AZIYADÉ, Pierre LotiFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À peine un roman

À Salonique, l'aspirant Julien Viaud est tombé amoureux d'une esclave circassienne, Hatidjé, qu'il retrouve plus tard à Constantinople. Lors de sa longue escale dans cette ville, l'officier passe à terre le plus clair de son temps. Il s'installe dans les vieux quartiers et se déguise en Turc. Lorsqu'elle peut échapper à son harem, Hatidjé vient le retrouver. Des serviteurs dévoués (Daniel, ensuite Memet) facilitent les rencontres des deux amants. Puis l'escadre rentre en France. Julien doit quitter Hatidjé.

Aziyadé conserve l'essentiel du texte du journal où Julien a noté cette aventure, en même temps que ses observations sur la ville, les gens, le climat, et que ses réflexions sur l'évolution de l'empire ottoman en cette période troublée. Du journal, il conserve aussi l'allure fragmentée : chapitres de longueur très inégale, insertion de lettres, changements constants de sujets (la politique, la langue, les costumes, les flâneries dans la ville, etc.), du plus grave au plus saugrenu.

L'écrivain se contente de diviser la matière du journal en cinq parties, et de changer les noms – à part le sien, puisque « Loti » est le surnom qu'il a rapporté de Tahiti en 1872 et qu'il adoptera en 1881 comme nom d'auteur. L'escadre devient britannique, déguisement qui ne résiste guère à une lecture un peu attentive. Surtout, il fait mourir Aziyadé de chagrin, et Loti dans les combats où, sous le nom d'Arif-Ussam-Effendi, il défend sa patrie d'adoption. Le déclin de l'empire ottoman sert ainsi de toile de fond à l'impossible amour de l'officier britannique et de la belle esclave.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  AZIYADÉ, Pierre Loti  » est également traité dans :

LOTI PIERRE (1850-1923)

  • Écrit par 
  • Bruno VERCIER
  •  • 1 735 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La création d'un personnage »  : […] Cette redécouverte est facilitée par la vague actuelle de l'autofiction ; l'œuvre de Loti, en effet, est inséparable de sa vie, trace d'une existence promenée aux quatre coins du monde sur les navires de la Marine nationale à laquelle l'officier Julien Viaud (tel est son nom véritable), né en 1850, est resté fidèle de 1867, date de son entrée à l'École navale, jusqu'en 1910, date de sa mise à la r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-loti/#i_35943

Pour citer l’article

Bruno VERCIER, « AZIYADÉ, Pierre Loti - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aziyade/