLLE
  •  • 492 mots

On nomme leucorrhées des écoulements normaux ou anormaux perçus à l'extrémité inférieure du vagin et qui ne contiennent pas de sang. Les leucorrhées physiologiques sont constituées de la glaire cervicale « blanc d'œuf », à laquelle se mêlent les cellules desquamées du col et du vagin, donnant ainsi un enduit blanchâtre. Ce phénomène est plus ou moins accentué selon les périodes du cycle œstral (pl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leucorrhees/#i_7693

LISTÉRIOSE

  • Écrit par 
  • Paul M.V. MARTIN
  •  • 2 490 mots

Dans le chapitre « Une bactérie ubiquitaire »  : […] La bactérie responsable est isolée pour la première fois par Hülphen en 1911 en Suède, à partir d'un foie de lapin, mais ce n'est qu'à partir de 1920 que Murray et ses collaborateurs mettent en évidence son rôle lors d'une épidémie survenue chez des lapins, à Cambridge. Ils observent une mononucléose chez les animaux, et lui donnent le nom de Bacterium monocytogenes. Nyfeldt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/listeriose/#i_7693

LURIA SALVADOR (1912-1991)

  • Écrit par 
  • Pierrette KOURILSKY
  •  • 337 mots
  •  • 1 média

Bactériologiste et généticien américain, d'origine italienne. Docteur en médecine en 1935, Luria complète sa formation par des études de mathématiques et de physique. Il s'intéresse ensuite à la radiographie des bactéries et des virus. En 1938, il travaille à l'Institut du radium, à Paris, ainsi qu'à l'Institut Pasteur avec E. Wollman. En 1940, il part pour l'université Columbia, aux États-Unis, r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salvador-luria/#i_7693

LYSOGÉNIE

  • Écrit par 
  • Pierre NICOLLE
  •  • 3 859 mots
  •  • 3 médias

Depuis 1940, et sous l'impulsion de Max Delbrück, les bactériophages ont donné lieu à de nombreuses recherches qui ont apporté beaucoup d'explications sur l'origine, l'action et la reproduction des virus, et sur un grand nombre d'autres problèmes qui touchent la bactériologie, la génétique, la biologie générale, la cancérologie. Un aspect particulier de la bactériophagie fera l'objet de cet artic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lysogenie/#i_7693

LYSOTYPIE

  • Écrit par 
  • Pierre NICOLLE
  •  • 399 mots

Si l'on fait agir un bactériophage convenablement choisi et dilué sur diverses cultures d'une même espèce bactérienne ou d'un même sérotype, on constate souvent, surtout si ces cultures ont été isolées en des endroits géographiquement éloignés les uns des autres ou à partir d'espèces animales différentes, que certaines de ces cultures sont très sensibles à ce phage tandis que d'autres sont plus ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lysotypie/#i_7693

MALADIES CONTAGIEUSES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 227 mots

Vers — 29 Virgile, dans les Géorgiques , décrit la maladie du charbon chez les animaux et chez l'homme. 400 Le Susruta Samhita (Inde) décrit la lèpre. 1346 Les lépreux sont chassés de Londres. 1484 Venise institue la quarantaine. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-contagieuses-reperes-chronologiques/#i_7693

MALADIES INFECTIEUSES

  • Écrit par 
  • Catherine DUPUIS
  •  • 5 788 mots
  •  • 1 média

Les maladies infectieuses, dites également maladies transmissibles, diffèrent des autres affections en ce que leur naissance requiert absolument la pénétration dans l'organisme hôte d'un agent infectant vivant. La spécificité de celui-ci apparaît, d'une part, dans le tableau clinique de la maladie et, d'autre part, dans son issue : la guérison correspond à un état d'immunité plus ou moins intense […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-infectieuses/#i_7693

