BABYLONIE

AKKAD

  • Écrit par 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 2 882 mots
  •  • 3 médias

forme à laquelle le scribe préférait Agadé) désigne à la fois une « ville de royauté » du IIIe millénaire avant J.-C. et la partie nord de la Babylonie. Du nom de la cité dérive le terme akkadien, qui sert à qualifier la dynastie royale d'Akkad, la population sémitique établie à cette époque en Babylonie et son langage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/akkad/#i_5904

ASSYRIE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 9 704 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Apogée et chute de l'Assyrie (746-612) »  : […] et pousse jusqu'au mont Demavend. Enfin, il se laisse tenter par la richesse de la Babylonie. Depuis longtemps, les rois assyriens exerçaient un contrôle sur ce pays dont la civilisation et surtout les cultes avaient une influence grandissante sur leurs sujets ; périodiquement, ils allaient y soutenir un roi de leur choix, puis ils se présentaient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/assyrie/#i_5904

ASSYRO-BABYLONIENNE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • René LABAT
  •  • 4 622 mots

Vers 2300 avant notre ère, le roi sémite Sargon d'Akkad ravit aux Sumériens l'hégémonie sur l'ancienne Mésopotamie. Les scribes, pour la première fois, se mirent alors à écrire couramment en langue akkadienne. Ce fut le point de départ d'une abondante littérature qui, pendant dix-sept siècles, allait s'épanouir en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-assyro-babylonienne/#i_5904

ASSYRO-BABYLONIENNE RELIGION

  • Écrit par 
  • René LARGEMENT
  •  • 4 259 mots
  •  • 5 médias

est né de la fusion des courants religieux introduits en Mésopotamie par les deux grandes races qui la peuplent : la sumérienne et la sémitique. Si l'influence sumérienne s'est exercée en Babylonie, par Babylone elle a atteint Assur ; après une symbiose millénaire, il est vain d'essayer de distinguer les apports de chacun de ces deux courants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-assyro-babylonienne/#i_5904

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 319 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La structure sociale »  : […] e siècle, marque la naissance de la Babylonie. Le sumérien, devenu langue savante, est supplanté par l'akkadien, et c'est dans cet idiome, désormais seul officiel, que Hammourabi entend parachever, au moyen de son Code, l'unification du droit : il semble avoir tenu compte, notamment en matière de mariage, de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/babylone/#i_5904

HAMMOURABI, en bref

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 194 mots
  •  • 1 média

Lors de l'arrivée au pouvoir de Hammourabi (— 1792-— 1750), Babylone n'est qu'une principauté de très moyenne importance, dans une position plutôt défavorable au cœur d'une Mésopotamie déchirée par d'âpres ambitions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hammourabi-en-bref/#i_5904

KISH

  • Écrit par 
  • Jean-Daniel FOREST
  •  • 570 mots

L'ancienne ville de Kish, située à une vingtaine de kilomètres à l'est de Babylone, est un des grands sites mésopotamiens de la première moitié du ~ IIIe millénaire. À en croire la Liste royale, elle aurait été le siège de la première dynastie « d'après le Déluge ». Elle jouit en tout cas d'un prestige […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kish/#i_5904

MÉSOPOTAMIE - L'écriture cunéiforme

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 3 073 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La fin de l'écriture cunéiforme »  : […] avec le cunéiforme. Le royaume d'Urartu, en Anatolie orientale, avait certes adopté l'écriture mésopotamienne au moment de sa constitution au viiie siècle ; mais il disparut au siècle suivant, comme, un peu plus tard, l'Assyrie, détruite en 612. Restait alors la Babylonie seule […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesopotamie-l-ecriture-cuneiforme/#i_5904