MÉDECINE - Histoire

  • Écrit par 
  • Charles COURY
  •  • 8 938 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le recours aux examens de laboratoire »  : […] Une des principales tendances de la médecine scientifique a d'ailleurs été de mettre à profit tout nouveau moyen de diagnostic inspiré par les résultats de la recherche biologique. Les plus anciennes applications de la chimie à la clinique ont porté, dès la fin du xviii e et le début du xix e  si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-histoire/#i_7693

MÉLIOÏDOSE

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO
  •  • 759 mots

Maladie infectieuse suppurative due au bacille de Whitmore Pseudomonas pseudomallei , rebaptisé Malleomyces pseudomallei , bactérie Gram négative mise en cause dès 1912 en Birmanie, la mélioïdose ou pseudomorve se déclare chez l'homme après une phase d'incubation de durée extrêmement variable ; dans certains cas, plusieurs années s'écoulent entre le cont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melioidose/#i_7693

MÉNINGOCOQUE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 608 mots

Bactérie pathogène pour l'homme, responsable de la méningite cérébro-spinale, le méningocoque, Neisseria meningitidis , découvert par Weichselbaum en 1887, est un diplocoque ayant l'aspect de deux grains de café opposés par leur face plane (aspect voisin du gonocoque, dont il est un proche parent). Le caractère Gram négatif est essentiel pour caractériser ce germe. Le méningo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meningocoque/#i_7693

MESELSON MATTHEW (1930- )

  • Écrit par 
  • Pierrette KOURILSKY
  •  • 328 mots

Biologiste américain né le 24 mai 1930 à Denver (Colorado). Après avoir obtenu en 1957 son doctorat ès sciences au California Institute of Technology, il est nommé en 1960 professeur de biologie à Harvard. En 1968, il est élu à l'Académie des sciences des États-Unis. Matthew Meselson est surtout connu pour les expériences qu'il effectue avec Franklin W. Stahl à partir de 1958. Dès 1964, Meselson […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/matthew-meselson/#i_7693

METCHNIKOV ILIA ILITCH ou ÉLIE (1845-1916)

  • Écrit par 
  • Jérôme PIERREL
  •  • 1 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une observation capitale »  : […] En 1882, Metchnikov se rend à Messine et poursuit ses travaux d’embryologie comparée, traitant notamment la question de l’origine embryologique des organes de la digestion chez les animaux « simples ». C’est là qu’il réalise l’expérience qui orientera toute sa carrière. Dans une larve d’étoile de mer ( Bipinnaria asterigera ), qui a l’avantage d’être ass […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metchnikov-ilia-ilitch-ou-elie/#i_7693

MICROBE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 527 mots

Grâce à l'invention du microscope, vers la fin du xvii e siècle, on découvrit l'existence d'êtres vivants de très petite taille, invisibles à l'œil nu. Sujets de curiosité pendant plus de cent cinquante ans, leur étude ne fut réellement abordée qu'au milieu du xix e siècle, avec les travaux de P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microbe/#i_7693

MICROBIOME HUMAIN

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 877 mots

Les micro-organismes, essentiellement des bactéries, vivent sur la peau, à l’intérieur du tube digestif et de manière générale sur les muqueuses ; on en compte de 75 à 200 milliards environ : ils sont appelés microbiotes. L’ensemble des microbiotes d’un individu est appelé « microbiome », par extension du terme « biome » qui désigne l’ensemble des êtres qui vivent dans un écosystème donné. La nat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microbiome-humain/#i_7693

MONOD JACQUES (1910-1976)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET, 
  • Universalis
  •  • 567 mots
  •  • 1 média

Biochimiste français dont les travaux ont largement contribué à la naissance et au développement de la biologie moléculaire. Né à Paris, Jacques Monod, après des études secondaires à Cannes, regagne Paris en 1928, s'inscrit à la faculté des sciences, passe sa licence en 1931, puis entame, au Laboratoire d'évolution des êtres organisés (1932-1934) et sous l’influence d’André Lwoff et Édouard Chatto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-monod/#i_7693

M.S.T. (maladies sexuellement transmissibles)

  • Écrit par 
  • Michel POITEVIN, 
  • André SIBOULET
  •  • 3 629 mots

Dans le chapitre « La blennorragie gonococcique »  : […] La blennorragie gonococcique, la plus anciennement connue des maladies vénériennes (« Tout homme atteint d'un écoulement de la verge est par là même souillé », Lévitique, xv , 3), a marqué, après la fin des années 1960, une recrudescence étonnante, avec une augmentation de 50 p. 100 de 2008 à 2009. Aux États-Unis, la gonococcie constitue la maladie transmissible de l'adu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-sexuellement-transmissibles/#i_7693

MYCOBACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Carlo COCITO, 
  • Gabriel GACHELIN
  • , Universalis
  •  • 4 318 mots
  •  • 3 médias

Les mycobactéries sont des micro-organismes de grande importance écologique et médicale. De nombreuses espèces habitent les milieux naturels sans faire preuve de propriétés pathogènes : ce sont des saprophytes. D'autres peuvent causer des infections opportunistes chez les malades immunodéprimés, mais d'autres encore sont strictement parasites, et certaines, très pathogènes, produisent des maladies […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mycobacteries/#i_7693

NOCARD EDMOND (1850-1903)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 619 mots

Vétérinaire français. Après de brillantes études à l'École vétérinaire de Maisons-Alfort (1868-1873), il est nommé, à la fin de 1873, chef de clinique de la chaire de pathologie interne et externe à Alfort, puis professeur de pathologie chirurgicale, lorsqu'en 1878 cette chaire est dédoublée. Il introduit l'anesthésie au chloral, par voie intraveineuse, chez les gros animaux et en indique la dose […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edmond-nocard/#i_7693

PASTEUR LOUIS (1822-1895)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 6 425 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  La lutte contre les maladies contagieuses »  : […] En 1867, Pasteur succède à Balard dans la chaire de chimie physiologique de la Sorbonne. Le chercheur dispose désormais d'un laboratoire bien équipé. Mais en 1868, à l'âge de quarante-six ans, il est frappé par une attaque d'hémiplégie cérébrale dont il ne se relèvera que lentement, restant en grande partie paralysé du côté gauche. Sa jambe raide le handicapera beaucoup pour marcher. Il ne pourra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-pasteur/#i_7693

PASTEURELLOSE

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 946 mots

La pasteurellose est une infection frappant l'homme et les animaux ; elle est causée par un microbe spécifique : Pasteurella multocida (ou Pasteurella septica ). Jusqu'à ces dernières années, le terme « pasteurellose » a été abusivement étendu aux infections dues à des germes du genre Yersinia ( Y. pestis et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pasteurellose/#i_7693

PESTE

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  • , Universalis
  •  • 3 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le bacille de Yersin »  : […] Le bacille de Yersin ( Yersinia pestis ) appartient au genre Yersinia , après avoir longtemps été classé comme Pasteurella pestis . C’est un bacille court, ovoïde, Gram négatif, immobile et non sporulé (cf. photo). Certaines de ses propriétés biochimiques ont un intérêt épidémiologique ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peste/#i_7693

PHLEGMON PÉRINÉPHRÉTIQUE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 249 mots

Le phlegmon ou abcès périnéphrétique est dû à une infection bactérienne se développant dans l'espace périrénal. Il est exceptionnellement primitif, évoluant dans le cadre d'une infection généralisée septicémique, notamment à staphylocoque. Habituellement le phlegmon périnéphrétique fait suite à une infection du rein, soit par ouverture vers l'espace périrénal d'un abcès rénal localisé, soit plus s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phlegmon-perinephretique/#i_7693

PLASMIDES

  • Écrit par 
  • Annie BUU HOÏ, 
  • Michel GUÉRINEAU
  •  • 6 596 mots
  •  • 2 médias

Qu'est-ce qu'un plasmide ? Cette définition a évolué au cours du temps en fonction du développement des connaissances scientifiques dans ce domaine. La définition originale de Joshua Lederberg en 1952 est génétique : ce sont des déterminants génétiques capables de se transmettre d'une bactérie à l'autre indépendamment du chromosome bactérien ; ce sont donc des éléments extrachromosomiques capab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plasmides/#i_7693