MÉSOPOTAMIE - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HUOT
  •  • 5 134 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La Mésopotamie antique »  : […] qui s'étend d'Alep à Mossul. Au sud de ces vastes plaines, dans ce qui constitue la Babylonie, de la latitude de Samarra et Bagdad à celle de la côte du Golfe, on passe insensiblement d'un climat semi-aride à un climat aride. Depuis la haute Antiquité, le seul changement notable est celui de la ligne de rivage du Golfe dont l'histoire est toujours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesopotamie-l-archeologie/#i_5904

MÉSOPOTAMIE - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Christine PROUST
  •  • 3 607 mots
  •  • 7 médias

les maîtres des écoles de scribes du début du IIe millénaire et les prêtres des temples de Babylonie de la fin du Ier millénaire n’avaient ni les mêmes préoccupations, ni les mêmes technologies à leur disposition, ni les mêmes héritages culturels. Dans ces différents contextes, des mathématiques de contenu et de style […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesopotamie-les-mathematiques/#i_5904

SARGON II ou SHARROU-KEN, roi d'Assyrie (-721--705)

  • Écrit par 
  • Jorgen LAESSOE
  • , Universalis
  •  • 924 mots

de la Bible), ont en effet profité du changement de souverain pour s'emparer en 720 des régions marécageuses du sud de la Babylonie. Le royaume de l'Urartu et les peuples septentrionaux des hauteurs arméniennes se soulèvent eux aussi contre le souverain assyrien. La domination de Sargon est par ailleurs contestée en Syrie et en Palestine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sargon-ii-sharrou-ken/#i_5904

SÉMITES

  • Écrit par 
  • André CAQUOT
  •  • 4 800 mots

Dans le chapitre « La Palestine, la Phénicie et la Syrie »  : […] effet de choc en retour, ceux-ci reprennent l'offensive en direction de l'ouest. Plus au sud, leur pression s'est exercée aussi sur la Babylonie et la basse Mésopotamie. Ce sont des Araméens babylonisés, les Chaldéens, qui, au viie siècle, fondent la dynastie « néo-babylonienne » illustrée par Nabuchodonosor. Les Hébreux ont créé en Palestine, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semites/#i_5904

SÉNNACHÉRIB ou SIN-AHÉ-ÉRIBA, roi d'Assyrie (-704--681)

  • Écrit par 
  • Henry W. F. SAGGS
  • , Universalis
  •  • 816 mots

et de diplomate dans le nord et le nord-est de l'empire. Dès son avènement, le désordre s'installe en Babylonie, où la montée en puissance des Araméens (les Chaldéens de la Bible) sème le trouble dans les plus anciennes cités de l'empire. Ces dernières sont en effet généralement favorables aux Assyriens qui protègent leurs intérêts […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sennacherib-sin-ahe-eriba/#i_5904

SUMER

  • Écrit par 
  • André PARROT
  •  • 4 080 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Structure politique »  : […] l'histoire. Le prisme W.B. 444 (initiales du mécène anglais Weld-Blundell qui le possédait) énumère les rois qui se succédèrent en Babylonie, des origines à la fin de la dynastie d'Isin (xviiie s., Mésopotamie). Ce prisme est complété par une tablette du même collectionneur (W.B. 62), qui donne les noms des rois antédiluviens, car le Déluge, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sumer/#i_5904


Affichage 

Code des lois de Hammourabi

photographie

Code des lois de Hammourabi, détail Stèle en basalte Musée du Louvre, Paris 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Le roi babylonien Nabu-Apal-Iddin est présenté au dieu Shamash

photographie

ART DU PROCHE-ORIENT, Babylonie, IXe siècle avant J-C, Le roi babylonien Nabu-Apal-Iddin, introduit par le grand prêtre et suivi par la déesse, est présenté au dieu Shamash, moulage Musée des Antiquités orientales, Istanbul 

Crédits : E. Lessing/ AKG

Afficher

Code des lois de Hammourabi
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Le roi babylonien Nabu-Apal-Iddin est présenté au dieu Shamash
Crédits : E. Lessing/ AKG

photographie