PNEUMOCOQUE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 693 mots

Dans les sérosités et les crachats, le pneumocoque, Streptococcus pneumoniae , se présente sous forme de diplocoques encapsulés, dont les deux cocci lancéolés sont opposés par la pointe, donnant à l'ensemble la forme d'un 8. Les diplocoques sont souvent groupés en chaînettes. Dans les milieux artificiels, le germe est sans capsule ; cultivé en milieux enrichis de sérum, il ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pneumocoque/#i_7693

PSITTACOSE-ORNITHOSE

  • Écrit par 
  • Marcel CAPPONI
  •  • 1 390 mots

Dans le chapitre « L'agent de la psittacose-ornithose »  : […] Depuis quelques années, on a élucidé la structure de ce « gros virus », dont la paroi, la membrane et le cytoplasme évoquent absolument l'aspect des bactéries. Mais la culture sans cellules est impossible ; c'est pourquoi ces germes sont isolés soit in ovo sur l'œuf incubé, soit in vitro en culture de tissus, soit encore in vivo sur l'animal (par exemple la souris blanche), p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psittacose-ornithose/#i_7693

PYOCYANIQUE BACILLE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 609 mots

Bacille court (1,5 μm de long sur 0,5 μm de large) aux extrémités arrondies, le bacille pyocyanique ( Pseudomonas aeruginosa ) est mobile et à Gram négatif. Très répandu dans la nature (saprophyte des sols et des eaux), on le rencontre aussi à l'état commensal chez l'homme (téguments, intestin). Il se caractérise, en particulier, par la production d'un pigment bleu-vert (méla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacille-pyocyanique/#i_7693

RÉSISTANCE BACTÉRIENNE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 774 mots

L'activité d'un antibiotique sur une souche bactérienne peut être évaluée par une donnée mesurable, caractéristique de la souche, que l'on appelle « concentration minimale inhibitrice » (C.M.I.) : c'est la plus faible concentration de l'antibiotique capable d'inhiber, in vitro , la croissance de cette bactérie. Cette donnée permet de définir la résistance bactérienne et a l'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/resistance-bacterienne/#i_7693

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pathologie

  • Écrit par 
  • Raoul KOURILSKY
  •  • 27 404 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Tuberculose pulmonaire »  : […] L'infection tuberculeuse est une des plus graves et des plus redoutées qui aient frappé le genre humain, jusqu'aux découvertes du xx e  siècle qui ont permis de la guérir à peu près totalement par les antibiotiques et de la prévenir par la vaccination. Elle a été ainsi nommée parce qu'elle donne lieu à la formation, à la surface ou à l'intérieur d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiratoire-appareil-pathologie/#i_7693

RICKETTSIES ET RICKETTSIOSES

  • Écrit par 
  • Marcel CAPPONI, 
  • Monique THIBON
  •  • 2 024 mots
  •  • 1 média

Les rickettsies, germes classés actuellement parmi les bactéries, parasitent les Insectes ou les Acariens, et provoquent chez l'homme et chez l'animal des syndromes infectieux dont le plus important est le typhus épidémique. En Europe, ces maladies, appelées rickettsioses , ont une incidence mineure ; en revanche, en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud, elles sont très rép […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rickettsies-et-rickettsioses/#i_7693

ROUX ÉMILE (1853-1933)

  • Écrit par 
  • Pierre NICOLLE
  •  • 567 mots

Après avoir étudié la médecine à Clermont-Ferrand et à Paris et tenu un poste d'aide de clinique à l'Hôtel-Dieu, Émile Roux s'initie à la pratique médicale auprès des malades, et à la chimie biologique dans le laboratoire de l'hôpital. Collaborateur de Pasteur, le chimiste Émile Duclaux fait appel à Roux comme clinicien pour l'étude des maladies virulentes menée à l'École normale. Bientôt conquis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-roux/#i_7693

SALMONELLOSES

  • Écrit par 
  • Léon LE MINOR
  • , Universalis
  •  • 2 320 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Salmonella »  : […] Les Salmonella , bacilles de la famille des Entérobactéries, sont définies par leur morphologie (bacilles à Gram négatif, soit mobiles – et, dans ce cas, péritriches [cf. photo] –, soit immobiles) et par leurs caractères culturaux et biochimiques : elles se reproduisent sur des milieux ordinaires, elles sont anaérobies facultatives, réduisent les nitrates en nitrites, donne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salmonelloses/#i_7693

SANTÉ - Santé et maladies

  • Écrit par 
  • Jean-Yves NAU, 
  • Henri PÉQUIGNOT
  •  • 10 373 mots

Dans le chapitre « Le modèle bactériologique »  : […] La grande révolution a été l'apparition de la microbiologie, la révolution pasteurienne. En quelques années, on a trouvé la cause précise d'un grand nombre de tableaux morbides. Il faut cependant souligner que la révolution ainsi déclenchée a des origines antérieures à la bactériologie et a débordé le domaine des maladies infectieuses. Les bactériologistes ont eu à analyser des faits qui, avant eu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sante-sante-et-maladies/#i_7693

SEPTICÉMIE

  • Écrit par 
  • Jacques BEJOT
  •  • 506 mots

Pendant longtemps, le terme de septicémie a signifié pullulation microbienne dans le milieu sanguin. Il est exact que ce concept répond au tableau de la septicémie expérimentale chez l'animal, tel que le réalise, par exemple, l'inoculation de pneumocoques à la souris blanche. Au contraire, chez l'homme il n'y a jamais de multiplication microbienne dans le sang (excepté juste après la mort) : l'éta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/septicemie/#i_7693

STAPHYLOCOQUES

  • Écrit par 
  • Névine EL SOLH
  •  • 1 916 mots

Les staphylocoques sont des germes ubiquistes qui peuvent faire partie de la flore cutanéo-muqueuse de l'homme et de l'animal ou être véhiculés par des porteurs sains. Ils sont secondairement disséminés dans l'environnement, vraisemblablement par les squames et les poils, et y persistent du fait de leur résistance à la dessiccation, aux variations de température et au choc osmotique. Lorsque la b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/staphylocoques/#i_7693

STREPTOCOQUES

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF
  •  • 6 725 mots
  •  • 2 médias

Les streptocoques, bactéries ovoïdes ou sphériques associées en chaînettes, appartiennent à la vaste famille des Streptococcaceae , ensemble hétérogène de cocci prenant la coloration de Gram, dépourvues de cytochrome et de catalase, englobant plus de quatre-vingts espèces et sous-espèces classées en sept genres : Streptococcus , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/streptocoques/#i_7693

SYPHILIS

  • Écrit par 
  • Michel POITEVIN, 
  • André SIBOULET
  •  • 5 094 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mise en évidence du tréponème »  : […] L' agent responsable de la syphilis a été découvert en 1905 par le zoologiste F. R. Schaudinn et le syphiligraphe Hoffmann, de Hambourg ; ils lui donnèrent le nom de Treponema pallidum . Ce tréponème, appartenant à l'ordre des Spirochétales, peut être facilement révélé à l'aide d'un microscope à fond noir (anciennement appelé, à tort, ultramicroscope ou « ultra »), soit à par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syphilis/#i_7693

TATUM EDWARD LAWRIE (1909-1975)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 331 mots

Biochimiste américain, professeur à l'université Stanford (Californie), puis à l'Institut Rockefeller (New York). Formé à l'université de Chicago, Edward Tatum étudie successivement la chimie, la microbiologie et la biochimie. En 1934, il soutient une thèse sur la nutrition et le métabolisme des bactéries, un travail qui sera la base de sa fructueuse collaboration avec le généticien G. W. Beadle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-lawrie-tatum/#i_7693

TEIXOBACTINE

  • Écrit par 
  • Michel ARTHUR
  •  • 1 232 mots

La teixobactine est une substance antibactérienne qui a été isolée à partir d’une bactérie du sol non cultivable en laboratoire, contrairement à la totalité des antibiotiques en cours d’utilisation. Elle présente un spectre d’activité très prometteur parce qu’il inclut de très nombreuses souches de bactéries pathogènes résistantes aux antibiotiques. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/teixobactine/#i_7693

TÉTANOS

  • Écrit par 
  • André TURPIN
  •  • 2 779 mots

Le tétanos est peut-être la maladie la plus déroutante de toutes celles qui frappent l'homme et les animaux. On en connaît le germe depuis 1884, la toxine depuis 1890, le sérum préventif et curatif depuis 1892, le vaccin depuis 1926, la constitution chimique de la toxine depuis 1948, le site récepteur spécifique dans le tissu nerveux depuis 1959, et pourtant elle reste toujours l'une des plus ter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tetanos/#i_7693

TUBERCULOSE

  • Écrit par 
  • Jean BRETEY, 
  • Charles COURY
  •  • 10 009 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le bacille tuberculeux »  : […] Le bacille tuberculeux appartient, comme le bacille de la lèpre, le bacille tuberculeux bovin et les nombreux bacilles apparentés dits atypiques, au genre des mycobactéries. On appelle bacille de Koch (B.K.), du nom du savant allemand qui l'a découvert en 1882, le germe pathogène responsable de la tuberculose humaine. Certaines tuberculoses animales (bovine, par exemple) en dépendent néanmoins. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tuberculose/#i_7693

VAGINITE

  • Écrit par 
  • Jules SCEMLA
  •  • 760 mots

Inflammation de la muqueuse vaginale par des agents pathogènes très variés qui conditionnent l'allure clinique, l'évolution et le traitement de cette infection. Toujours bénignes, mais très fréquentes à tous les âges, les vaginites sont tantôt primaires (contaminations sexuelles), tantôt secondaires (infections utérine, urinaire ou intestinale). Le mécanisme de production dépend surtout du degré d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vaginite/#i_7693

WIDAL FERNAND (1862-1929)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 456 mots

Médecin et bactériologiste français, l'un des fondateurs du sérodiagnostic (application du phénomène d'agglutination des microbes au diagnostic de certaines maladies). Interne à vingt-deux ans, puis médecin des Hôpitaux de Paris et professeur agrégé (1895), Widal succède à son maître Dieulafoy à la chaire de pathologie interne (1911). En 1918, élu à l'une des chaires de clinique médicale, il l'in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernand-widal/#i_7693

WOLLMAN ÉLIE (1917-2008)

  • Écrit par 
  • Maxime SCHWARTZ
  •  • 1 228 mots

Le Français Élie Wollman, qui a mené toute sa carrière à l'Institut Pasteur, peut être considéré comme l'un des pionniers de la génétique microbienne moderne et, par voie de conséquence, de la biologie moléculaire puis des biotechnologies. Il était aussi devenu la référence pour tout ce qui concernait l'histoire de l'Institut Pasteur. Élie Wollman est né le 4 juillet 1917 à Paris dans une famille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elie-wollman/#i_7693

YERSIN ALEXANDRE (1863-1943)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 771 mots
  •  • 1 média

Né à Lavaux, lycéen à Lausanne, Alexandre Yersin fait à Marburg en 1884 sa première année d'études médicales, qu'il préfère poursuivre à Paris. En 1885, il entre à l'Hôtel-Dieu dans le service de Cornil, puis devient en 1887 externe à l'hôpital des Enfants-Malades et soutient en 1888 sa thèse sur le développement du tubercule expérimental, devenu classique sous le nom de « tuberculose type Yersin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-yersin/#i_7693

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel MAZIGH, Didier LAVERGNE, Michel DESMAZEAUD, Jean-Michel ALONSO, Jacques BEJOT, « BACTÉRIOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteriologie/